Une escale au Quai 1635

Le décor évoque le bord de mer, à grand renfort d’accessoires liés à la vie marine, combinés de manière épurée. Et la fenestration abondante permet de profiter du joli panorama fluvial.
Photo: Francis Vachon Le Devoir Le décor évoque le bord de mer, à grand renfort d’accessoires liés à la vie marine, combinés de manière épurée. Et la fenestration abondante permet de profiter du joli panorama fluvial.

Il n’est pas toujours nécessaire d’avaler des centaines de kilomètres pour se donner un goût de vacances. C’est en famille que nous décidons de prendre le large et de nous rendre au Quai 1635, petit resto sur le bord du fleuve, entre le tracel ferroviaire et la plage Jacques-Cartier.

La terrasse d’une centaine de places représente un formidable attrait. Le regard se porte au loin sur le fleuve Saint-Laurent, bien au-delà des rives de Saint-Nicolas… Un panorama qui, à coup sûr, a dû séduire les premiers colons qui se sont installés au cap Rouge en 1635.

Un soleil de plomb nous incitera pourtant à rester à l’intérieur, bien au frais. Le décor évoque le bord de mer, à grand renfort de cageots et d’accessoires liés à la vie marine, combinés de manière épurée. La fenestration abondante permet de profiter du joli panorama fluvial. Comme l’exprime spontanément mon aînée de 14 ans, c’est « full instagrammable » !

P’tite saucette

Le menu est simple et bien circonscrit. Les produits locaux sont mis en valeur jusque dans la carte des alcools, où figure un beau choix de bières de microbrasseries. Une offre alimentaire qui nous change très agréablement de la restauration rapide trop souvent proposée à la clientèle de marcheurs et de plaisanciers qui fréquentent l’abord des quais.

Pour manger léger tout en découvrant un maximum de saveurs différentes, je ne fais ni une ni deux : je commande toutes les entrées disponibles à la carte.

Ceci permettra aussi de répondre aussi bien aux goûts plus capricieux de ma benjamine qu’à l’appétit gastronomique de mon fils !

Les pieds pendant au bout du quai

La focaccia maison, aromatisée d’une fine huile aux herbes, de même que la mozzarella di bufala québécoise et sa purée de poivrons rouges, noix de pin et pesto de basilic, sont unanimement plébiscités. C’est frais et bien réalisé.

C’est à moi qu’échoit la petite assiettée de pois chiches épicés aux piments et chorizo, servis sur laitue Boston avec du tzatziki et un peu de coriandre. Réussi, mais jugé trop relevé au goût de l’équipage.

Photo: Francis Vachon Le Devoir Les produits locaux sont mis en valeur jusque dans la carte des alcools, où figure un beau choix de bières de microbrasseries. 

On s’extasie sur le gravlax de saumon, servi avec du fenouil et des radis émincés, des oignons marinés et du yogourt au poivre rose, mais le champion halieutique est le thon. Façon tataki, il est accompagné de quelques fèves edamames, d’une émulsion de sésame, de riz sauvage, de bok choy et de won ton.

Restons dans la fraîcheur avec le carpaccio de boeuf eumatimi et ses champignons, copeaux de taliah et huile de truffe. Le contraste des champignons avec la viande fine est très agréable en bouche.

La petite famille pioche à loisir dans la planche de fromages et de charcuteries, où saveurs et textures mettent en évidence le talent des producteurs du Québec. Même le petit confit d’oignon sera judicieusement étalé sur le reste de la foccacia.

Les nachos au porc effiloché, avec salsa maison de tomates bien mûres, piments et olives, nappés de crème sure à la coriandre et, bien sûr, d’un appétissant guacamole, ont fini de rassasier capitaine et matelots. Il ne reste bientôt plus rien du seul plat « chaud » de ce festin estival.

Sortie de bain

Pour faire bonne mesure, il est décidé de partager quelques desserts. La tarte à la lime présente une densité inhabituelle. Avec sa gelée d’oranges et sa cuillerée de glace à la vanille, elle offre une finale convenable, quoiqu’un peu lourde. Plus réussi est le brownie glacé flanqué de quelques cerises de terre, d’un trait de sirop à l’espresso et… d’une guimauve à la stout !

Ah, j’allais oublier. Ne commettez pas la même erreur que moi en supposant que l’un des 40 espaces de stationnement du resto sera opportunément libre.

Quand il fait beau, nombre de plaisanciers fréquentent le parc nautique du Cap-Rouge ! Plusieurs sites dans un rayon de quelques minutes de marche vous permettront toutefois de garer facilement votre voiture afin de profiter d’une bonne table et, surtout, de la vue splendide.


Les plus : une carte simple mais bien réalisée, à coût raisonnable. Une vue splendide sur le fleuve.
Les moins : au moment de notre  passage, un service jugé un peu lent. Deux ou trois desserts de plus seraient les bienvenus pour bonifier le menu.
Coût pour une famille, nourriture seulement, avant taxes : 116 $
Coût total pour une famille, taxes et service compris : 155 $

Les actualités gastronomiques

Alors que la saison des camps d’été bat son plein, l’Académie culinaire de Québec offre aux apprentis cuisiniers de 8 à 17 ans des ateliers culinaires pratiques, élaborés par des professionnels, où les jeunes apprennent à bien cuisiner… et rapportent le souper à la fin de la journée !

Le gin artisanal BeOrigin, élaboré à Saint-Augustin-de-Desmaures par Vice Vertu Distilleries, a récemment remporté quatre prix dans autant de concours internationaux de spiritueux, dont la médaille d’or au SIP Awards de Californie.

Endommagé à la suite d’un incendie en décembre dernier, le restaurant Toast ! renaît de ses cendres. La terrasse est d’ores et déjà ouverte, tandis que la section intérieure ouvrira à la mi-juillet.

On parle beaucoup du Nénufar, bar « clandestin » inspiré de la Prohibition, qui a ouvert il y a quelques semaines dans un lieu secret de Limoilou, ainsi que de L’Instemps gourmand, dans la rue Maguire, dont le concept brunch et salon de thé a déjà séduit de nombreux adeptes.

Légendes

★ Je regrette de devoir vous en parler
★★ Pas mauvais, mais on n’est pas obligés de s’y précipiter
★★★ Bonne adresse
★★★★ Très bonne adresse
★★★★★ Adresse exceptionnelle pour la cuisine, le service et le décor

$ Le bonheur pour une vingtaine
$$ Une quarantaine par personne
$$$ Un billet rouge par personne
$$$$ Un billet brun par personne
$$$$$ Le bonheur n’a pas de prix

Quai 1635

★★★

4155, ch. de la Plage Jacques-Cartier, Québec  ☎ 418 651-7824, $