Sur la route

Une boutique de «souvenirs» à Seligman.
Photo: Carolyne Parent
Photo: Une boutique de «souvenirs» à Seligman. Photo: Carolyne Parent

Radiator Spring, vous connaissez? Les chances sont minces vu que ce village n'existe que dans l'univers de Cars, adorable film d'animation de John Lasseter qui a pris l'affiche récemment. En fait, Radiator Spring est un bled composite de tous les villages fantômes jalonnant la célèbre route 66, qui traverse les États-Unis de Chicago à Los Angeles sur près de 4000 kilomètres. Supplantée par l'autoroute, la «Mother Road», comme l'avait baptisée John Steinbeck, a pris valeur de mythe tandis que plusieurs patelins, oubliés entre deux sorties d'Interstate, ont dû fermer boutique.

Un des villages moribonds ayant inspiré les concepteurs de Cars est Seligman, en Arizona. Non loin, Flagstaff et Williams, ce dernier hameau étant le dernier à s'être fait doubler par l'autoroute 40 en 1984, ne semblent pas trop mal se tirer d'affaire: et pour cause, tous deux sont à la jonction de routes menant au South Rim du Grand Canyon. Seligman n'a pas cette veine: il ne mène qu'au Snow Cap.

Derrière le comptoir de sa gargote, John Delgadillo garde le fort en se moquant gentiment des clients avec ses farces et attrapes. L'attrait numéro un de Seligman, c'est lui, assurément. Et en cela, il poursuit l'oeuvre de son père, Juan, qui a construit Snow Cap en 1953, et surtout de son oncle, Angel, le barbier du village. Voyant Seligman dépérir à petit feu, ce dernier a fondé l'Historic Route 66 Association en 1987, histoire d'attirer l'attention du monde sur la disparition d'un ruban d'asphalte et de son histoire.

Une boutique de «souvenirs», un salon de barbier transformé en musée, Snow Cap, une station-service abandonnée et trois bâtiments en ruines: voilà l'irréductible Seligman. «C'est bien une crème glacée que vous voulez?», me demande John Delgadillo, sérieux comme un pape, en me tendant une coupe contenant une boule de glace pilée sur laquelle trône une crémette...

Si, d'aventure, vous prévoyez rouler entre Las Vegas et le Grand Canyon, un tuyau: en Arizona, oubliez la 40 et empruntez plutôt la voie de la nostalgie qui porte, depuis 80 ans cette année, la désignation 66. Vous pourriez ainsi aller saluer le monsieur légèrement givré de Snow Cap.

- Renseignements: www.azrt66.com et Route 66, A Guidebook to the Mother Road de Bob Moore et Patrick Grauwels.

Collaboratrice du Devoir