Nos 12 restos coups de coeur à Montréal (et ailleurs)

En très peu de temps, le Marconi aura réussi à se tailler une place de choix dans un quartier qui compte nombre de belles tables.
Photo: Pedro Ruiz Le Devoir En très peu de temps, le Marconi aura réussi à se tailler une place de choix dans un quartier qui compte nombre de belles tables.

Pour clore 2017 en beauté, 12 maisons (en ordre alphabétique) qui se sont démarquées cette année parmi toutes celles visitées entre le 1er janvier et aujourd’hui. Petites ou grandes, toujours du très bon à conserver précieusement dans votre carnet d’adresses gourmandes.
 

Baumann Smokehouse

En Estrie, la chef Suzie Rainville et sa gang de barbus tatoués offrent une halte aussi divertissante que savoureuse. Assiettes très soignées, carte de vins et de bières tentatrice, cuisine décontractée et bonne humeur ambiante contagieuse.
141, rue Wellington Sud, Sherbrooke, 819 821-8661


Bistro Rosie

 

Si je pouvais n’aller que dans des restaurants de mon choix, celui-ci serait en tête de liste. Pour la cuisine délicate du chef Jérémy Daniel-Six, les soins attentifs de Sophie, la courte carte des vins équilibrée et originale ainsi que l’atmosphère générale de cette toute petite maison tout en chaleur et en fumets appétissants dès le seuil franchi. 
1498, rue Bélanger, 514 303-2010

Cadet

Photo: Pedro Ruiz Le Devoir Ce Cadet est le cadet de Bouillon Bilk. On trouve ici une version plus détendue, gastronomiquement parlant, de l’adresse aînée.

Ce Cadet est le cadet de Bouillon Bilk, qui, fort de son succès, doit trop souvent refuser des clients pour cause de salle bondée. On trouve ici une version plus détendue, gastronomiquement parlant, de l’adresse aînée. Plus bruyante et détendue aussi, mais en conservant la même qualité de cuisine et le même service attentif. 
1431, boulevard Saint-Laurent, 514 903-1631

 
Foodchain légumes + pain magique

Une sorte d’ovni dans le monde la restauration. Pas de cuisine, pas de fourneaux, pas de vaisselle. Huit combinaisons de légumes préparées à la minute et qui, en plein coeur du centre-ville, font le bonheur des masses laborieuses soucieuses de leur alimentation. Une « soupe magique » a été ajoutée début décembre. 
1212, avenue McGill College

 
Labo culinaire

À l’ombre de la grosse sphère de la Société des arts technologiques, le Labo culinaire propose une cuisine très soignée et attestant du talent du chef Adrien Renaud. Sa collègue sommelière, Maude Rochette, fait le bonheur des connaisseurs en bouteilles originales et, aux beaux jours, les foules se précipitent sur l’une des plus vibrantes terrasses de la Main
1201, boulevard Saint-Laurent, 514 844-2033, poste 225

 
L’atelier de Joël Robuchon

Il faut avoir le courage de traverser les glauques allées du casino. Une fois arrivé à ce restaurant, tout redevient normal et dès l’arrivée de la première assiette, on sait que l’on va passer une excellente soirée à table. Cuisine exceptionnelle préparée par le chef Éric Gonzalez et sa brigade, service exemplaire et carte des vins à l’avenant. 
Casino de Montréal, niveau A, pavillon du Québec, 1, avenue du Casino, 514 392-2781

 
Le Diplomate

Sans doute l’établissement le plus « discret » de cette liste. Il faut vraiment savoir qu’il y a un restaurant à cette adresse tant sa façade est anonyme. Une fois à l’intérieur, par contre, les choses se précisent et, accoudé au long comptoir, on peut constater que la discrétion des responsables des casseroles n’a d’égale que leur talent. 
129, rue Beaubien Ouest, 514 303-9727

 
Le Vin Papillon

« À bon vin, point d’enseigne », s’applique parfaitement ici. Aucun client n’a besoin de voir une pancarte pour savoir qu’un repas à cette adresse passera à la postérité et entraînera une irrépressible envie de répéter l’expérience au plus vite. La cuisine impeccable du chef Marc-Olivier Frappier et de sa brigade est complétée de façon magistrale par la carte de vins montée par Vanya Filipovic. 
2519, rue Notre-Dame Ouest


Luciano


Un de ces restaurants italiens en ville qui font rimer discrétion et perfection. La cuisine du chef Luciano D’Orazio séduit par sa justesse et sa simplicité. Des pâtes bien entendu, sous toutes les formes, mais aussi les classiques de la cuisine familiale italienne. Angelo « Ange » Forcherio, responsable des bouteilles, ajoute une touche de cordialité à cette petite maison digne de visites régulières. 
1212, rue Saint-Zotique, 514 303-1204


Manitoba

Photo: Annik MH de Carufel Le Devoir Un peu caché rue Saint-Zotique, le Manitoba semble avoir trouvé LE chef qui s’accorde parfaitement à sa vision. Le petit nouveau s’appelle Simon Mathys.

Un peu caché rue Saint-Zotique, ce restaurant semble avoir trouvé LE chef qui s’accorde parfaitement à sa vision. Le petit nouveau s’appelle Simon Mathys et, comme les propriétaires l’encouragent à travailler comme il sait le faire, il rend bien des clients heureux ici, son style de cuisine se prêtant bien aux jeux subtils de la nordicité et de l’élégance prônés par la maison. 
271, rue Saint-Zotique Ouest, 514 270-8000


Marconi


En très peu de temps, ce petit restaurant aura réussi à se tailler une place de choix dans un quartier qui compte nombre de belles tables. Le talent et le travail du chef Mehdi Brunet Benkritly et de sa brigade y sont pour beaucoup. Le talent et le travail de son épouse et associée, qui gère la réhydratation de la clientèle, complètent à merveille. 
45, avenue Mozart Ouest, 514 490-0777


Oregon
Photo: Pedro Ruiz Le Devoir Au restaurant Oregon, le chef Paul Couture cuisine avec intelligence et générosité ; qualités partagées par le personnel en salle.

Ne jamais se fier aux apparences. Par exemple, ceci vous permettra de découvrir une excellente table cachée sur une portion pas particulièrement sexy du boulevard Curé-Labelle. Le chef Paul Couture cuisine avec intelligence et générosité ; qualités partagées par le personnel en salle, notamment Simon et Maude, qui ajoutent au plaisir d’une soirée passée ici. 
241, boulevard Curé-Labelle, Laval, 579 641-1414

 
Le Fantôme

Finalement, en ruban noué sur ce cadeau de 12 adresses, 12 assiettes dégustées au tout petit restaurant. Un exploit du chef Jason Morris et de sa brigade. Élégance, intelligence et saveurs de la première à la dernière assiette. 
1832, rue William, 514 846-1832
 

Bonne année à tout le monde !