Notre choix de mousseux à moins de 50$

Valsent les bulles, adieu les soucis...
Photo: Jean Aubry Valsent les bulles, adieu les soucis...

Tous les champagnes sont des mousseux, mais tous les mousseux ne sont pas nécessairement des champagnes. Ça, vous le saviez déjà. Mais un mousseux peut-il être aussi bon qu’un champagne ? Vous n’en doutez même pas une seconde, car vous êtes au fait que ce Triple Zéro Extra Brut du Domaine de La Taille aux Loups en appellation Montlouis-sur-Loire (36 $ – 14781848 – (5) ★★★ 1/2 - A) ou ce Franciacorta Ca’del Bosco Prestige Extra Brut (45,50 $ – 11008024 – (5) ★★★★ – T) sont sur le même pied qualitatif qu’un seigneur de Reims ou d’Épernay. Ils sont seulement différents. Valoriser les différences n’est-il pas déjà source de découverte et d’ouverture d’esprit ?

Ce sont 39 échantillons qui ont été acheminés au Devoir par les agences (que nous remercions au passage) en vue de ce banc d’essai, et cela, après la dégustation récente de champagnes dans la même fourchette de prix. En ce qui concerne la méthodologie employée, les mousseux ont été dégustés à l’aveugle dans des verres de type INAO à la température de 9 degrés Celsius et sont ici identifiés selon le type de méthode utilisé pour leur élaboration, soit A (ancestral), C (Charmat) et T (traditionnel). La suite des vins évalués se retrouve sur le site Web du Devoir. Santé et bien-être social !

Brut Sauvage, Domaine Baud « Génération 9 », Crémant du Jura, France (29,65 $ – 12100316 – T) Neuf générations de savoir-faire pour un brut net et détaillé qui fait la fête à des chardonnays (70 %) fins de texture, de belle allonge. (5) ★★★ 1/2

Vouvray Brut, Sébastien Brunet, Loire, France (23,75 $ – 12846441 – T) Pure expression de chenin blanc bio aux nuances florales de jasmin, de coing, de vanille et de flan aux pêches. De quoi actionner la pompe à salive par sa fine tension et sa longue finale sapide. (5) ★★★

I Tant Mar Salada, Cava Brut, Espagne (16,80 $ – 13497845 – T) Bulle franche, vigoureuse et peu dosée, dotée d’un bon volume fruité, vanillé et légèrement beurré. Belle affaire. (5) ★★ 1/2

Prosecco Superiore 2021, Camúl, Valdobbiadene, Vénétie, Italie (21,60 $ – 12797846 – C) Le cépage glera moustille, sous ses nuances gourmandes de pomme golden et de banane mûre, avec simplicité et rondeur. (5) ★★ 1/2

Fiol Prosecco, Vénétie, Italie (16,55 $ – 12999333 – C) On joue ici sur le contraste douceur/acidité pour mieux relancer une bouche riche, confite et malique, au goût de biscuit Graham et de pomme caramélisée. Sur le pannetone dominical. (5) ★★

Carpineto Farnito Brut, Toscane, Italie (25,95 $ – 11341855 – T) On aime ici la tonicité anisée de ce pur chardonnay aux nuances de pomme verte et de citron. Une mousse apéritive pour gougère esseulée. (5) ★★★

Cava Lola de Paco & Lola Brut, Espagne (20,30 $ – 13483911 – T) Ça fleure bon la tarte des soeurs Tatin, le chocolat blanc et le chausson aux pommes chaud, avec de la fraîcheur, du volume et beaucoup d’esprit à ce prix. (5) ★★★

Mumm Napa Brut Prestige, États-Unis (30,75 $ – 11442701 – T) Ce classique n’a pas déçu. Dosage harmonieux et flaveurs riches, expressives et gourmandes d’amande grillée et de pain doré arrondi avec une bonne dose de sensualité. (5) ★★★

P.M.G. Julien Fouet, Vin de France (21,75 $ – 13497802 – A) Évidemment, ces initiales de « Pour ma gueule » sont aussi les vôtres, avec leur approche vivace et malique de pomme verte et de rhubarbe. Idéal pour la gueule des visiteurs impromptus ! (5) ★★★

Roederer Brut Anderson Valley, États-Unis (39 $ – 294181 – T) Tout le doigté champenois, mais dans des contrées ensoleillées. Rigueur et profondeur maîtrisées sous une savante autolyse des levures, avec ce goût texturé de crème au beurre, de crème anglaise et de pomme à peine caramélisée. Un mousseux habillé comme un prince, à servir à table sur des crustacés qui se pincent de bonheur. (5) ★★★ 1/2

Clos Amador Brut Reserva, Cava, Espagne (15,30 $ – 12888182 – T) Avec ses 15 mois sur lattes (soit le minimum réglementaire en Champagne), ce cava généreusement dosé, mais tout de même harmonieux, s’assurera déjà de combler la soif des tablées nombreuses à venir, ne serait-ce que par le petit prix exigé et la qualité d’ensemble qui ne se dément pas. Poire pochée, épices et citron Meyer sur une trame saline de forte personnalité. (5) ★★ 1/2

Turbulent, Domaine Sérol, Vin de France (27 $ – 14718161 – A) L’un de mes pétillants naturels rosés bios préférés, mais aussi un gamay léger de ton mais jaseur comme une grive égarée au milieu d’un verger de cerisiers. Clarté fruitée absolue et notes crémeuses, à la fois tendres et vivaces. Le pousse-café du lendemain de veille ! (5) ★★★

Explication des cotes

 

À grappiller pendant qu’il en reste !

Le Paria 2020, Maison Ventenac, Vin de France (18,30 $ – 14029162) Voilà un grenache noir heureux et fort décontracté dans son expression gourmande, sans un millilitre de prétention. Un rouge bio fort intègre, souple et de corps moyen, avec juste ce qu’il faut de tanins et de fraîcheur pour célébrer la brochette de boeuf tout en sortant de table dans les meilleures dispositions. Servir à peine rafraîchi. (5) ★★ 1/2

Bourgogne Blanc 2021, Prosper Maufoux, France (26,60 $ – 15042730) Il est toujours possible de savourer un bourgogne blanc à prix correct. Cette maison située à Saint-Aubin en connaît un rayon sur le chardonnay, qui trouve ici une expression svelte et bien vivante, tactile et hautement savoureuse. Des notes de citron et de pêche de vigne enlèvent le morceau avec équilibre tout en étant fort digestes. Fort recommandable. (5) ★★★

Syrah « Valine » 2020, Jean-Luc Jamet, Rhône, France (31,50 $ – 15051011) Cessez derechef toute activité courante et foncez rencontrer votre conseiller en vin à la SAQ pour rafler les dernières bouteilles de ce petit bijou d’intensité fruitée du Rhône septentrional ! J’ai pour ma part l’impression de boire ce vin des amis concocté il y a plus de quatre décennies par Auguste Clape du côté de Cornas, dans une version beaucoup plus ample et texturée, mais partageant les mêmes réjouissantes acidités et digestibilités. Robe pourprée et arômes nets, jaseurs et immédiatement séduisants de violette et de tapenade, le tout pourvu de tanins fins émancipés par le terroir local de schistes. Top ! (5+) © ★★★ 1/2

Morgon 2020 Cuvée Joe Beef, Georges Descombes, Beaujolais, France (32,50 $ – 13219520) Le gamay vous attrape et vous happe ici avec une intensité fruitée peu commune tant les tanins, à la fois généreux, souples, denses et bien mûrs, rivalisent ici de fraîcheur et d’expression. Cerise, pivoine, framboise s’y bousculent en offrant au palais une sève aussi subtile que longue et soutenue. Bref, une merveille sur le poulet rôti ou sur sa version de pâté en croûte. (5) ★★★ 1/2

Barbera d’Alba 2020, Sandrone, Piémont, Italie (42 $ – 14799301) Rien, mais absolument rien de rustique dans cette cuvée habillée de tanins mûrs et fournis, polymérisés sous la vigilance de futailles d’une belle facture, mais plutôt un rouge corsé, au fruité large et de première fraîcheur, nuancé de notes empyreumatiques, d’anis et de cacao. On atteint ici un autre niveau avec ce barbera. (5) © ★★★ 1/2

Château Gombaude-Guillot 2014, Pomerol, Bordeaux, France (83,25 $ – 14783721) Près d’une décennie de bouteille et voilà le merlot se mouvant doucement sur son plateau de maturité tout en affichant une trame tannique fine, « un rien austère, tout en affichant toutefois la maturité ». Ce sont les propos de Simone, 95 ans, une Française amoureuse des vins de la rive droite. Rien ne vaut un avis bien senti, avis d’ailleurs partagé. C’est pourquoi elle lui a présenté sur un plateau d’argent son fameux carré d’agneau pour en amplifier le moelleux, sachant pertinemment que les huîtres, dont elle raffole aussi, seraient ici déplacées. Longueur en bouche appréciable. Simone est d’accord aussi. (5) ★★★ 1/2

Castello di Bolghieri 2019, Bolghieri Superiore, Toscane, Italie (104,50 $ – 14153796) Nous causions ici même, dans la dernière édition, de cette minuscule appellation où crèchent les Sassicaia et Ornellaia de ce monde. Un autre grand seigneur se greffe à eux avec ce cru du domaine du conte Federico Zileri Dal Verme. Ici brille évidemment l’encépagement bordelais typique avec une dominante de cabernet sauvignon digne de leur race et de leur fraîcheur. Si ce rouge a du panache, il demeure pour le moment quelque part entre les limbes du berceau et le début d’un parcours prometteur, avec un fruité modulé en fonction d’un boisé juste et d’une trame tanique qui jamais ne s’impose tout en prolongeant la finale. Bref, à reconsidérer en 2032, où il atteindra visiblement son plateau de maturité. Pour le moment, les protéines d’un rosbif saignant l’accompagneront avec bonheur. (10+) © ★★★★

Plus de suggestions de mousseux à moins de 50 $

Suite, ici, de la dégustation proposée sur l’édition papier. Sur le plan de la méthodologie, les mousseux ont été dégustés à l’aveugle dans des verres de type INAO à la température de 9 degrés Celsius et sont ici identifiés selon le type de méthode utilisé pour leur élaboration, soit A (ancestral), C (Charmat) et T (traditionnel).

- Type ancestral (ou pétillant naturel). Une seule fermentation qui démarre en cuve pour être transférée en bouteille, où le vin mousse en épuisant ses sucres résiduels pour une pression avoisinant 3 bars.

- Type cuve close (ou Charmat). Trois semaines de fermentation en cuve close au minimum, avec transfert ultérieur en bouteille pour une pression avoisinant les 5 bars.

- Type traditionnel (ou classique). C’est la fameuse méthode dite « champenoise », où un vin tranquille subit une seconde fermentation en bouteille avec élevage sur lies fines, pour une pression avoisinant les 7 bars.

Il faut savoir que la qualité de la bulle se mesure entre autres par son séjour plus ou moins prolongé sur ses lies fines, avec une pression (mesurée en bars) élevée, et que le dosage est la dernière touche (en sucres) apportée au mousseux récemment dégorgé avant l’expédition.

J. Laurens « Clos des Demoiselles » 2020, Crémant de Limoux, Languedoc-Roussillon, France (24,25 $ – 10498973 – T) Toujours sous la barre des 25 $, et ce, depuis des lunes, ce crémant du Sud, dont l’appellation accouchait de la première bulle autour de l’an 1540 chez les moines de l’abbaye de Saint-Hilaire, réussit toujours le pari de la fraîcheur, tout en se drapant d’une dentelle généreusement brodée où chardonnay (majoritaire), chenin et pinot noir détaillent un ensemble fort élégant. Les nuances de crème caramel et de pomme mûre enrobent ici une bouche moelleuse et un rien saline en finale. (5) ★★★

Louis Bouillot « Perle Rare » 2018, Crémant de Bourgogne, France (23,95 $ – 884379 – T) Cette maison dotée d’installations modernes du côté de Nuits-Saint-Georges livre bon an, mal an un mousseux ample, sensuel et texturé en tout point cohérent. C’est joliment dosé, mais bien frais, avec une jolie finale sur la crème brûlée et le gâteau aux pommes. (5) ★★★

Parés Baltà Cava Brut, Espagne (17,95 $ – 10896365 – T) Il faudrait vivre sur une autre planète pour ne pas avoir déjà goûté à la gamme étendue des vins de cette maison. Impeccable sur toute la ligne, fort innovante en plus de révéler pleinement le potentiel local, bref, une bulle bio qui évoque la pomme et le céleri par sa fraîcheur saline. Un goût de liberté ! (5) ★★ 1/2

Recaredo Terrers Brut Nature 2018, Corpinnat, Espagne (39 $ – 13319715 – T) Imaginez une pièce où votre mère étire de la tire Sainte-Catherine chaude et molle sentant bon la muscade, le beurre, la pomme, le caramel doux et le clou de girofle… Ouvrez les yeux et plonger dans ce cava bio de cru zéro dosage, à la fois fin et persuasif, profond, mais aussi d’une extraordinaire portée verticale. Grande bulle de repas qui vaut un grand champagne au tiers du prix. (5) ★★★★

Spontané Blanc, Philippe & Nicolas Vignerons, Vin de France (24,30 $ – 13879801 – A) Le tandem sort des sentiers battus en nous offrant un Pet Nat’ sensationnel et incontournable. Une bulle qui monte au front comme Napoléon devant l’Anglais, portant un étendard coloré fruité de rhubarbe, de pomme et de melon. Victorieux ! Un bio à mettre dans le bas de Noël de fiston ou de votre fille. (5) ★★★

Moingeon, Crémant de Bourgogne, France (19,95 $ – 871277 – T) Que demandez de mieux à ce prix ? Ici, rondeur, plénitude et caractère jouent la carte de la séduction avec de jolies notes de brioche, de pomme et de gingembre sur un ensemble confortablement dosé. Accompagnera une bonne volaille à la crème à table. (5) ★★★

V8 + Vineyards Sior Carlo Brut Prosecco 2021, Vénétie, Italie (18,55 $ – 13734177 – C) Le cépage glera n’y va pas par quatre chemins avec son fruité moelleux passablement dosé au goût net de flan aux poires. Simple, oui, mais ça fonctionne, surtout sur les ris de veau. (5) ★★ 1/2

Juvé y Camps Reserva de la Familia Brut Nature 2017, Espagne (22,55 $ – 10654948 – T) Ce cava confirme une fois de plus que l’on en a pour ses deniers en matière de bulle ! À ce prix, ni plus ni moins que 48 mois de séjour sur lattes, une robe mordorée, des bulles abondantes et une bouche sans sucre, richement brodée, délicieusement truffée, confirmée par de beaux amers sur la longue finale. Comment fait cette maison familiale pour nous offrir un tel cadeau à ce prix ? Noyeux Joël à tous ! (5) ★★★ 1/2

Barone Pizzini Rosé Extra Brut 2017, Franciacorta, Lombardie, Italie (46,50 $ – 15041753 – T) Nous pénétrons un monde de subtilités avec les vins de Franciacorta, de véritables « champagnes » italiens qui, si ce n’était qu’une question de terroir (craie), s’en rapprocheraient indubitablement. Ils possèdent par contre cette petite folie que les Français n’ont pas, cette dolce vita insouciante où, par exemple, Marcello Mastroianni croise le chemin d’Anouk Aimée et d’Anita Ekberg avec une économie de mots, mais plein de regards furtifs. Ici, la mousse fine est un ballet subtil, chorégraphié avec éclat, maîtrise et tension, dans sa plus pure expression. Évitez les desserts, l’alcôve suffira. (5) ★★★★

Prosecco Rosé 2021, Casa Paladin, Vénétie, Italie (19,05 $ – 14727180 – C) Un doigt de pinot noir rosit à peine la robe où l’effervescence fine stimule le palais en le berçant comme si vous étiez dans un hamac. C’est vivace, quoique généreusement dosé, fort stimulant avec sa pointe herbacée de fenouil qui l’allonge. (5) ★★ 1/2

Louis Bouillot « Perle d’Aurore » Brut Rosé, Crémant de Bourgogne, France (23,95 $ – 11232149 – T) Véritable friandise que ce blanc de noirs qui fera plaisir à la tarte aux cerises peu sucrée et légèrement acidulée de grand-maman, qui en exigera une seconde rasade pour services rendus. Une mousse lisse comme le nacre d’une perle, généreuse de texture, richement dosée. En tout point rassembleur. (5) ★★★

Parés Baltà Pink Cava, Espagne (18,90 $ – 12888043 – T) Ai-je besoin de vous faire les présentations ? Encore et toujours, l’Espagne brille ici à la fois par le prix et par la maîtrise d’exécution avec ce cava bio énergisant, au goût franc de cerise et de fraise qui ne lasse pas. Une bulle qui sait d’où elle vient et où elle va, soit au coeur d’une humanité qui a drôlement besoin de réconfort par les temps qui galopent. (5) ★★★



À voir en vidéo