Des vins hors pistes

Accompagner le vin dans son voyage lors d’une dégustation à l’aveugle, c’est un peu s’accompagner soi-même…
Photo: Jean Aubry Accompagner le vin dans son voyage lors d’une dégustation à l’aveugle, c’est un peu s’accompagner soi-même…

Voyager au pays du vin ou même accompagner le vin dans son voyage lors d’une dégustation à l’aveugle, c’est un peu s’accompagner soi-même au détour des arômes comme des chemins, au-delà des tanins, des pentes, des textures comme des imprévisibilités. Chacun y ira de son vécu pour nommer, transposer, imaginer, bref, pour révéler tout autant sur soi que sur le vin en question. Une microthérapie de vie, en somme.

Les Amis du vin du Devoir (AVD) partageaient cet inconnu cette semaine. Une participante (les femmes ont du flair, c’est connu !) a même déculotté l’assemblée en mentionnant la présence de refosco — oui, de refosco — dans cette cuvée du Péloponnèse complétée par 15 % de mavrodaphné. Feu Théodore Mercouri, du domaine du même nom, aurait distribué, avec un plaisir à peine contenu, une bonne paire de bretelles aux AVD tant il aurait été impressionné par la performance de la dame.

Rebaptisé « mercouri » à la suite de l’introduction de plants de refosco rapportés d’Italie au XIXe siècle, le refosco donne le ton juste avec cette cuvée Domaine Mercouri 2016 (22,70 $ – 11885537) d’une singularité peu commune avec ses nuances de prune et de violette, ses saveurs souples, enrobées, épicées et un rien salines sur la finale. Un rouge visiblement prisé par tous avec une moyenne de groupe de ★★★ 1/2. Idem pour le chroniqueur ! La suite n’est pas non plus piquée des hannetons. Quelques mots.

Mas Jullien Blanc 2016, Languedoc-Roussillon, France (53,75 $ – 13787519). L’encépagement surprend, avec ses vieux carignans blancs (complétés de chenin) ; le vin, lui, n’est pas en reste. Nous sommes sur les terres d’Olivier Jullien, dans ce monde très languedocien dans sa fibre, dans son étoffe, dans son âme. Vin d’émotions, mais aussi de discrétion, de secrets, de vie organique et de questions insaisissables. Peu acide, mais avec de beaux amers, du grain, de l’épaisseur avec ce goût intrigant d’amande et de poire séchée. (5+) © ★★★★. Moyenne du groupe : ★★★ 1/2

Chardonnay 2015, Newton Vineyard, Vallée de la Napa, États-Unis (69,50 $ – 13955391). Des vignobles en altitude, un fruité de grande précision derrière une sève riche mais fine, fraîche et joliment musclée, le tout bercé d’un élevage particulièrement sophistiqué. Le rouge version cabernet sauvignon est aussi recommandable. (10+) © ★★★ 1/2. Moyenne du groupe : ★★★ 1/2

Pinot Noir 2016, Burg Ravensburg, Baden, Allemagne (24,55 $ – 13859501). Un beau noirien à moins de 25 $ ? Celui-ci charme illico par son fruité de cerise et sa touche fumée, le tout pourvu d’une enveloppe qui ne manque pas de textures, à la fois charnue, fraîche et harmonieuse. (5) ★★★. Moyenne du groupe : ★★★

Château Ksara Cuvée du Troisième Millénaire 2015, Liban (49 $ – 13907728). On se fait un sang d’encre juste à l’idée d’imaginer que ce rouge d’encre assagira un jour sa gaine tannique. Pour le moment, c’est puissant, dense et profond, bien cadré, un rien astringent. Attendre (?). © ★★★. Moyenne du groupe : ★★★

Hors Sujet 2017, Philippe Gilbert, Menetou-Salon, France (53 $ – 14003632). Ce blanc de macération pelliculaire précédait une Ribolla Gialla 2014 de la maison italienne Radikon(48 $ les 500 ml – 13555953) malheureusement bouchonnée, mais qui compte, pour l’avoir déjà dégustée, parmi l’élite de la production de vins orange à l’échelle mondiale. ★★★★★ Le bio de M. Gilbert étonne, avec sa touche de ferment et ce goût de liqueur Mandarine Napoléon, tout en étant bien sec, captivant, de belle allonge. Il en reste peu, hélas. (10+) ★★★ 1/2. Moyenne du groupe : ★★★ 1/2

Bukkuram, Sole d’Agosto 2015, Marco de Bartoli, Pantelleria, Italie (77,75 $ – 13037259). Ce zibibbo (muscat à petits grains local) couché sur lit de paille sous les ors excessifs du soleil insulaire sicilien ferait tourner la tête à un nid complet d’abeilles en mal de miel tant la liqueur d’orange, de rose et de gingembre pénètre ici en douceur. Grand style, signé Bartoli ! (10+) ★★★★ 1/2. Moyenne du groupe : ★★★★

À grappiller pendant qu’il en reste!

Chinon « Expression » 2016, Alain Lorieux (19,80 $ - 873257)
Ce chinon ne m’est jamais apparu aussi, excusez du peu « expressif » qu’aujourd’hui avec sa texture souple et fondue, finement épicée, fraîche et passablement porteuse. À moins de 20 $, du cabernet franc à servir frais et à volonté sur tout ce qui est burger « au-delà de la viande » ou encore, sur une simple rillette de canard pour les plus coriaces (5) ★★★

Jean-Joseph 2010, Domaine du Bois Mozé, Anjou-Villages (23,05 $ - 12260061)
Le cabernet franc a calmé ses ardeurs pour mieux parler textures dans ce millésime devenu difficile à dénicher sur le marché. L’affaire est belle, le fruité fourni, le grain nourri et l’allonge bien cadrée par de fins tanins. N’a pas dit son dernier mot ! (5+) ★★★ ©

Casa Vella D’Espiells Reserva 2013, Cabernet Sauvignon, Juvé & Camps, Penedès, Espagne (25,10 $ - 13351459)
Ce rouge puissant, corsé et profondément aromatique derrière sa robe chaude et soutenue donne l’impression d’un ténor qui bombe le torse pour entonner à pleine voix une suite aux roulements sourds, riches, étoffés et saisissant de textures. Un cabernet altier et fier de ses origines, porté aux anges par un fruité épicé de longue haleine. À ce prix, vaut mieux moins cher qu’une place à l’opéra ! (5+) ★★★ 1/2 ©

Reuilly « Les Fossiles » 2017, Pinot Noir, Denis Jamain (26,90 $ - 13998287)
Ce beau vin bio est un véritable délice. La robe est jeune et passablement soutenue, les arômes nets et bien cadrés (sols calcaires?) sur un fruité de cerise qui se croque et se recroque tant il cède aimablement sous la dent. Corps moyen et savoureux tanins sur une finale franche et assumée. Une maison mais aussi une appellation à fréquenter plus souvent! (5+) ★★★ ©

Pinot Gris Cuvée Albert 2016, Albert Mann, Alsace, France (36,50 $ - 13364436)
Ce grand blanc d’inspiration agrobiologique démontre une fois de plus le potentiel de ce noble cépage qui affectionne tout autant les viandes blanches et volailles en sauces que les fromages de caractère, les accompagnant au passage avec une maîtrise et un encadrement précis et soutenu. La pointe de douceur en entrée de bouche se contracte et se dynamise par la suite, ajouter ensuite un relief minéral et une sensation de fraîcheur des plus stimulantes en finale. C’est long et racé (5+) ★★★★ ©

LÉGENDE

(5) à boire d’ici cinq ans
(5+) se conserve plus de cinq ans
(10+) se conserve dix ans ou plus
© devrait séjourner en carafe
★ appréciation en cinq étoiles