Les vins de la semaine - 28 mars 2014

La belle affaire
Fontanario de Pegoes 2011, Palmela, Portugal (13,80 $ – 10432376)

Imaginez le sable très fin d’une plage chaude filant entre vos doigts telle une caresse minérale sans fin. C’est un peu ce que propose ce cépage periquita vinifié par cette coopérative locale, tout au sud du Portugal. Un rouge tendre et parfumé, au fruité lisse et sphérique, de concentration moyenne. (5) ★★1/2

Le créateur d’harmonies 
Ribera del Duero 2012, Chartier, Espagne (19,95 $ – 12246622)

La bodegas Arrocal avec laquelle officie le célèbre sommelier livre ici une version civilisée du tinta del pais local, en lui offrant une expression pure avec un fruité visiblement heureux de vivre, et surtout qui se mesure sans complexe avec l’élevage pour une trame serrée en finale. Belle affaire ! (5) ★★★ ©

La primeur en blanc
Clos Reyssié 2011, Duboeuf Pouilly-Fuissé, Bourgogne, France (27,30 $ – 12184847)

Ce clos historique qui appartient aux Duboeuf depuis des générations est l’un des secrets les mieux gardés de la famille. Le chardonnay trouve dans ce millésime opulence, textures et rondeur avec, en filigrane, cette fine tension minérale typique de l’appellation. C’est net, détaillé, élégant, délicatement beurré. (5+) ★★★1/2 ©

La primeur en rouge
Domaine d’Alzipratu 2012, Fiumeseccu, Corse, France (21,05 $ – 11095658)

Niellucciu, sciacarellu et bien sûr l’indispensable grenache sans lequel l’esprit du Sud n’aurait pas encore toute sa pertinence se frottent ici comme des plaques tectoniques chauffées à blanc en exhalant des parfums de garrigue, d’épices et de pierres mouillées. Un solide rouge bien frais qui donne à mâcher longuement. (5+) ★★★ ©

L'émotion
Nova 7, 1212, Benjamin Bridge, Nouvelle Écosse, Canada (26 $ – 12133986)

Je dois confesser mon étonnement pour ce mousseux dont le style, en plus mordant toutefois, se rapproche d’un bon moscato d’Asti. Derrière la robe rose pâle, l’impression d’un feu d’artifice qui aurait croisé un arc-en-ciel dans un ascenseur bondé de jolies filles parfumées au Chanel N°7. Un sec-tendre vibrant, contrasté. (5) ★★★