La Route des bières de l’est du Québec

Thibault Cordonnier est le gérant du pub Pit Caribou à Montréal, le pendant de celui de Percé, où a été lancé le circuit de tourisme brassicole de l’est du Québec.
Photo: Simon Van Vliet Thibault Cordonnier est le gérant du pub Pit Caribou à Montréal, le pendant de celui de Percé, où a été lancé le circuit de tourisme brassicole de l’est du Québec.

C’est au nouveau pub Pit Caribou, établi depuis un mois rue Rachel, à Montréal, que l’Association des microbrasseries de l’est du Québec a lancé la semaine dernière son circuit de tourisme brassicole. La Route des bières de l’est du Québec compte cette année une douzaine d’escales entre Saint-André de Kamouraska, dans le Bas-Saint-Laurent, et L’Étang-du-Nord, aux Îles de la Madeleine, en passant par la maison mère de Pit Caribou à Percé.

« C’est le seul producteur d’alcool de l’est du Québec qui a pignon sur rue à Montréal », indique le porte-parole de la Route et directeur des ventes au Naufrageur de Carleton-sur-Mer, Jean-Simon Landry. « On est super heureux d’être rendus là », affirme la directrice adjointe de Pit Caribou, Annie Tremblay, qui souligne que son pub de Montréal sert de vitrine pour les produits des autres microbrasseries du Bas-Saint-Laurent et de Gaspésie-les-Îles. « On a fait une place à tout le monde », explique-t-elle.

Depuis la fondation de Pit Caribou et du Naufrageur, il y a bientôt dix ans, le nombre de microbrasseries a explosé au Québec, rappelle Jean-Simon Landry, qui parle d’un secteur « en ébullition ».

Trois jeunes brasseries s’ajoutent d’ailleurs cette année au circuit, soit Le Secret des dieux à Pohénégamook, dans le Témiscouata, le bistro Au Frontibus à Gaspé et la Brasserie Auval à Val-d’Espoir, près de Percé.

Contrairement aux grands brasseurs industriels qui se font concurrence à l’échelle nationale, les microbrasseries misent plutôt sur une collaboration au niveau interrégional pour développer leurs marchés. « On sait tous qu’on a intérêt à s’entraider », observe Annie Tremblay. Déjà distribués en bouteilles par plusieurs détaillants montréalais, les produits de la plupart des microbrasseries bas-laurentiennes et gaspésiennes sont ainsi offerts en fût au pub Pit Caribou rue Rachel.

« Il y a vraiment une collaboration là », souligne Éric Viens, fondateur de la brasserie Aux Fous Brassant de Rivière-du-Loup, qui a porté sa capacité de production à 125 000 litres cette année afin de répondre à la demande croissante. « Bien souvent, c’est plein l’été », note Jean-Simon Landry, qui souligne que la plupart des membres de l’association sont aussi ouverts à l’année.

En plus d’accroître l’achalandage dans les brasseries de l’est du Québec pendant la saison estivale, la Route des bières participe également au développement de l’économie locale. « Ce tourisme brassicole va aider la région », affirme Éric Viens. L’impact économique du développement des microbrasseries s’inscrit d’ailleurs au-delà des retombées touristiques saisonnières, qui n’ont pas encore été mesurées.

Jean-Simon Landry explique, par exemple, que le Naufrageur s’approvisionne en houblon à la Ferme du ruisseau vert de Maria, en plus de faire affaire avec les malterise Frontenac de Thetford-Mines et Maltbroue, à Cabano. « Ce sont des grains du Québec transformés dans des malteries du Québec », dit-il.

1 commentaire
  • Stéphane Picher - Abonné 20 juin 2016 08 h 33

    Petite erreur géographique?

    Bonjour,
    Bravo pour cet article très intéressant (et qui donne soif).
    Mais je crois que Pit Caribou n'est pas à Gaspé mais à L'Anse à Beaufils (près de Percé) pour la brasserie elle-même et à Percé, au centre ville, pour le Pub.

    Mais peu importe, ils font de très bonnes broues...