Notre choix de champagnes à moins de 50$

Champagnes à moins de 50 $ : Une initiative fort appréciée en ces périodes inflationnistes.
Photo: Jean Aubry Champagnes à moins de 50 $ : Une initiative fort appréciée en ces périodes inflationnistes.

« J’ai encore une bouteille de champagne Laurent-Perrier Brut qu’il me reste de Noël dernier. Est-ce qu’il est encore bon ? » demandait récemment notre lectrice Gisèle Picard. Réponse : D’abord, excellent choix que cette belle cuvée apéritive (avec ses 50 % de chardonnay – 69,75 $ – 340679 – (5) ★★★ 1/2) qui, si elle était au calme pendant l’année écoulée — c’est-à-dire dans un endroit frais et sans lumière —, n’en sera que meilleure. Un champagne qui vaut son prix.

Qu’en est-il de ses collègues champenois dont les prix sont sous la barre des 50 $ ? Au moment où ces lignes étaient écrites, la SAQ proposait 23 bouteilles à cette enseigne. Une initiative appréciée en cette période d’inflation. Le Devoir remercie les nombreuses agences et la SAQ, qui se sont prêtées au jeu d’acheminer les échantillons, soit 15 au total.

En ce qui concerne la méthodologie employée, les vins ont été dégustés à l’aveugle dans des verres de type INAO à 9 degrés Celsius en compagnie de Robert Renaud, sommelier et conseiller en vin à la succursale Rockland de la SAQ. Ils sont évalués ici dans l’ordre de dégustation. À noter que 37 mousseux ont aussi été réunis pour l’occasion en prévision d’une parution ultérieure dans ces pages. Pour le moment, champagne ! Avec une suite sur le site Web du Devoir.

Paul Dangin « Jean-Baptiste » Extra Brut (36,25 $ – 14222819) Il fait partie des trois candidats sous la barre des 50 $ qui devraient garnir les tablettes toute l’année à la SAQ ! Mais il ne reste que très peu de bouteilles disponibles. Un blanc de noirs éloquent et d’une belle finesse, peu dosé, consistant sans qu’on sacrifie à l’élégance. (5) ★★★ 1/2

Émile Leclère Brut Réserve (39,25 $ – 13369510) Le chardonnay se frotte ici à 60 % de pinot meunier dans un tango que ce dernier domine avec maestria. La bulle est saline, le dosage, approprié et le caractère, affirmé. Une bulle pour la table. (5) ★★★ 

Vincent Couche « Élégance » Brut (48,50 $ – 14758816) Si on y perd momentanément ses repères, on se rattrape par contre rapidement avec cette singulière cuvée élaborée en biodynamie, où le pinot noir (84 %) complété de chardonnay ratisse large et avec beaucoup d’aplomb au nez comme en bouche. Un vin peu dosé, pour baroudeurs excentriques empruntant des voies excentrées, au goût profond de coing et de citron confit, le tout relevé discrètement d’un souvenir boisé (ici à 21 %). Beau flacon artisanal inspiré du collègue vigneron Jacques Lassaigne et de ses vignes du côté de Montgueux. (5) ★★★ 1/2

Jacquart Mosaïque Brut (48,75 $ – 12034216) Cette cuvée titillera le palais de la belle-maman, du beau-frère comme du fiston qui s’initie à l’aube de ses 18 ans à la bulle, qu’il ne quittera plus désormais. Le type champagne universel qui offre l’essentiel, soit la finesse, le charme (vanillé, grillé) et un fruité de poire des plus séduisants. Le tout livré avec harmonie. Parfait à l’apéro sur des gougères au fromage. (5) ★★★

De Saint-Gall 1er Cru Blanc de Blancs (48,00 $ – 14199903) On sent ici déjà les bienfaits du séjour sur lattes de ce pur chardonnay élaboré par une « coopérative de coopératives » de vignerons penchés sur un apport de grands crus et de 1ers crus. Nuances florales de grillé et de tilleul sur un ensemble équilibré, à la texture et aux bulles fines. L’apéro du brunch dominical par excellence. (5) ★★★

Lallier Grande Réserve Brut Grand Cru (50,00 $ – 11374251) Ici, une curieuse note lactique plombe la subtilité du vin à l’olfaction (du moins dans l’échantillon dégusté). La suite en bouche est plus heureuse, en textures et en générosité de fruit, bien que ne disposant pas, cependant, de cette envolée subtile et tonique des mousses affriolantes. Vin de repas. (5) ★★★

Gardet 1er Cru Blanc de Noirs Brut (44,00 $ – 12398600) Les « noirs », dont le meunier à 40 %, combinés aux terroirs de Chigny-les-Roses confèrent à cette bulle de caractère une touche épicée de gingembre sur un fond généreux de pommes mûres. Un champagne qui, bien que rustique, offre une mousse nourrie, presque saline, hautement savoureuse. Strudel (peu sucré) aux pommes ? (5) ★★★

Louis de Sacy « Originel » Brut 2017 (46,25 $ – 14400558) Drôle de bébite que ce millésimé ! On croit le saisir, il détale ailleurs. Chose sûre : on plonge avec lui en profondeur. Un extra brut sous tension, pourtant arrondi sous un fruité large (orange, pomme, poire séchée) et épicé, enrichi par un séjour conséquent sur lattes. Un champagne qui s’assume, d’une belle longueur. À noter que son prix en France (31,40 euros au domaine, soit 43,55 $) correspond à peu près ici à celui de la SAQ. (5) ★★★ 1/2

Nos suggestions

Votre question est celle-ci : un mousseux vaut-il un champagne ? Je vous répondrai qu’un « bon » mousseux nivellera un champagne du même prix. J’ajouterai qu’il pourrait même être nettement meilleur. Le vin de champagne a cet avantage d’être rapidement identifié pour sa clarté crayeuse, à l’image du beau chablis pour sa subtilité minérale. À noter que les maisons familiales qui composent l’essentiel des cuvées dégustées ici ne jouissent pas, à l’instar des grandes marques, d’un approvisionnement aussi diversifié que ces dernières. Elles offrent tout de même, dans les échantillons évalués, un champagne dont le séjour sur lattes — temps passé en cave lors de la prise de mousse où les phénomènes d’autolyse des levures enrichissent et complexifient le milieu — a été souvent bien supérieur aux 15 mois minimum réglementaires dictés par le cahier des charges. Et, oui, bien sûr, coiffé d’un bouchon prévu à cet effet, tout mousseux se conserve bien deux ou trois jours sans que sa qualité soit altérée. Il peut même y gagner ! La semaine prochaine : d’autres mousses hors champagne.

Nominé-Renard Brut (43,50 $ – 14199647) Cette entreprise familiale nous livre un champagne authentique aux notes briochées (40 % de chardonnay ici) soutenues d’une bulle baladeuse brodée avec fraîcheur et dotées de jolis amers en finale. Un champagne multiparcellaires d’une rare cohérence, confortablement dosé, mais bien vivant, et enrichi de ses 30 mois sur lattes. La maison le conseille sur un risotto aux asperges, ce à quoi je ne m’opposerai nullement ! (5) ★★★

Beaumont des Crayères Grande Réserve Brut (46,00 $ – 13750601) Cette maison de vignerons fondée il y a 67 ans déjà, au coeur des coteaux d’Épernay, fait ici la part belle au pinot meunier (60 %), qui en assure l’ossature fluide tout en participant à la densité et à la gourmandise de l’ensemble. Dégorgé en mai 2022, ce flacon convainc par son fruité « tricoté serré » et ses saveurs crayeuses à peine iodées dont raffoleront les huîtres ou les Saint-Jacques qui oseront sortir de leur coquille pour l’occasion. Belle affaire. (5) ★★★ 1/2

GH Martel Victoire Brut (35,50 $ – 12588921) Des noirs (pour 30 % de chardonnay) composent ici cette cuvée passablement dosée qui se tire bien d’affaire à ce prix. Pas compliqué, certes, mais en tout point fidèle à ses origines et à ses ambitions. C’est passablement fin et tonique, à défaut peut-être de profondeur. Une surprise qui confirme que la dégustation à l’aveugle a ses mérites en laissant les préjugés au vestiaire ! (5) ★★★

Paul Laurent Brut Rosé (45,25 $ – 14990922) Ce rosé est une déception, pour ma part et celle du conseiller en vin à la SAQ Robert Renaud. C’est flou et lourdaud, avec un goût curieux de bonbon à la cerise qui n’a pas sa place ici. Pas noté.

Nominé-Renard Brut Rosé (47,00 $ – 14990893) Ce rosé, pour parts à peu près égales de noirs et de blancs, est accrocheur en raison de sa bulle généreuse et bien vivante derrière sa riche robe corail. J’ai terminé le flacon sur un magret de canard aux cerises avec un résultat qui, ma foi, n’était pas mal du tout. (5) ★★ 1/2

Tribaut Schloesser Brut Rosé (49,25 $ – 12653172) L’élaboration d’un champagne rosé est un art qui demande à la fois doigté et vision. L’oenologue travaillera d’ailleurs à « imaginer » ce qu’il adviendra de sa cuvée dans le temps, lorsque le vin s’émancipera lors de son séjour sur lattes, mais aussi après son dégorgement. La version en blanc (40,75 $ – 12398491 – (5) HHH) est du même niveau que ce délicieux rosé dont la pureté, la discrétion, mais surtout la fine tonicité étoffent et stimulent un ensemble judicieusement dosé. Osez le servir sur un carré d’agneau… (5) ★★★



À voir en vidéo