L'Italie se déconfine!

Jean Aubry Collaboration spéciale
La région du Piémont, en Italie
Photo: Jean Aubry La région du Piémont, en Italie

Ce texte fait partie du cahier spécial Plaisirs

L’Italie ? Vivement que l’on en foule les vignobles pour mieux ensuite s’attabler en terrasse, à la trattoria locale, pour y égrener le temps et harmoniser les savoureux antipastis aux nombreuses cuvées servies jusqu’à plus soif. Piano piano ! En cette veille estivale, au moment où ces mêmes terrasses accueillent leur lot de gourmands, voici simplement suggérées quelques propositions, qu’elles soient de Vénétie, de Sicile, du Piémont, des Marches, de Lombardie, mais aussi de Toscane. La vita è bella ? Si !


 

Scaia 2018, Famiglia Castagnedi, Vénétie (15 $ — 12693035). Voilà une corvina charmeuse et rassembleuse qui, par la douceur et le coulant de son velouté, égaiera cette pizza extra-large en saveurs épicées. Servir frais. (5) ★★

Regaleali Bianco 2019, Tasca, Sicile (15,20 $ — 715086). Le prix est juste et le vin de caractère avec une approche légère et vivace, enjouée et dotée d’une pointe d’exotisme. Un régal sur les coquillages et les charcuteries. (5) ★★ ½

Dolcetto D’Alba 2019, Poderi Colla, Piémont (17,25 $ — 13674362). La mortadelle vous fait les yeux doux ? Alors, avec elle servez frais ce rouge souple, fruité, un rien herbacé ! (5) ★★ ½

Villa Antinori 2020, Antinori, Toscane (18 $ — 12392574). Je n’avais pas dégusté ce vibrant trebbiano (complété de malvasia) depuis des lustres. C’est bien sec avec une expression tonique, florale et citronnée bien relevée sur la finale. (5) ★★ ½

Valpolicella 2019, Brigaldara, Vénétie (18,85 $ — 14320523). Le 2018 était épatant, celui-ci le coiffe ! Le fruité y explose avec sincérité, vivacité et une texture friande dont les légumes grillés ne se lassent pas. Impeccable, surtout servi à 14 °C. (5) ★★★ ©

Brusco dei Barbi 2018, Toscane (20,80 $ — 14715656). Le style est traditionnel, mais ne manque pas de panache avec son fruité profond et son boisé épicé bien cadré. Prévoir ici une calzone farcie pour lui amadouer le tanin. (5) ★★ ½ ©

Prosecco Superiore Valdobbiadene Brut, Nino Franco, Vénétie (22,20 $ — 349662). Cette bulle bio compte parmi les meilleures de l’appellation. Une crinoline de bulles fines, ventilée et aérienne culminant sur une finale sapide et nette. (5) ★★★

Valpolicella 2019, Prà Morandina, Vénétie (24,90$ — 12131964). Un rouge bio privilégiant plutôt de jolis amers au lieu des cerises au jus habituelles, le tout pourvu de tanins épicés qui structurent doucement l’ensemble. Digeste, mais surtout fort original. (5) ★★★ ©

Leo Ripanus, Pharus, Marches (25,45 $ — 13571161). Le montepulciano étoffe ici par son relief un cabernet sauvignon qui le structure par son caractère végétal, épicé et boisé. Un rouge à servir sur vos grillades marinées. (5) ★★★ ©

Rosso di Montalcino 2019, Casanova di Neri, Toscane (31,50$ — 14730805). La grande classe ! Mais aussi un rosso sérieux, harmonieux et sophistiqué qui fait la barbe à de nombreux Brunello plus ambitieux sur le plan du prix. (5+) ★★★ ½ ©

Corte del Lupo 2017, Ca ’del Bosco, Curtefranca, Lombardie (36 $ — 14206106). On sent ici un merlot dorloté aux petits oignons et un cabernet franc qui lui sert de porte-voix tant il le rehausse sur le plan aromatique. Rien d’appuyé ni de trop structurant ici, qu’un feu roulant frais et étoffé dévalant rondement au palais, lui laissant au passage de ce velours de tanins qu’une belle futaille a lissé. Un rouge élégant, parfait sur une côte de veau grillée et portobello. (5+) ★★★ ½ ©

Ca’ del Bosco : une fine bulle lombarde

Maurizio Zanella aime le champagne. Qui lui en voudrait ? Relever le défi de s’en approprier ne serait-ce qu’une part de magie tient déjà de la haute voltige. Pari tenu aujourd’hui alors que l’homme lançait sur le marché en mars dernier sa Cuvée Prestige Edizione 43, 40 ans après avoir planté ses premières vignes en appellation Franciacorta. Dans la foulée de la famiglia Berlucchi qui lançait, elle, à la même époque, une metodo classico — la méthode champenoise locale — qui allait consacrer cette région située au sud du lac d’Iseo parmi l’élite des mousseux de la planète vin. Ca’ del Bosco accouchera d’ailleurs quelques années plus tard de la Cuvée Annamaria Clementi encore aujourd’hui considérée comme la fine fleur italienne du pétillant.

Selon l’oenologue Stefano Capelli qui s’est penché sur le berceau de cette édition, voilà « une cuvée unique, comme l’est ce grand patrimoine de vignobles que Ca’ del Bosco a su construire au fil des ans. L’Edizione 43 est un Franciacorta original, avec une fraîcheur parfumée et une complexité offrant le meilleur du caractère des 163 différents vins desquels il est composé, provenant de 189 particules de vignes et de trois différentes années de notre inimitable collection de vins de réserve ».

Cette Cuvée Prestige Extra Brut 43e Edizione (44,75 $ — 11008024 – (5) ★★★ 1 / 2), dont la 1re cuvée voyait le jour en 1976, est, à l’image de la grande majorité des champagnes, un multimillésime composé de 81 % de vins de la vendange 2018, de 7 % de vins de réserve 2017 et de 12 % issus de la réserve 2016, le tout assemblé et élevé pour un minimum de 25 mois sur lattes pour ajouter à la profondeur dans une version Extra Brut qui frise le zéro dosage. Bref, finesse, tension, détail et un fruité jubilatoire qui éclaircit le palais, écarquille les yeux et injecte au cerveau une dose plus qu’appréciable de sérotonine pour chasser le plus teigneux des cafards.

Pour ajouter au plaisir de l’amateur exigeant, qui sait qu’un mousseux est avant tout un vin mais aussi un vin qui au fil des ans s’assure d’une patine exceptionnelle, la maison mettra en marché au cours de l’hiver prochain la Cuvée Prestige Extra Brut 33e Edizione R.S., fruit de flacons demeurés sur lattes au moins une dizaine d’années et récemment dégorgés (Recentemente Sboccato), en l’occurrence ici, à l’été 2020. Chardonnay, pinot blanc et pinot noir déclinent ici une bouche satinée, envoûtante et complexe, d’une portée de bouche inouïe. Assurément un grand vin de gastronomie.

 

Légende

(5) à boire d’ici cinq ans
(5+) se conserve plus de cinq ans
(10+) se conserve dix ans ou plus
© devrait séjourner en carafe
★ appréciation en cinq étoiles


À voir en vidéo