La vie rêvée d’Inès Gauthier

Inès Gauthier dirige son premier restaurant, Mlle Inès – L’atelier du hamburger, à Québec.
Photo: Adil Boukind Le Devoir Inès Gauthier dirige son premier restaurant, Mlle Inès – L’atelier du hamburger, à Québec.

On pourrait commencer par « il était une fois » tant l’histoire d’Inès Gauthier émerveille. On y perçoit même les thèmes d’une fable ; celle d’une jeune fille travaillante et passionnée qui saisit toutes les chances que la vie met sur son chemin. Comme celle d’ouvrir son premier restaurant à 16 ans.

La conversation débutait à peine qu’Inès Gauthier mettait déjà la table : « Mon père m’a toujours dit : soit on rêve sa vie, soit on vit ses rêves. » Il n’en faut pas plus pour comprendre d’où viennent la détermination et la candeur de cette entrepreneure dans l’âme.

Fille d’Éric et de Fanny Gauthier, les fondateurs d’Ateliers et saveurs — une entreprise qui offre des cours de cuisine et de mixologie —, Inès est tombée dans la potion quand elle était toute jeune, découvrant très tôt que la cuisine est sa véritable passion. Non seulement elle a rapidement mis la main à la pâte pour la préparation des repas, mais les astres se sont alignés pour qu’elle publie deux livres de recettes. Son rêve, lui, était toujours le même : avoir son propre restaurant.

Lorsque le projet du District gourmet s’est mis en branle à Québec, dans le quartier Sainte-Foy, ses instigateurs ont proposé à Éric Gauthier d’y ouvrir un premier restaurant. Le paternel a décidé que l’offre devait plutôt être faite à sa fille, y voyant l’occasion de lui faire réaliser son rêve d’enfance.

Un projet de famille

Cet autre alignement d’astres ou sa bonne étoile font qu’Inès se retrouve aujourd’hui à la tête de Mlle Inès – L’atelier du hamburger. La principale intéressée se garde bien de prendre tout le crédit. « Toute la recherche et développement, ç’a été fait avec mes deux jeunes sœurs, ma maman et mon papa, dit-elle. On a pris tous les goûts qu’on aimait et on les a mis dans nos burgers — j’adore les burgers ! On a travaillé tous ensemble sur le menu. Ma sœur Lili est une bonne critique et Jade, la petite dernière, elle aime ça, manger ! C’est vraiment un projet de famille ! »

L’idée d’Inès Gauthier était de rendre son plat préféré haut de gamme. « J’adore les burgers, mais c’est rendu un plat qui est fast-food, alors on veut le rendre “fast good”, illustre-t-elle. On a déconstruit chaque partie du burger. On a fait de la recherche et développement sur chaque item : le pain, les viandes, les sauces, les fromages. Pendant six mois, on a travaillé avec un maître boulanger pour faire LE meilleur pain brioché à burger. Le résultat est un pain végétalien à la purée de pomme de terre et pépites d’érable », ajoute-t-elle, une fierté dans la voix.

Coréen, thaï, classique, BLT, à la volaille, son menu propose le hamburger en plusieurs déclinaisons. « Mon père est fou de la truffe et il a dit : pourquoi on n’ajouterait pas de la truffe dans un burger ? » L’élément déclencheur a mené à la création du plat favori d’Inès sur son menu. « Le burger du QG. C’est mon incontournable. Il est dé-ca-dent ! »

L’ardoise est aussi garnie de poutine et de pogos faits avec de la saucisse allemande et de la pâte à gaufre, entre autres. Ludique et bien fait. Assurément à l’image de la cheffe de création.

À l’écouter parler, on sent qu’Inès Gauthier a été impliquée dans tout le processus d’idéation, d’ouverture et de gestion. Son nom n’est de toute évidence pas que sur l’enseigne du restaurant. Pas surprenant de l’entendre dire qu’elle poursuivra ses études collégiales en technique de gestion de commerce. « Ça serait le plus logique », croit celle qui prévoit de «reprendre le business de [ses] parents et d’avoir plusieurs restaurants. »

Pour l’heure, comme elle étudie à Montréal, elle gérera son resto à distance. « J’aimerais ça y être en tout temps, y aller toutes les fins de semaine, c’est quelque chose qui m’appartient, qui me tient à cœur. Émotionnellement, c’est assez difficile, mais on a une personne de confiance qui nous tient informés. Et mon père y va aussi. C’est pour ça que je dis que c’est un projet de famille. On est tous impliqués. » Une autre preuve : sa mère y ouvrira au même endroit un bar à cocktails, et son père une nouvelle succursale d’Ateliers et saveurs. «On s’encourage en famille à aller plus loin ensemble », lance Inès Gauthier avec sagesse. Comme une invitation à suivre le prochain chapitre de son histoire.

 

Le QG, un concept immobilier

Nouvelle destination savoureuse, Le QG, un concept immobilier regroupant, entre autres, condos et services de restauration, ouvrira le 12 novembre à un bras du marché public de Sainte-Foy. L’espace au rez-de-chaussée, appelé le District gourmet, abritera notamment une épicerie — celle de la famille Carrier, fondée à Pintendre, comptant une boulangerie, une poissonnerie et une boucherie. Une douzaine d’établissements de restauration sont aussi au coeur de cette nouvelle destination. Laurent Godbout (Fiorella) et Helena Loureiro (Helena, Grelha Lisboa) sont parmi les chefs qui ont installé leurs pénates à Québec. La société Capwood, à la tête du projet, a récemment annoncé qu’un deuxième QG poussera en 2022 dans le Vieux-Québec, près de l’Hôtel-Dieu. Les plans présentés laissent entrevoir un espace alimentation qui mettra en valeur les producteurs, les transformateurs et les artisans locaux afin de combler la demande depuis la fermeture du Marché du Vieux-Port.


À voir en vidéo