Aimer Hamilton, le snobisme suprême

Jazz convivial au bar The Rex, un standard de la rue Queen. Source: Claude André
Photo: Clément Allard Jazz convivial au bar The Rex, un standard de la rue Queen. Source: Claude André

J'aime Hamilton. J'aime son rideau de cheminées: sale, crasseux, vraiment industriel sans être menaçant. J'aime l'argent des mécènes de Hamilton qui financent des musées fascinants dans une ville richement historique. J'aime la vie culturelle de Hamilton: alternative, débridée, à mi-chemin entre Soho et le genre country.

Daniel Lanois n'est-il pas originaire de là? J'aime la vie sportive de Hamilton avec une équipe de football mythifiée et le club-école du Canadien de Montréal. J'aime Hamilton... Cela est si original que c'est véritablement du snobisme.

À voir et à faire

- Art Gallery of Hamilton: une collection permanente — et franchement étonnante — de 8500 oeuvres qui révèle surtout des trésors d'art canadien et européen de toutes les époques. Ce petit musée d'art majeur, lové dans un bâtiment signé Bruce Kuwabara, est dirigé par la francophone Louise Dompierre. Tél. (905) 527-6610, artgalleryofhamilton.com.

- Dundurn Castle: une des maisons historiques les plus impressionnantes du Nouveau Monde. Plus de 40 pièces sur trois étages. On visite la vie d'une famille riche et puissante et de ses serviteurs épuisés et haletants. Musée militaire adjacent. Il y a sept musées historiques importants à Hamilton (hamilton.ca/museums).

- Sentiers industriels: le patrimoine industriel de Hamilton est considérable. On le parcourt en voiture ou à pied, en tournées autoguidées. Usines géantes des XIXe et XXe siècles, ateliers spécialisés, cheminées démesurées, banlieues chargées d'histoire et un lot d'entrepôts devenus lofts et espaces artistiques comme dans l'Imperial Cotton Centre for the Arts. Made in Hamilton Industrial Trail, tél. (905) 972-9133.

- Centre des arts et de l'héritage des travailleurs de l'Ontario: grand centre d'interprétation de l'histoire de l'organisation syndicale et de la vie des travailleurs de l'âge d'or industriel. Les expositions de cet Ontario Workers Arts & Heritage Centre sont partiellement bilingues et le Québec n'est pas oublié. Le Front commun syndical de 1972 est exposé comme ayant généré la plus grande grève de l'histoire du Canada. Tél. (905) 522-3003, wahc-museum.ca.