Ski au parc national de Banff - Trouver schuss sûr à ses pieds

Photos: Gary Lawrence
Photo: Photos: Gary Lawrence

Pour tout aficionado des sports de glisse, deux régions du monde s'imposent d'emblée lorsqu'il s'agit de fantasmer : les Alpes et les Rocheuses. Dans ce dernier cas, le parc national de Banff, en Alberta, compte parmi les plus fabuleux domaines skiables... et l'un des plus périlleux. Mise en garde.

À ceux qui en douteraient encore, skier dans les Rocheuses peut s'avérer dangereux, très dangereux même. Bien sûr, il y a les avalanches, le froid intense du vent qui danse et la gélification aiguë des parties les plus discrètes de l'anatomie, entre autres éventuels irritants.

Mais ce ne sont là que broutilles et vétilles si on les compare aux véritables menaces qui planent au-dessus des skieurs prenant d'assaut les pentes du parc national de Banff.

À force de trop lever le nez en l'air pour admirer la majesté du décor, tous risquent de se malaxer les tibias contre un roc ou de se concasser les molaires sur un arbre.

Qu'on soit à l'un ou l'autre des trois centres de ski de ce parc, l'exaltation est aussi sportive que scénique. Au faîte de Sunshine Village, le plus élevé des domaines skiables au pays, on se sent ainsi perdu au beau milieu d'une mer de cimes aussi pointues que chenues, par temps clair. À Lac Louise, les panoramas sont si percutants que si on les embrasse trop du regard, on frise la commotion cérébrale tôt ou tard.

Heureusement, il y a ici des kilomètres cubes d'oxygène à avaler et des tonnes de poudre blanche à renifler, pour se ressaisir. Peu importe ce qui tombe au creux des vallées, ce sont toujours des tombereaux de neige fraîche qui empanachent les sommets, ce qui n'est pas sans brouiller les pistes.

Voilà bien un autre péril qui guette tout fana de la glisse, à Banff : la déconcertante facilité avec laquelle on peut se perdre dans l'immensité immaculée.

Plus vaste domaine skiable canadien, Lac Louise compte ainsi quatre versants sur lesquels se déroulent 105 pistes totalisant 100 kilomètres. Non loin derrière, Sunshine Village dispose de 91 pistes dont le cumul fait 82 kilomètres. Pas étonnant qu'on engage des bénévoles pour guider les brebis égaréesÉ

Les carres de conduite

Depuis quelques années, Patrice, Français d'origine et Albertain d'adoption, accompagne les skieurs à travers les méandres neigeux de Sunshine Village, tous les dimanches qu'apporte l'hiver.

À l'instar de plusieurs résidants des environs, il consacre une journée par semaine à orienter les adeptes perdus mais éperdus devant le dilemme que représentent tant d'attirantes pistes. En échange, on lui refile une passe annuelle gratuite. « Non seulement je skie à l'oeil mais en plus, je rencontre plein de gens sympas venus de partout dans le monde », d'indiquer Patrice.

Comme bien des pieds-tendres frais émoulus de l'Est, Patrice fut frappé, la première fois qu'il est entré dans le parc de Banff, par toutes les clôtures qui ceignent la route et par les petits viaducs qui permettent aux animaux de passer d'un côté comme de l'autre du bitume, sans se faire happer.

Puis, il fut aussi surpris de constater que malgré la joliesse des lieux, les seules véritables agglomérations qu'on rencontre sont les villages de Banff et Lac-Louise. Où se terrent donc les promoteurs aux prises avec un énorme complexe de supériorité à la Whistler, ou ceux qui auraient pu se commettre dans un colossal développement à la Tremblant ?

C'est qu'en plus d'être le premier parc national à avoir vu le jour au Canada, Banff brille également en lettres d'ores et déjà inscrites sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO. Doublement protégé par ce statut, il s'est donc prémuni contre la mégalomanie disneylandienne des hommes, ces drôles de bêtes qui ont tendance à harnacher le pied des pentes dès lors qu'ils enfilent ces longues chaussures en forme de planche.

Aujourd'hui, le parc de Banff est considéré comme l'une des régions de ski les plus pittoresques d'Amérique du Nord mais aussi l'une des plus attirantes. N'est-ce pas là une autre bonne raison pour s'en méfier et demeurer circonspect en s'en approchant ? Il semble que oui.

Combien de travailleurs, de restaurateurs et d'hôteliers étrangers, candidement venus en vacances, sont finalement devenus accros à Banff ?

Combien de Québécois, partis ingénument gagner leur croûte, sont demeurés sur place pour rouler leur(s) bosse(s) et skier entre elles ?

Nul ne le sait, pas même Patrice. Lui non plus n'a d'ailleurs pas su résister au magnétisme des montagnes. « Non, vraiment, il ne faut pas minimiser la force d'attraction des Rocheuses », assure-t-il. Nous serions même tentés d'ajouter : attention, danger : qui se frotte aux pics s'y pique...

En vrac

Où skier ?
- Situé à un peu plus d'une heure de route de Calgary, le parc national de Banff est aisément accessible par avion, au départ des principales villes du Québec et du Canada.

Après avoir franchi les limites du parc, la première station qu'on rencontre est Ski Banff @ Norquay, à 10 minutes de route de Banff. (403) 762-4421, www.banffnorquay.com). Vient ensuite Sunshine Village, à 18 km de Banff, 1 877 542-2633, (403) 762-6500, www.skibanff.com).

Puis enfin, Lac-Louise, à 45 minutes de Banff, 1 877 253-6888, (403) 522-3555, www.skilouise.com).

Grâce à un billet interchangeable, il est possible de skier à tarif unique à l'un ou l'autre de ces trois centres. Renseignements : 1 877 754-7080, www.skibig3.com.

Où loger ?

- Le Buffalo Mountain Lodge comprend de nombreuses et chaleureuses petites villas en bois rond, avec foyer et vue sur les Rocheuses.

Le menu de la table comporte également un appétissant éventail de viandes de gibier. 1 800 661-1367, (403) 762-2400, www.crmr.com.

- Un peu kitsch mais magistralement situé au bord du lac du même nom, le Château Lac-Louise se passe de présentation. Dressé au pied des Rocheuses et non loin des pentes de la station de ski Lac-Louise, il fait partie des hôtels mythiques de l'Ouest. 1 800 441-1414, (403) 762-2211, www.fairmont.com.

- Dans le même registre, et pour s'offrir la totale, il faut immanquablement opter pour le Banff Springs Hotel, l'un des plus éclatants fleurons hôteliers canadiens.

Avec sa sombre et sobre dégaine de château écossais centenaire qui se hisse la tête hors d'une mer de conifères, c'est sans conteste le plus majestueux établissement des environs.

L'exquise table du Banffshire Club, son resto haut de gamme, permet en outre aux détenteurs de goussets bien garnis de vivre la meilleure expérience gastronomique de la région. 1 800 441-1414, (403) 762-2211, www.fairmont.com.

Où dîner ?
- Au centre-ville de Banff, Le Beaujolais propose une délicieuse cuisine française dans un décor chic et une ambiance sans choc. Plusieurs fois couronné par la presse gastronomique et sacré meilleure table de Banff, il est situé à l'angle de Banff Avenue et de Buffalo St. (403) 762-2712.

- Moins huppé, plus accessible et dans un registre moins élitiste, Ticino titille la fibre montagnarde du skieur avec sa cuisine italo-suisse. Un bon point de chute après une journée chouette, au 415, Banff Avenue. (403) 762-3848.

Renseignements généraux
- Travel Alberta : 1 800 661-8888, www.travelalberta.com.
- Commission canadienne du tourisme : www.voyagecanada.ca.
- Bureau de tourisme de Banff/Lac-Louise : www.BanffLakeLouise.com.

Ce reportage fait suite à un voyage organisé par la Commission canadienne du tourisme.