Une belle découverte à Saint-Jean-sur-Richelieu

Le sashimi de thon cru mariné au ponzu, accompagné de riz au sésame, de cantaloup et d'une mousse de kaffir
Photo: Chloé Labarre-McElligott Le sashimi de thon cru mariné au ponzu, accompagné de riz au sésame, de cantaloup et d'une mousse de kaffir

On trouve de tout sur les médias sociaux, du bon, du mauvais, souvent du grand n’importe quoi, à l’occasion du remarquable. Bistro Braque appartient à cette dernière catégorie. Il faudrait que je retrouve l’identité de la personne qui m’y a aiguillé pour l’en remercier chaleureusement de ma part et de la vôtre.

Les photos sur Instagram des plats de cet endroit étaient toutes plus alléchantes les unes que les autres. Dans ce cas-ci, le ramage se rapporte parfaitement au plumage et notre petite escapade en Haut-Richelieu aura été une suite de plaisirs, chacun des plats choisis ce soir-là étant soigné à la perfection.

Photo: Bistro Braque

Pour votre prochaine visite à cette succulente table, soyez prévoyants ; comme on y fait bombance et que le nombre de places est limité, réserver est vivement suggéré.

Coincé entre une buanderette et un dépanneur dignes de figurer au patrimoine architectural de chez nous, ce bistro qui n’en est pas un étonne un peu.

Un « apportez votre vin » où vous pourrez venir avec une ou deux de ces belles bouteilles que vous gardez pour une occasion spéciale. La salle est petite, élégante, une trentaine de places, et la cuisine ouverte en fond de salle permet de constater que la chef est très bien organisée. Économie d’efforts pour résultats optimaux.

Une sorte de jongleur souriant

Le jeune homme en salle, copropriétaire et associé de la chef, accueille, explique, prend les commandes, apporte les assiettes, débarrasse et remonte les tables, prépare les factures et raccompagne en remerciant. Une sorte de jongleur souriant qui n’échappe rien et à qui rien n’échappe. Du bel ouvrage.

Comme ces jeunes gens sont conscients de leurs limites, ils proposent une carte simple d’une douzaine de plats conçue intelligemment. Même lorsque la salle est pleine, les assiettes sortent à un rythme très raisonnable. Vous noterez également que leur restaurant n’est ouvert que quatre soirs par semaine, ce qui me semble tout aussi raisonnable lorsque l’on n’est que deux à tenir boutique.

En entrées, emportés par l’enthousiasme de David, le jeune homme en question, nous prenons trois plats : un velouté froid de céleri, pousses, huile de caméline et garniture de pois verts, bourgots émincés et sauce ranch ; une salade de tomates colorées, mozzarella di bufala frite, pesto de brocolis, glace à la moutarde et vinaigrette aux échalotes ; et un tartare de canard saisi avec peau croustillante, poireaux escabèche, ail noir, chèvre frais, chutney de betteraves-bleuets, concombre, quinoa soufflé et fleur d’ail grillée.

Photo: Chloé Labarre-McElligott Le potage froid de céleri, nappé de bourgots, de pois verts et de pousses de vrill

Deux plats principaux suivent, poisson et pieuvre, choisis en raison de la canicule qui règne même sur les rives du Richelieu, et ce, bien que la salle soit climatisée.

Deux petits pavés de bar rayé poêlés, flan de panais, salade d’asperges style panzanella, fougasse d’olives et lait moussant de céleri. L’assiette gagnerait sans doute à être plus généreuse en poisson et moins en flan, ce dernier ne constituant généralement pas un incontournable gastronomique.

La pieuvre, parfaitement grillée, a conservé toutes ses saveurs et est d’une émouvante tendreté. Elle est accompagnée d’artichauts marinés servis en tempura, de couscous israélien, de labneh citronné, d’une cuillerée de relish de maïs, de tomates confites et d’une superbe mousse d’asperges.

La maison propose également une « Variété de fromages », croustillant chocolat, marmelade d’oranges et gel à la bière noire. Si vous vous rendez jusque-là…

Il y avait bien deux desserts, mais une fois atteint ce stade de sérénité, il faut savoir modérer ses emportements et ne pas tomber dans la débauche. Nous avons donc ignoré, à regret, la terrine de chocolat et plutôt choisi le gâteau moelleux à la vanille. La débauche vous guettera quand même puisque ce gâteau est enrubanné d’une quenelle de glace au chocolat, de quelques petits morceaux de rhubarbe confite, d’un soupçon de gel de fraises et d’une crème montée au poivre long.

Au sortir du restaurant, une longuepromenade sur la rive du canal qui borde la rivière Richelieu vous permettra de reprendre un semblant de dignité.

Revenus à la maison, vous vous glisserez paisiblement dans le sommeil en repensant à cette belle soirée passée chez Chloé Labarre-McElligott et David McDuff.


Cinq entrées de 9 $ à 18 $ ; cinq plats principaux de 25 $ à 34 $, une sélection de fromages à 16 $ et deux desserts à 8 $ et 11 $. Ouvert en soirée du jeudi au dimanche.  Réservation impérative.

Légendes

★ Je regrette de devoir vous en parler
★★ Pas mauvais, mais on n’est pas obligés de s’y précipiter
★★★ Bonne adresse
★★★★ Très bonne adresse
★★★★★ Adresse exceptionnelle pour la cuisine, le service et le décor

$ Le bonheur pour une vingtaine
$$ Une quarantaine par personne
$$$ Un billet rouge par personne
$$$$ Un billet brun par personne
$$$$$ Le bonheur n’a pas de prix

Bistro Braque

★★★★

22, place du Marché, Saint-Jean-sur-Richelieu ☎ 450 561-0301