Bloc-notes gourmand

Kim Renaud-Venne
Collaboration spéciale
Un délicieux repas à partager vous attend au restaurant Le Xavier.
Photo: Le Xavier Un délicieux repas à partager vous attend au restaurant Le Xavier.

Ce texte fait partie du cahier spécial Plaisirs

Nouveautés, événements, activités éphémères… Chaque semaine, le cahier Plaisirs vous fait part d’actualités gourmandes à ne pas manquer.

Goûter l’héritage local

Rue Saint-François-Xavier, près de la rivière des Mille-Îles dans le quartier historique du Vieux-Terrebonne, direction Le Xavier, qui accueille une clientèle d’épicuriens depuis près d’un an et qui prépare son ouverture officielle le 8 septembre prochain. Ce resto-bar installé dans une maison datant de 1804 est le projet de Maxime et Yannick Laforest, deux frères propriétaires de la brasserie McTavish, ainsi que de Mathieu Jean-Marie et Maxime Dupré, des entrepreneurs de Construction Vilan, ayant l’oeil pour la rénovation et la préservation de bâtiments patrimoniaux.

Si l’on s’y rend pour le plaisir des yeux, on y va aussi pour celui des papilles ! Son menu dégustation à partager (six plats et trois services) laisse toute la place à la cuisine évolutive du chef Jean-Philippe Darveau. Renouvelée chaque semaine, cette carte met en valeur les produits de maraîchers locaux et des viandes d’éleveurs d’ici. Fleur de courgette de La shop à légumes, flétan de la Gaspésie, radis et autres légumes de la microferme l’Enracinée… Chaque plat visuellement alléchant offre une combinaison équilibrée de saveurs et de textures. Le sommelier Simon Di Battista conçoit, quant à lui, une carte de vins d’importation privée harmonieusement adaptée aux mets du moment.

Photo: Le Xavier Des clins d’œil sont placés ici et là, inspirés du personnage historique qu’est le missionnaire saint François Xavier, comme les 1000 livres recueillis d’un presbytère qui soutiennent le comptoir du bar au centre de la salle à manger.

Afin de prolonger l’expérience, les copropriétaires ont développé leurs services en proposant une terrasse de 60 places, une cour intérieure adjacente à une salle privée pour les réunions d’affaires ou familiales, ainsi que deux appartements à louer, situés au-dessus du restaurant, pour se réfugier après une soirée festive et un copieux repas.

804, rue Saint-François-Xavier,
Terrebonne

 

Plaisir communal de saison

À Montréal, dans le quartier de la Petite-Bourgogne, le restaurant Nolan a récemment ouvert ses portes au sein d’un petit local convivial. Le mobilier en bois, le mur de briques et les comptoirs couleur crème donnent à l’espace des allures vintage, loin dukitsch. Julien Betancourt, auparavant copropriétaire du resto-bar Clandestino, Abel Garcia, Paul Aoun et, finalement, Matthew Shefler et Vincent Lévesque Lepage, respectivement propriétaire et chef du restaurant Knuckles, dans Villeray, forment l’équipe derrière ce restaurant, qui invite au partage et aux discussions.

Photo: Nolan Cappelletti à l’agneau braisé de Kamouraska et chanterelles marinées

Le menu du soir se présente entre autres en assiettes à partager conçues à partir des arrivages de saison. Radis à la sauce ranch maison, tomates des jardins Sauvé-Lafrance, agneau de Kamouraska, contre-filet de l’Île-du-Prince-Édouard, crumble aux camerises et miel de fleurs sauvages d’Anicet avec sa mousse au thé du Labrador font partie des nombreux ingrédients qui garnissent les différents plats, allant de légers à plus costauds.

Et, pour bien vivre l’expérience, Matthew Shefler et la sommelière Marie-Claude Lauriault suggèrent des vins français et italiens qui mettent en relief tous ces produits locaux. Abel Garcia signe, quant à lui, une courte et rafraîchissante carte de cocktails.

1752, rue Notre-Dame Ouest, Montréal

 

Péchés du terroir

Nouvelle à adresse à découvrir dans le Vieux-Québec : Le Bedeau. Ce bar à vins tenu par le chef Arnaud Marchand, copropriétaire du bistro boréal Chez Boulay, situé sur la rue Saint-Jean, se trouve à quelques pas de celui-ci. Son projet ? Faire découvrir à sa clientèle une variété de vins, tout en dégustant des « péchés du terroir », des tapas à saveur d’ici. Le nom, clin d’oeil à l’employé laïque responsable notamment de servir le vin de messe, trouve écho de manière subtile dans quelques pièces religieuses, comme l’immense meuble d’église, donnant de la richesse à l’endroit.

Sur place, on mise sur des fromages de Charlevoix, de l’Île-aux-Grues et même des Îles-de-la-Madeleine avec le très goûtu Pied-de-vent, ainsi que sur des charcuteries locales et d’ailleurs. Et si la faim se fait sentir davantage, on se tourne vers une liste de plats accompagnés de leur vin idéal, sélectionné par le sommelier-consultant Kim Colonna, du bar Petits Creux.

Photo: Maewenn Bianic Le Bedeau veille à ce que les clients, qu’ils soient amateurs ou fins connaisseurs, fassent des découvertes en matière de vin.

Il faut dire qu’ici, ce sont les vins qui appellent à la création des mets et non l’inverse. Le homard de la Gaspésie avec son originale sauce hollandaise à la rhubarbe et à la livèche a donc été pensé pour convenir avec le merlot No Lemon No Melon du Château Picoron, ou encore le gâteau au fromage et aux fraises de l’île d’Orléans pour se marier à la cuvée Pelechacz du vignoble Sugar Hill, du Lac-Brome. Le plaisir se cache dans ces agencements sapides !

1100, rue Saint-Jean, Québec

À voir en vidéo