Les vins d’Autriche, plus brillants que jamais!

Vignoble géré en agriculture biologique
Photo: Jean Aubry Vignoble géré en agriculture biologique

C’est en 1985 qu’éclatait le scandale des vins moelleux et liquoreux frelatés au diéthylène-glycol en Autriche. Une poignée de vignerons mettaient alors à mal la réputation de l’industrie vinicole en « arrondissant » les vins avec de l’antigel. À vous donner froid dans le dos ! Ce triste épisode déclenchait paradoxalement un réflexe de probité et de transparence qui fait désormais de cette même industrie, plus de 35 ans plus tard,la championne mondiale d’une réglementation vitivinicole tout aussi sévère qu’exigeante, mais aussi diaboliquement précise, efficace et incorruptible sur le terrain. Avec pour résultat que la production actuelle est sans conteste la plus crédible et la plus innovante depuis les 10 dernières années sur la planète vin. Et ce n’est pas fini !

La mention est importante. Et l’empreinte sur les vins actuels, hautement manifeste. Une production à la fois originale et inspirée, répartie sur un peu plus de 46 000 hectares de vignobles qui s’inscrivent dans l’air du temps avec une batterie de vins frais, hautement digestes, pourvus de ce profil « léger » mais qui, étonnamment, concentrent pourtant un maximum de flaveurs. N’est-ce pas là l’idéal du vin ? Ajoutez le fait qu’environ 15 % (en hausse) des vignobles sont cultivés selon les principes de l’agriculture biologique et que la majorité des vins sont bien secs et pourvus d’une sapidité à faire rigoler la soif jusqu’à plus soif. La délégation commerciale des vins d’Autriche a fait parvenir quelques candidats au Devoir pour fin de dégustation. Les voici résumés succinctement. Seul regret : que leur disponibilité ne soit pas plus grande !

Grüner Veltliner « Selection » 2019, Domäne Wachau (19,40 $ – 13750089). Net et vibrant, avec des nuances florales et citronnées. Maturité d’ensemble, équilibre, fraîcheur salivante. (5) ★★★

Grüner Veltliner « Lois » 2019, Kamptal DAC, Loimer (20,25 $ – 11990492). Droiture et précision, milieu de bouche sapide pourvu d’une certaine richesse. Bon volume. (5) ★★★

Grüner Veltliner Ried Thal 2019, Kamptal DAC, Hiedler (I.P. Agence Calibré – 36,79 $). Une tout autre dimension ici. Détaillé, intrigant, surtout multipiste avec un fruité dense, suave, vibrant sous une tension minérale tenace. Impression de menthol sur une finale longue. (5+) ★★★ 1/2©

Riesling Langenlois 2019, Kamptal DAC, Rudolf Rabl (25,70 $ – 12776877). Nez très pur, silex/fumée, aérien, affriolant et bouche tracée avec style et acuité, volume et longueur saline. Quelle harmonie ! (5+) ★★★ 1/2

Pinot Gris, « Graupert » 2019, Österreich, Meinklang (35 $ – 13442916). Une macération confère une nuance abricotée soutenue, des notes de fruits secs et d’infusion. Caractère et longue sapidité. (5+) ★★★ 1/2

Zweigelt 2019, Österreich, Andert Wein (I.P. – Agence La QV– 28,50 $). Fruité bien vivant avec éclat, cerise-framboise, festif et attachant. Léger, très frais, croquant, avec une subtile texture tannique. À 10 % d’alcool par volume, le parfait vin de soif ! (5) ★★★

St-Laurent 2017, Thermenregion, Johanneshof Reinisch (I.P. – Agence Symbiose – 28,50 $). Ample, avec une touche torréfiée et de baies sauvages. Texture, étoffe et fins tanins sur une trame vivante et longue. (5) ★★★ 1/2 ©

Blaufränkisch, Zweigelt, Merlot « Pitti » 2019, Burgenland, Gerhard & Brigitte Pittnauer (18,45 $ – 14444201). Ce « Pitti » a du chien ! C’est coloré, débordant d’énergie, très droit avec une mâche fraîche, franche et savoureuse. (5) ★★★

Pinot Noir 2018, Burgenland, Heinrich (26,15 $ – 12817392). À peine un poil de réduction, mais remonte en selle rapidement, éclaircissant le visage d’un pinot bien dans sa peau, avec un léger mordant « calcaire » qui cadre la bouche avec une jolie portée aromatique. Délicieux. (5) ★★★ 1/2 ©

Blaufränkisch 2017, Eisenberg DAC, Wachter-Wiesler (I.P. – AB2VIN – 41,05 $). Robe jeune et profonde, vivace. Élégance folle au nez comme en bouche, avec des tanins fins, frais, civilisés, patinés par un boisé discret. Vin de textures, long, de grande classe. (5+) ★★★★ ©

46 000

Cabernet Franc 2019, Nieto Senetiner, Valle de Uco, Argentine (16,75 $ – 14307388). À ce prix, l’affaire est royale ! En supposant que la densité vermillonne de la robe ne vous effraie pas, que les arômes compacts, bien mûrs et soutenus de confiture de mûres n’entache pas votre désir de poursuivre et que les flaveurs riches, puissantes, moelleuses et généreuses ouvrent la voie à ces côtes de porc marinées à l’orientale, où gingembre et citronnelle dominent. Bref, il y a ici beaucoup de vin, mais aussi une texture où les tanins fondent comme un charme au palais. J’en suis encore tout ébaubi ! Servir autour de 14 degrés Celsius. (5) ★★★ ©

Le Canon du Maréchal 2019, Domaine Cazes, Côtes Catalanes, France (17,50 $ – 10894811). Diablement séduisant, ce blanc suave et parfumé où viognier et muscat font la fête, sur les asperges et les têtes de violon, mais aussi sur ces rouleaux de printemps aux nuances de coriandre fraîche. Un bio net, équilibré, vivant sur tous les plans. (5) ★★ 1/2

Valpolicella Ripasso 2017, Tommasi, Vénétie, Italie (20 $ – 10269450). Il y a toujours ce petit quelque chose de confortable, de rassurant, de gourmand avec des rouges de ce type, comme si l’ami italien partageait avec vous non seulement sa joie de vivre, mais aussi sa table fastueuse, avec sauces, pâtes, osso buco et autres mets où l’umami domine. L’approche est traditionnelle et la table, mise rapidement, avec un fruité étoffé et généreux de cerise sur fond légèrement amer de marc de raisin frais. À point. (5)  ★★★ ©

Trilogie 2019, Domaine Barmès-Buecher, Alsace, France (21,85 $ – 12254420). Ce 2019 me semble fort substantiel en raison d’un fruité riche qui ne manque ni de « fonds » ni de textures. L’équilibre y est toutefois maintenu avec juste ce qu’il faut d’acidité, conférant un surcroît de relief à l’ensemble. Un blanc précis et polyvalent qui se révélera fort habile sur le risotto aux fruits de mer et les dumplings. (5) ★★ 1/2

Luca Laborde Bottle Select Syrah 2018, Laura Catena, Argentine (24 $ – 10893877). La bouteille fait son poids et la syrah qu’elle renferme est tout… sauf un poids plume ! De vieilles vignes, oui — et on sent d’office la concentration soutenue —, mais surtout le cadre d’un élevage qui déborde sur le plan aromatique comme sur le plan gustatif. 24 heures après l’ouverture, c’est tout juste si le fruité riche de cerise mûre se frayait un chemin entre la trame serrée des polyphénols aux nuances fortement empyreumatiques. Bref, une grosse pointure qui offre tout autant à boire qu’à manger. Que la bidoche grillée façon argentine fasse ici son oeuvre ! (5+) ★★ 1/2 ©

Château Teyssier 2016, Saint-Émilion Grand Cru, Bordeaux, France (39,75 $ – 14373490). L’ombre du critique étasunien Robert Parker plane-t-elle encore et toujours sur la confection des vins de Bordeaux ? À déguster ce Teyssier, nous sommes en mesure de confirmer ici l’essentiel de la démarche, tant la sève est riche et fournie et la structure, boulonnée massivement par des tanins généreux et fort substantiels. À défaut de finesse, cet assemblage où le merlot domine épatera toutefois l’amateur en raison de la puissance de son registre et de sa capacité à soutenir la présence de gros gibiers dans votre assiette. (5+) ★★★ ©

Châteauneuf-du-Pape « Urgonien » 2017, Clos Bellane, Rhône, France (71,25 $ – 14726988). Stéphane Vedeau peaufine ses cuvées depuis 2010 dans le Vaucluse en tablant sur l’altitude et sur un sous-sol qui les encadrent avec une poigne qui en resserre l’expression de fraîcheur et de droiture. Un travail d’artiste, d’observateur patient et méthodique, sur cette parcelle « urgonienne » de plus d’un hectare où des mourvèdres bien mûrs mais précis balisent des grenaches noirs aromatiques, particulièrement fines de texture. Une signature pour un beau vin de garde. (10+) ★★★★ ©


Légende

(5) à boire d’ici cinq ans
(5+) se conserve plus de cinq ans
(10+) se conserve dix ans ou plus
© devrait séjourner en carafe
★ appréciation en cinq étoiles


À voir en vidéo