23e Tour de la Martinique en yoles - Des voiles et du patrimoine

Les yoles rondes sont de purs produits locaux, d’élégants bateaux de bois surmontés de voiles carrées et hautement colorées qui filent avec aisance sur l’eau.
Photo: Les yoles rondes sont de purs produits locaux, d’élégants bateaux de bois surmontés de voiles carrées et hautement colorées qui filent avec aisance sur l’eau.

Toutes voiles dehors, 19 équipages s'affronteront du 29 juillet au 5 août prochain en mer atlantique et caraïbe, faisant découvrir aux spectateurs la yole ronde et le littoral martiniquais. Sept escales: Fort-de-France, le Diamant, le Marin, le Vauclin, Trinité, Prêcheur et Schoelcher. Une occasion de grandes fêtes dans ces communes de bord de mer.

S'il y a un événement à ne pas manquer en Martinique, c'est bien le Tour de l'île en yole ronde, un spectacle haut en couleur dans les mers bleues des Caraïbes qui, depuis 23 ans, a lieu début août. Le moment est opportun d'aller à la rencontre du patrimoine dans lequel les Martiniquais se reconnaissent: régates, gastronomie, musique, danse, accras, boudin et ti-punch.

Les yoles rondes sont de purs produits locaux, d'élégants bateaux de bois surmontés de voiles carrées et hautement colorées qui filent avec aisance sur l'eau. Pour éviter le chavirement des hommes allongés sur les bois dressés, de solides perches calées par des chevilles en bois préalablement enfoncées dans les multiples trous du plat-bord font le contre-poids. Là, réside la beauté de la chose.

Derrière cette course se cache l'histoire des marins pêcheurs qui, à l'origine, se servaient du tronc d'un arbre local, le gommier, pour fabriquer leur embarcation et participer aux régates. L'arbre finit par s'épuiser des forêts et les constructeurs ont dû se rabattre sur une solution de rechange. C'est un charpentier de la commune du François qui, dans les années 1940, finit par résoudre le problème: une embarcation s'inspirant à la fois du gommier et de la yole européenne.

Pour la fabrication de la yole de compétition, la hache demeure le principal instrument du charpentier de marine. À ce jour, il n'existe toujours pas de véritables plans, le charpentier compte sur l'expérience et l'observation, ses meilleurs atouts de réussite. L'ossature du bateau se compose de la monture, de l'étrave, des foucas, des membres et du tableau arrière. La peinture de la yole est souvent confiée à un spécialiste, car c'est un élément capital dans sa conception finale.

C'est à partir de 1994 que l'Association des yoles rondes de Martinique, en définissant la yole ronde et ses accessoires, arrête la longueur obligatoire pour l'homologation de toutes les yoles en compétition à 10,50 mètres pour la grande yole. L'apparition du nylon en 1986 en remplacement du coton a permis d'élever le nombre d'équipiers à 14 au maximum.

On peut suivre sans pour autant gêner les équipes protégées par la police du tour, l'une ou l'autre des sept étapes de la course en bateau à moteur, en jet ski ou, comme nous l'avons fait, en voilier. Il est aussi possible d'observer l'évolution de la course à partir de la terre ferme.

Les 19 équipages sont constitués en associations qui font appel à des commanditaires, lesquels affichent leur marque commerciale sur les coques et les grandes voiles colorées avec des noms qui rappellent l'économie du pays: Ti Soda, Brasserie Lorraine, Tania Chaussures, Orange, Colibri Voyageurs, Tiboug Énergie, Air Caraïbes et d'autres encore.

Une nouveauté cette année, précise Alain Dédé, président de la Société des yoles rondes de la Martinique et de la yole Chabin'An: on peut assister le samedi avant le début des régates à l'arrivée spectaculaire des yoles et, sur réservation, y embarquer pour un tour initiatique. Le départ de la course a lieu le dimanche à Fort-de-France, direction le Diamant pour la première étape.

- Renseignements: www.yoles-rondes.org

Collaboratrice du Devoir