Une icône portugaise des plus prestigieuses

Les 187,25$ demandés pour la cuvée Reserva Especial 2007 de la Casa Ferreirinha (13253293) ont certes fait grimper en flèche le prix moyen par bouteille, mais il fallait tout de même palper l’émotion des Amis du vin du «Devoir» lors de sa dégustation à l’aveugle.
Photo: Jean Aubry Les 187,25$ demandés pour la cuvée Reserva Especial 2007 de la Casa Ferreirinha (13253293) ont certes fait grimper en flèche le prix moyen par bouteille, mais il fallait tout de même palper l’émotion des Amis du vin du «Devoir» lors de sa dégustation à l’aveugle.

Les 187,25 $ demandés pour la cuvée Reserva Especial 2007 de la Casa Ferreirinha (13253293) ont certes fait grimper en flèche le prix moyen par bouteille, mais il fallait tout de même palper l’émotion des Amis du vin du Devoir lors de sa dégustation à l’aveugle. La notation moyenne des participants ? Pas moins de ★★★★ 1/2 sur ★★★★★ ! Remarquez, quand l’on se frotte à l’une des icônes portugaises les plus prestigieuses, il faut assumer son bonheur. Résumons, pour la petite histoire.

Élaborée pour la première fois à la Quinta da Leda dans le Douro supérieur en 1960 par Nicolau de Almeida et « déclaré » seulement à 15 reprises depuis, cette cuvée de haut vol voit le jour seulement lorsque la grande cuvée Barca Velha lui cède du terrain sur certains millésimes. Ce seizième millésime, composé en parts égales de touriga franca et nacional, ainsi que de tinta roriz, porte la signature de l’œnologue Luis Sottomayor et ne rougit nullement (sinon par sa robe opaque) devant le vaisseau amiral Barca Velha, bien qu’il ne soit pas non plus le « second » vin de ce dernier.

Le vin en a médusé plus d’un. Tel un personnage plus grand que nature pénétrant dans une pièce et qui, regorgeant d’un charisme fou, fait tourner les têtes pour mieux faire basculer les décibels à zéro. La stature du grand vin est d’entrée de jeu confirmée par cette robe dense et profonde d’une étonnante jeunesse, mais aussi par cet arc-en-ciel aromatique détaillant au plus près les schistes locaux pour mieux révéler, derrière des tanins frais et fournis d’une extrême finesse, une palette sapide et savoureuse où cuir, encens, graphite, figue et anis étoilé balisent longuement l’harmonie d’ensemble. Vaut plus que largement à mon sens un Mouton Rothschild 2018 vendu en primeur quatre fois plus cher (!) ou même le Petit Mouton, pourtant négocié 130 $ de plus !

Le Portugal demeure aujourd’hui le creuset d’une offre originale et diversifiée où les prix plus que réalistes permettent encore au vin non seulement d’être vendu, mais aussi d’être… bu. C’est le constat révélé lors de la dégustation qui a suivi et où les blancs ont particulièrement attiré l’attention. Quelques mots. 

Malvasia Fina 2018, Quinta das Maias, Dao (20,40 $ – 13217719). Les granites de l’appellation Dao imprimaient sur les trois blancs dégustés, dont cette fine malvasia bio, une tension vive tout en approfondissant le caractère unique de chacun. À ce prix, du génie en bouteille ! (5) ★★★ Moyenne du groupe : ★★★

Encruzado Reserva 2017, Quinta da Falorca, Dao (22,20 $ – 12537673). Le cépage encruzado offre ici une mâche fruitée bien cadrée, d’une jolie présence. Tenue, rigueur et longueur. (5) ★★★ Moyenne du groupe : ★★★

Alvaro Castro Reserva 2018, Dao (25,65 $ – 11895364). L’encruzado, complété ici de cercial et de bical, assure une bouche plus riche et exotique, ronde et sapide. Classe ! (5+) © ★★★ 1/2 Moyenne du groupe : ★★★ 1/2

Pinot noir 2016, Adegamãe, Lisboa (23,30 $ – 13568455). Le pinot noir a-t-il sa place au Portugal ? Cette cuvée permet d’en douter. Les arômes sont nets, mais la structure est mince, un rien asséchante. (5) ★★ Moyenne du groupe : ★★ 1/2

Esporao Reserva 2016, Alentejo (26,90 $ – 13222391). Mon conseil ? Placez rapidement quelques flacons en cave ! À ce prix, un rouge profond, complexe et vigoureux, pourvu de tanins frais, mûrs, amples et savoureux. Potentiel de garde certain. (10+) © ★★★ 1/2 Moyenne du groupe : ★★★★

Fita da Fitapreta 2018, Antonio Maçanita, Alentejano (20 $ – 14248787). Une solide base de touriga nacional assoit ici un rouge plein de sève, aux tanins denses, frais et moelleux. Le prix ? Une blague ! (5+) ★★★ Moyenne du groupe : entre ★★★ 1/2 et ★★★★ !

Porto Colheita 1989, Barros, Douro (64,75 $ – 12243114). Trente ans et toutes ses dents, voire le dentier au complet ! Équilibre serein entre la liqueur et l’alcool, le tout ventilant des flaveurs kaléidoscopiques soutenues, d’une brillance ennoblie par une exceptionnelle qualité de futaille. Le prix ? Laissez-moi rire encore ! ★★★★ 1/2 Moyenne du groupe : ★★★★

Légende

(5) à boire d’ici cinq ans
(5+) se conserve plus de cinq ans
(10+) se conserve dix ans ou plus
© devrait séjourner en carafe
★ appréciation en cinq étoiles