Cuisiner avec l’énergie du graffiteur

Faisant partie du complexe des Halles Cartier, Graffiti est une adresse phare de l’avenue Cartier, en haute ville de Québec.
Photo: Renaud Philippe Le Devoir Faisant partie du complexe des Halles Cartier, Graffiti est une adresse phare de l’avenue Cartier, en haute ville de Québec.

Il règne une chaleur torride sur Québec et sur l’avenue Cartier lorsque nous faisons notre entrée au restaurant Graffiti. Étant peu désireux de nous rendre en terrasse, le serveur nous mène à une table tranquille dans la salle principale. Non sans nous jeter de curieux regards.

Qu’importe, étudions le menu. Si je suis brièvement tentée d’opter pour le risotto au canard confit, la température m’incline à choisir une séquence marquée par la fraîcheur. Ce sera donc le gaspacho, suivi d’une salade. Dave se décide pour une entrée de tartare et un plat d’agneau.

Tag anonyme… ou pas

Nous profitons de la petite attente pour prendre l’apéro. Un verre de Voile de la mariée 2016, un blanc du vignoble Sainte-Pétronille de l’île d’Orléans, fait bien plaisir à mon invité, tandis que les bulles rosées de mon Typhaine, un crémant de Bordeaux, me consolent un peu de la chaleur.

Voilà que revient le serveur avec une petite assiette imprévue, « offerte par la maison ». S’agit-il d’une promotion spéciale du samedi soir ? m’enquis-je alors, faisant mine de rien… Eh bien non, il appert que le personnel m’a reconnue, ce qui explique les coups d’œil en biais que j’avais perçus. Mince, ma « couverture » est fichue.

 
Photo: Renaud Philippe Le Devoir La terrasse du resto attire les palais en quête d’ingrédients fins.

Poursuivons tout de même la mission. D’un bel orange vif, mon gaspacho de melon safrané me ravit. Un peu de crème à la ciboulette et, surtout, des mactres de Stipson marinées aux agrumes lui confèrent du panache. J’aimerais voir plus souvent cette palourde bien québécoise à nos menus.

Les choses se passent tout aussi bien en face de moi : l’assiette oblongue présente du thon façon tartare, avec oignons verts et huile de sésame, et façon tataki. C’est frais, parfaitement exécuté et prestement dégusté.

Art urbain

Le graffiti est un phénomène urbain né, sans doute, de l’irrépressible envie des humains de laisser une trace de leur passage. Les plus anciens graffitis ont été tracés il y a des milliers d’années ! S’ils ont longtemps été assimilés au monde interlope et au vandalisme, ils sont depuis peu reconnus comme une forme d’art : certaines « œuvres » ont même fait leur entrée dans des musées.

Dans ce resto au nom espiègle, la présentation dynamique des assiettes évoque ces créations au caractère nerveux et impromptu. À la bombe de peinture en aérosol se substituent cependant de fins ingrédients, dont une forte proportion provient du Québec. Le graffiteur principal, ou, si vous préférez, le chef Yannick Fortin, viendra d’ailleurs nous saluer entre deux plats.

Justement, la suite ne s’est pas trop fait attendre. Dave est ravi de son carré d’agneau rôti : copieusement arrosé de jus aux fines herbes, le délicat ovin est accompagné d’une mousseline de pommes de terre et d’une belle part d’asperges et de carottes entières.

Ma salade tiède de pétoncles et saumon fumé au curry me plaît également beaucoup. Elle se présente sous forme d’un petit monticule de laitues panachées, de fines tranches de radis mariné et de carottes râpées, entourées d’une « barricade » alternant pétoncles moyens entiers et gros dés de saumon, nappés d’une sauce blanche parfumée au curry. Savoureux avec mon petit verre de sauvignon de la Loire, Domaine de la Rochette 2014.

L’envie d’un dessert est bien là, mais les propositions du menu vont au-delà de notre appétit et semblent trop costaudes pour une soirée aussi chaude.

J’ose alors demander une composition créée sur mesure : on nous revient bientôt avec une belle coupe de crème glacée agrémentée de fraises fraîches, d’une tranche de carambole, de minibiscuits et, touche finale, d’un coulis de chocolat au poivre du Sichuan.

Avec le froid de la crème glacée, les propriétés légèrement anesthésiantes de ce poivre créent une sensation indescriptible sur les papilles. C’est fantastique. Ne cherchez pas ce dessert sur la carte actuelle… quoique, si l’équipe de Graffiti a envie de l’ajouter au menu, je me ferai une joie de lui trouver un nom !


Les plus : plats savoureux, service empressé et atmosphère qui convient aussi bien aux amoureux qu’aux groupes d’amis ou aux rencontres familiales.

Les moins : lors de notre passage, en pleine canicule, il semblait impossible de rafraîchir la salle à manger.

Coût pour deux personnes, nourriture seulement, avant taxes : 81 $.

Coût total, comprenant alcool, taxes et service : 155 $.

Les actualités gastronomiques de Québec

Dans le cadre des soirées des Grands Feux Loto-Québec, la gastronomie et la pyrotechnie se rencontrent au Café 47 : on propose deux formules (familiale et VIP) permettant de manger tout en profitant des feux d’artifice, perché sur les toits du Musée de la civilisation ! Tarifs adultes et enfants. Les jeudis 9, 16 et 23 août et les samedis 11 et 18 août.

Le concours de mixologie MG2018 se tiendra chez Ateliers Saveurs, à Québec, le 20 août. Pour l’occasion, des mixologues de Montréal et de Québec s’affronteront pour créer un cocktail original à base de rhum agricole : la création gagnante deviendra le cocktail officiel de l’événement Martinique gourmande en septembre.

Le 26 août aura lieu la 125e soirée-opéra du restaurant Trattoria La Scala. Un dimanche par mois, les amateurs de musique se rencontrent dans ce resto feutré du boulevard René-Levesque pour profiter d’un souper italien de sept services et de prestations d’opéra, d’opérette et d’airs populaires en quatre « actes ». Marc-Antoine Munoz, récemment devenu papa d’une petite fille, fêtera d’ailleurs bientôt son 20e anniversaire en tant que restaurateur-propriétaire.

Légendes

★ Je regrette de devoir vous en parler
★★ Pas mauvais, mais on n’est pas obligés de s’y précipiter
★★★ Bonne adresse
★★★★ Très bonne adresse
★★★★★ Adresse exceptionnelle pour la cuisine, le service et le décor

$ Le bonheur pour une vingtaine
$$ Une quarantaine par personne
$$$ Un billet rouge par personne
$$$$ Un billet brun par personne
$$$$$ Le bonheur n’a pas de prix

Graffiti

★★★★

1191, avenue Cartier, Québec, ☎ 418 529-4949, $$ 1/2