Auguste: petite soirée sherbrookoise

Le très joli restaurant Auguste, habituellement, bourdonne les midis et les soirs de fin de semaine.
Photo: Jocelyn Riendeau Le très joli restaurant Auguste, habituellement, bourdonne les midis et les soirs de fin de semaine.

Un mercredi soir fin août, l’agitation en ville vient surtout des groupes d’étudiant(e)s exubérant(e)s à la veille de leur retour en classe. Ce très joli restaurant Auguste, qui bourdonne les midis et les soirs de fin de semaine, est plutôt calme. Observer et prendre des notes est souvent plus intéressant dans le calme relatif. Comme toujours dès que l’on sort de Montréal, on est ravis par la chaleur de l’accueil et l’attention du service tout au long du repas. J’aurais aimé que ce ravissement se poursuive pour les assiettes.

Auguste propose une variété de formules, midi, début de soirée, brunch, souper ; il y a de quoi satisfaire pas mal tous les goûts. Ce soir-là, en plus de la carte, quelques plats supplémentaires sont offerts pour une pincée (5) ou une poignée (15) de dollars.

Photo: Jocelyn Riendeau Il propose une variété de formules, midi, début de soirée, brunch, souper.

Le temps s’étant rafraîchi, les explications de Martin, le dynamique jeune homme au service, remportent les suffrages et trois personnes sur quatre choisissent le « Potage cari, coco, carotte et patate douce ». Principale qualité : le potage est chaud et par conséquent réconfortant. Mélange équilibré d’éléments et relevé juste comme il faut.

Marie, toujours différente, choisit un Crab cake (+ 5 $). Croustillant et parfumé à souhait, il aurait certainement disparu sans que je puisse y goûter s’il avait été excellent ; commensales et commensaux m’offrent rarement de partager leurs assiettes lorsque celles-ci sont excellentes. Dans ce cas-ci, je me suis retrouvé avec un demi-crab cake sur une salade écrabouillée à la mayonnaise épicée en échange des trois quarts de mon potage. « Pour le meilleur et pour le pire », me suis-je alors souvenu.

De l’autre côté de la table, afin de célébrer leurs 40 ans de mariage, Josée et Martin avaient choisi un tartare de thon. Le verdict de l’une a été : « un peu anonyme » et de l’autre : « les frites étaient vraiment bonnes ».

Le menu annonçait « Pièce de bœuf, garniture appropriée », intitulé appétissant, intrigant et plutôt distrayant. La garniture était effectivement appropriée et bien préparée : petits légumes et pommes de terre délicieuses. Par contre, le contre-filet, tout AAA Angus qu’il fut, était un peu trop mince pour mériter le nom de « pièce de bœuf » ; on devrait dire « piécette », ou alors « prélevée sur un tout petit bœuf ». Autre conséquence de cette regrettable parcimonie, la viande était plus saignante que bleue, la cuisson demandée. Le lendemain, j’ai appelé trois très bons bouchers pour m’enquérir du cours de la viande ; 48 $ pour ce petit bout de viande est un montant abusif.

La moitié des ravioles de patates douces, amandes au beurre et sauge sont restées dans l’assiette, ce qui n’est jamais un très bon signe.

Photo: Jocelyn Riendeau Il y a de quoi satisfaire pas mal tous les goûts.

Quatre desserts faits maison seront au diapason du reste du repas, pas mauvais, mais pas phénoménaux non plus ; personne ne s’est enthousiasmé pour le « Feuilleté aux pommes », ni pour le « Sablé breton », ni même pour le « Gâteau au fromage ». Seul le « Pudding chômeur à l’érable, glace Coaticook » aura suscité l’intérêt de la tablée. C’est peu, mais mieux que rien.

Il y a à Sherbrooke d’excellents restaurants. Me souvenant de très bons repas pris ici, midi et soir, il y a des années, j’espérais pouvoir vous recommander cette adresse comme une de ces excellentes destinations. Après ce souper, les conclusions sont un peu plus réservées ; rien de mauvais n’a été servi, mais rien non plus qui soulève l’enthousiasme. Et l’addition est un peu exagérée pour la qualité de ce qui est servi. Sur les murs de l’entrée, clientes et clients de tous les âges ont laissé de nombreux commentaires ; la plupart bons, certains très bons. Sans doute serai-je tombé sur une de ces fameuses « mauvaises soirées »… ce qui m’empêche malheureusement de joindre mes commentaires enthousiastes aux leurs.

 

Ouvert midi et soir du mardi au samedi et de 10 h 30 à 14 h 30 le dimanche. Un repas pour deux avec une bouteille d’eau gazeuse et un verre de beaujolais a coûté 108,50 $, avant taxes et pourboire.

Légendes

★ Je regrette de devoir vous en parler
★★ Pas mauvais, mais on n’est pas obligés de s’y précipiter
★★★ Bonne adresse
★★★★ Très bonne adresse
★★★★★ Adresse exceptionnelle pour la cuisine, le service et le décor

$ Le bonheur pour une vingtaine
$$ Une quarantaine par personne
$$$ Un billet rouge par personne
$$$$ Un billet brun par personne
$$$$$ Le bonheur n’a pas de prix

Restaurant Auguste

★★ 1/2

$$$ 1/2, 86, rue Wellington Nord, Sherbrooke ☎ 819 565-9559