Livres - Greens de rêve

Tous les amateurs de golf savent que, sur le terrain, il n'y a souvent qu'une seule chose qui compte: le vert doit être parfait. C'est avec cette idée en tête que les éditions Flammarion ont publié Les 1001 greens qu'il faut avoir joués dans sa vie, un ouvrage de 960 pages consacré aux plus beaux trous de golf de la planète.

Les images, à faire rêver tous les golfeurs amateurs, sont accompagnées de courts textes expliquant le trou, ainsi que de quelques informations «utiles» au cas où le rêve deviendrait réalité...

Mais dans ce livre, comme au golf, il n'y a pas que des points positifs. Dans tous les textes, on retrouve l'usage généralisé de termes anglais. Le bunker (la fosse de sable), le fairway (l'allée) et les clubs (les bâtons) sont des termes golfiques utilisés à profusion.

La nomenclature des distances pose également un problème. Les verges ont été converties en mètres, ce qui est très embêtant lorsque vient le temps d'évaluer le trou.

Fait à noter, il n'y a aucun terrain québécois répertorié dans ce livre, qui fait près de six centimètres d'épaisseur. Avec ses photos et ses descriptions, cette bible du golfeur a tout de même sa place sur la table à café. Vous pourrez ainsi épater la galerie si vous avez eu un jour la chance de vous trouver sur le cinquième du Kapalua Golf Club, à Hawaii, ou sur le dix-septième du mythique St. Andrews, en Écosse.

Malheureusement, dans le cas où vous auriez réussi un oiselet ou un aigle sur un trou au Royal Laurentien ou au Géant de Mont-Tremblant, vous ne pourrez que vous rabattre sur vos photos, mal cadrées, prises sur le tertre de départ!