Long courrier

«Lors de mon voyage au Nicaragua, à l'aéroport de Managua, j'ai été victime d'un vol de porte-monnaie sur le comptoir du bureau de location de voiture Alamo Rent A Car.

Et pour compléter, à mon retour, l'inspecteur de l'auto me fait des pressions pour me soutirer des frais supplémentaires parce que le moteur était sale. On n'est jamais trop prudent!»

Claude Sabourin, Montréal

Votre expérience de vol et d'intimidation au retour du véhicule n'est pas le fait de la compagnie ni du pays. Il y a malheureusement des témoignages semblables du côté de la République dominicaine, du Costa Rica, du Panama, du Honduras, du Venezuela et dans une moindre proportion du Mexique.

La première chose à faire est de toujours refuser tout paiement litigieux au retour du véhicule (bosses imaginaires, roue de secours fantaisiste, éraflures dues à des poils de chèvre, clignotants anémiques, etc.). Cela exige de vérifier toutes les possibilités de magouille visuelle avant la prise en charge du véhicule, même si elles vous apparaissent mineures. Si le préposé est un peu nerveux devant votre refus, vous pouvez demander de communiquer avec votre ambassade, ce qui se révèle dissuasif.

Par contre, le recours à la police locale peut vous mettre en selle avec un membre de la famille ou un policier qui veut arrondir ses fins de mois. Écrire à la compagnie mère en insistant sur l'image de la branche locale, comme vous l'avez fait, peut donner des résultats à moyen terme.

Voyage de rêve

«Un voyage de rêve que je caresse de faire depuis fort longtemps: Bhoutan, Tibet, Chine, pour environ deux mois... On passe obligatoirement quelques jours à Delhi pour se diriger ensuite, en avion, au Bhoutan pour cinq jours (car c'est très cher...), et par la suite au Népal, à Katmandou, pour quelques jours, afin d'avoir le visa spécial pour le Tibet. Nous aimerions beaucoup nous rendre à Lhassa par la voie terrestre. Selon différents guides, ce serait une expérience unique. Nous comptons passer environ une semaine au Tibet (pour célébrer idéalement mon anniversaire le 3 avril à Lhassa.) Puis nous aimerions prendre le train (ce triste train, dans un certain sens...) de Lhassa pour nous diriger vers Pékin et sa région, plus tard vers Xi' An et certaines campagnes, puis Shanghai,pour terminer dans la région de Hong Kong.

«La plus grande partie du voyage se fera avec un sac à dos pour minimiser les dépenses. Pour Delhi et le Bhoutan, nous avons fait appel à une agence de voyages afin de simplifier les choses à l'arrivée — et c'était obligatoire pour le Bhoutan. On se heurte depuis quelques jours aux défis suivants... Si vous aviez des éléments de solution, ce serait grandement apprécié.

«Selon certains guides, on peut se rendre à Lhassa par la voie terrestre, le fameux Friendship Highway... Avez-vous des suggestions d'agences spécialisées et fiables? On rentre à Katmandou le vendredi midi à partir du Bhoutan et il faudrait trois jours ouvrables au minimum pour obtenir le visa spécial pour le Tibet. Nous ne voulons pas rester trop longtemps à Katmandou. Connaissez-vous une façon d'accélérer le processus de demande?

«En ce qui concerne le train, nous avons les informations de base (horaire, prix...). À votre connaissance, peut-on le prendre à partir de Lhassa pour Beijing? Nous avons fait certaines démarches et les informations sont contradictoires. Nous aimerions nous consacrer davantage à certaines campagnes plus traditionnelles plutôt qu'aux grandes villes. Auriez-vous des suggestions?»

E. Jelen, Montréal

Un merveilleux voyage que vous entreprenez là. En ce qui concerne la Friendship Highway, renseignez-vous avant sur la praticabilité de la route, la seule, à vrai dire, entre Katmandou et Lhassa. Voici une adresse à Lhassa qui peut vous aider, de Katmandou, à y aller par la route: http://www.accesstibettour.com/train-railway.html.

Pour le train, le trajet se fait normalement au départ de Pékin mais il paraît que depuis quelques semaines, les étrangers peuvent partir de Lhassa. Le T27 quitte la gare de l'ouest de Beijing à 21h30 pour arriver à Lhassa à 20h58 le troisième jour, soit une course de 47 heures 28 minutes. Le T28 part de Lhassa à 8h et arrive à Beijing exactement 48 heures plus tard. Selon qu'on choisisse un siège dur, une couchette dure ou molle, les prix entre Beijing et Lhassa sont respectivement de 389, 813 (couchette du bas) et 1262 yuans. Le billet le plus élevé équivaut donc à environ la moitié d'un billet d'avion, soit 2540 yuans.

Afin d'accélérer la procédure des visas pour le Tibet, faites-vous donner avant le départ un papier de l'ambassade de Chine au Canada stipulant que vous faites des photos d'enfants pour réaliser une tournée des écoles du Québec plus tard: ça passe quelquefois.

Quant aux paysages, c'est au Bhoutan et au Tibet que vous allez vous régaler. Au Bhoutan, malgré le racket des moines, les alentours de Tronsa, de Chhukha et de Punakha sont des unicités naturelles. Même chose du côté du Tibet, en dehors de Lhassa, qui est le plus souvent en construction avec des cellulaires pas très loin, le train étant une mauvaise affaire pour les Tibétains, qui n'avaient pas besoin d'un autre envahisseur.

Lorsque vous serez en Chine (procurez-vous l'excellent guide Évasion Pékin Shanghai, qui vient de sortir). Les campagnes sont quelquefois monotones ou sublimes, un peu comme la bouffe que je vous conseillerais végétarienne pour ne pas tomber sur des lanières de viandes inconnues. Quand vous serez aux portes de Hong Kong, allez du côté de l'île de Lantau, qui dispose de quelques guest houses en bord de plage. Et prenez le traversier vers Macau pour de belles antiquités et pour trouver du portugais en terre asiatique.

Stages de peinture

«J'ai apprécié vos cartes postales du Tour de France! Aujourd'hui, j'aimerais savoir s'il existe des formules clé en mains, au départ de Montréal, des séjours de style randonnée en Provence et retour. Je sais que des organismes comme La Balguère proposent des randonnées d'une semaine mais il faut se débrouiller pour réserver ensuite soi-même deux ou trois jours d'hébergement pour absorber le décalage horaire. Si une agence arrivait à coordonner le tout, ce serait moins stressant.

«D'autre part, les randonnées offertes sont axées sur la marche assez intensive ou le vélo. N'y a-t-il pas de formules avec peinture, photos, découvertes culturelles et gastronomiques, ou encore un éventail de plusieurs choix?»

Évelyne Sabourin, Montréal

Désolé pour les cartes postales du Tour de France 2007, sur Canal Évasion, que je ne pourrai réaliser cette année à cause de mon accident survenu récemment. En ce qui concerne des stages de peinture jumelées avec des ateliers découverte et gastronomie, je vous suggère de contacter les offices de tourisme ou les associations régionales en France.

Par exemple, la ville d'Aix-en-Provence propose de nombreuses activités autour du peintre Cézanne, avec des peintures à faire sur chevalet dans la montagne Sainte-Victoire, et le soir, des rencontres autour de l'architecture des placettes ou de l'importance des fontaines au nord ou au sud du cours Mirabeau. Côté gastronomie, certaines tables offrent des stages et quelques dérives savoureuses du côté de Cassis ou des calanques marseillaises. Ensuite, il n'y a qu'à appuyer sur le Kodak pour immortaliser le tout.

Vous n'avez donc qu'à contacter une région et à confectionner votre séjour. De Montréal, vous aurez à vous occuper de l'avion.

Bonnes adresses

«Nous sommes trois amies revenant d'un voyage d'un mois au Vietnam, en janvier et février derniers. Nous avons fait affaire avec une agence familiale basée à Hanoi et nous en avons été très satisfaites. Nous avons eu des guides francophones, une voiture avec chauffeur à notre disposition pour tout le séjour et des hôtels très confortables. Les conseils pour les restaurants étaient toujours très judicieux. Ce fut un genre de voyage organisé sans les inconvénients du groupe de 20 ou 30 personnes et pour un coût comparable. Nous avons adoré. L'agence est dirigée par M. et Mme Binh. Madame parle très bien français. www.binhtours.com, binhtours@yahoo.fr. Ils ont été capables de "se retourner sur un 10 cents" pour organiser notre voyage.»

Louise Savoie, Montréal

À suivre

Les forfaits produits par Voyages Gendron, une agence de voyage détaillante située à Valleyfield et qui fait également office de voyagiste. Depuis quelques années, l'entreprise s'est spécialisée dans les séjours flexibles dans le Sud, évitant les vols nolisés et accordant des tarifs intéressants aux dates voulues, en semaine, avec des compagnies américaines (trois, cinq, dix, quinze jours ou plus). Le golf tous azimuts, le vélo (tour de New York) et des séjours à Las Vegas (en minibus) font également partie des valeurs sûres de l'agence. Vous pouvez demander une soumission de tarif pour un voyage particulier. http://www.voyagesgendron.com/voyagiste.

À lire, voir, écouter

- Jeux de piste et énigmes à Paris, de Jean Richard Matouk, publié chez Hachette. Un petite trouvaille de poche de moins de 200 pages qui reprend tous les arrondissements parisiens en posant des devinettes et des énigmes à la recherche d'une rue, d'une bâtisse célèbre ou simplement d'une ruelle qui s'est égarée au fil du temps. Un moyen très simple de découvrir et d'apprendre en s'amusant.

- Toute la géographie du monde, de Jean-Claude Barreau et Guillaume Bigot, publié chez Fayard. Les auteurs sont partis du principe que les gens voyagent de plus en plus et connaissent de moins en moins la géographie. Pour y remédier, 400 pages plus tard, on a l'impression de réapprendre les courbes des fleuves et celles de l'histoire qui jalonnent cet ouvrage facile à lire. Il s'agit d'une sorte de roman des pays, placés par région par intérêt. Jamais trop lourd, jamais fastidieux, un excellent bouquin pour nous et nos enfants.

- Cancun et la Riviera Maya et République dominicaine, publiés chez Ulysse. Il est bien de situer ces destinations normalement calibrées selon les tout-compris qui font la gloire des sables environnants. Avec ces deux guides, on a l'impression que ce ne sont pas les mêmes pays qui sont décrits dans les brochures de nos voyagistes généralistes. Autre bon lancement chez Ulysse: le guide Guatemala, plus près de la culture et des sites à visiter. À noter également, le guide Ulysse Las Vegas soutenu par un ton léger, qui tient dans une main et qui ne se prend pas au sérieux.

Envoyez vos questions et commentaires à lkiefer@ledevoir.com.