Bolgheri

Nicolo Incisa della Rocchetta et sa fille Priscilla
Photo: Tenuta San Guido Nicolo Incisa della Rocchetta et sa fille Priscilla

Elle n’est certes pas la seule à avoir vu le jour au XXe siècle, mais l’appellation Bolgheri, dans la Maremma italienne, en bordure de la mer Tyrrhénienne, demeure sans conteste le berceau d’un vin devenu aujourd’hui une référence absolue : le Sassicaia.

Le marché québécois fut d’ailleurs l’un des premiers à reconnaître, dès le début des années 1980, la spécificité de ce cru qui allait non seulement bousculer la hiérarchie des appellations italiennes, mais qui allait révéler sur place au grand jour le potentiel du cabernet sauvignon planté à même un sol de graves fines. D’où le nom de « sassicaia » qui, en dialecte toscan, parle de sol pierreux.

Le marquis avait du flair !

L’histoire est édifiante à ce sujet. Dès les années 1920, le marquis Mario Incisa della Rocchetta, convaincu que le pinot noir et le cabernet sauvignon trouveraient, respectivement en Italie du Nord et en Italie centrale, à développer un beau potentiel de garde, passe à l’action en plantant une parcelle du fameux cabernet dans le milieu des années 1940 à la Tenuta San Guido, sise toute au nord de l’appellation, tout juste à l’ouest de la commune de Bolgheri.

Le vin qu’il en tire est à ce point conforme avec l’esprit qu’il se fait d’un bon bordeaux qu’il récidive en 1965 en fichant de nouveau, en contrebas du vignoble originel, quelques plants du cépage en question en y ajoutant aussi du cabernet franc. Le Sassicaia voit alors le jour avec une première commercialisation dès le millésime 1968. Le marquis avait à ce point du flair que l’appellation Bolgheri Sassicaia adoubera le domaine 26 ans plus tard, en 1994, en même temps que celle, plus large, de Bolgheri Superiore.

Avec le recul, on constate que l’homme avait perçu d’instinct l’adéquation parfaite d’un cépage planté à quelques centaines de mètres au-dessus du niveau de la mer, sous les auspices d’un climat méditerranéen lumineux et bien ventilé. Avec comme résultat des vins qui n’ont rien à envier à leurs cousins bordelais d’ascendance Atlantique. Ce même cabernet n’atteint nulle part ailleurs en Italie ce mélange de puissance et de finesse qui consacre le grand vin. Quelques mots.

Guidalberto 2016 (60,50 $ – 10483384) Issu des jeunes vignes du domaine avec 40 % de merlot dans l’assemblage, ce Guidalberto n’a jamais été aussi réussi qu’à ce jour ! Ample et bien mûr, il demeure d’une étonnante lisibilité avec ses tanins fins abondants et doucement serrants. Bien plus que le Sassicaia du pauvre ! Un 16e millésime époustouflant ! (10+) © ★★★★

Sassicaia 2015 (226,25 $ – 13057401 – 6 décembre) Relativisons déjà le prix : le second vin de Lafite Rothschild (Carruades) dans le « mince » millésime 2012, vendu près de quatre fois plus cher que ce grand 2015, n’est-il pas déjà une aberration côté prix ? Cela dit, il demeure intéressant de sentir les modulations fines des cabernets sauvignons (85 %) et cabernets francs dans ce brillant millésime ainsi que dans les 2013, 2010 et 2008 qui ont suivi.

Quel que soit le millésime, la maison évite toute extraction poussée ou autre concentration démesurée en laissant le vin respirer entre les fines mailles tanniques de sa structure pour mieux souligner une espèce de grâce naturelle qui n’est pas sans évoquer, en amont, une aristocratie de terroir certaine. Ce 2015 possède raffinement et des proportions idéales (10+) © ★★★★1/2 ; le 2013, plus « frais », donne la parole au cabernet franc avec un resserrement minéral qui allonge la finale (10+) ★★★★ ; le 2010 est complet et atteint un sommet d’équilibre (10+) © ★★★★★, alors que le 2008, qui joue les grandes orgues, y va d’une sapidité saline modulant race et profondeur (10+) © ★★★★ 1/2.

Quelques autres belles bouteilles disponibles pour mieux cerner l’appellation.

Il Bruciato 2016, Tenuta Guado al Tasso, Bolgheri Rosso (24,95 $ – 11347018 – (5) ★★★ ©)

Villa Donoratico 2016, Bolgheri Rosso (34 $ – 12936471 – (5+) ★★★1/2 ©)

Le Serre Nuove dell’Ornellaia 2016, Bolgheri Rosso (64,75 $ – 1023574 – (10+) ★★★★ ©)

Argentiera 2015, Bolgheri Superiore (89,75 $ – 11547378 – (10+) ★★★★ ©)

Guado al Tasso 2015, Tenuta Guado al Tasso, Bolgheri Superiore (99,75 $ – 12741498 – (10+) ★★★★ ©)

Ornellaia 2015 Bolgheri Superiore (219 $ – 13640306 – décembre 2018 – (10+) ★★★★1/2 ©)

Légende

(5) à boire d’ici cinq ans
(5+) se conserve plus de cinq ans
(10+) se conserve dix ans ou plus
© devrait séjourner en carafe
★ appréciation en cinq étoiles