Le petit Cuba de Saint-Roch

Si l’on cherche une adresse décontracto-branchouille, Varadero n’est pas le choix désigné. Mais si on veut une cuisine cubaine authentique et abordable, au cœur du centre-ville de la capitale, c’est l’endroit qu’il faut visiter.
Photo: Renaud Philippe Le Devoir Si l’on cherche une adresse décontracto-branchouille, Varadero n’est pas le choix désigné. Mais si on veut une cuisine cubaine authentique et abordable, au cœur du centre-ville de la capitale, c’est l’endroit qu’il faut visiter.

Ma benjamine adore la nourriture mexicaine et sud-américaine, où légumineuses, maïs et saveurs affirmées sont omniprésents. C’est donc Eugénie qui m’accompagne dans cette mission gourmande afin de découvrir Le Varadero, minuscule resto cubain du quartier Saint-Roch, à Québec.

C’est l’heure du dîner, il fait un temps radieux : nous nous attablons sur la « terrasse », ce qui nous permet de bénéficier de l’animation de la rue, de l’ombre procurée par le porche et de l’engageante musique reggaetón diffusée dans le restaurant.

Buena Vista Saint-Jos

La serveuse nous apporte les menus, que nous étudions avec attention. Je suis tentée par la côte de porc marinée, fumée et grillée, servie avec riz aux haricots noirs, l’une des spécialités de la maison… mais la chaleur nous fait toutes deux opter pour des sandwichs cubains : le Ropa Vieja pour moi, le Chef pour ma jeune invitée.

En sirotant nos piña colada, un nectar de jus d’ananas et de lait de coco (sans rhum) avec une pointe de sucre de canne, nous révisons nos trop maigres connaissances en espagnol et convenons qu’il serait bien agréable, un jour, de visiter La Havane ensemble.

Nous découvrons avec plaisir nos entrées. Je suis très contente de ma salade Varadero. Composée de laitue romaine émincée, de fines lanières de chou rouge, de poivrons, de grains de maïs et de mangue en petits dés, elle remplit son rôle avec beaucoup de fraîcheur, de saveur et de couleur.

Les pois chiches rôtis au boeuf haché, garnis d’oignons, de poivrons verts, de juliennes de carottes et d’olives, plaisent beaucoup à mademoiselle. Le plat est effectivement très équilibré, l’assaisonnement de la viande est parfait pour soutenir les légumineuses, les légumes ont conservé leur croquant, les coloris sont agréables à l’oeil. Nous convenons de rapporter une part de cette nourrissante entrée à la maison, afin de laisser « un petit coin » pour le sandwich !

«El jefe»

Depuis que nous avons vu le film Chef, racontant l’histoire d’un cuisinier (Jon Favreau) qui laisse tomber la restauration en salle pour sillonner le sud des États-Unis dans son camion de rue, ma petite famille et moi fantasmons littéralement sur les cubanos, ces sandwichs typiquement cubains. Nous avons bien tenté l’expérience à quelques reprises à la maison… mais Eugénie et moi sommes très impatientes de goûter à quelque chose de plus authentique !

Au Varadero, ces sandwichs sont servis sur pain baguette croustillant, accompagnés d’une petite part de frites. Le mien, bourré de boeuf effiloché en sauce aigre-douce, avec poivrons rouges et verts, oignons doux et laitue iceberg, me ravit à tout point de vue. J’y mords en imaginant le bruit des vagues sur une plage…

Mais ma rêverie ne dure pas, interrompue pas les exclamations enjouées de ma fille qui déguste son propre sandwich, garni de porc bien juteux, de jambon, de fromage et de laitue. À ceci près que la croûte de la baguette lui semble un peu dure — mais, convient-elle, c’est préférable à un pain trop détrempé —, elle lui accorde une note presque parfaite de 19 sur 20 !

Churros !

La simple évocation du mot fait scintiller les prunelles de ma benjamine. Et lesdites prunelles scintilleront tant et plus lorsque lesdits churros seront dégustés, le cinquième avec autant d’enthousiasme que le premier. Les longs beignets de pâte frite sont saupoudrés de sucre granulé, comme il se doit.

Préférant un dessert plus rafraîchissant, je choisis le flan au café. Il ne paie pas de mine, mais il s’avère crémeux et pas trop sucré. Les membres de la mission sont unanimes : c’est une destination familiale à retenir. Pour un prix à peine plus élevé que la restauration rapide, il s’agit manifestement d’une option originale et délicieuse pour petits et grands.

Le Varadero

Les plus : resto sympathique, savoureux, abordable, parfait pour un lunch avec des amis ou en famille.

 

Les moins : à déconseiller aux inconditionnels du formalisme, des décors branchés et des serveurs stylés… On n’y va franchement pas pour ça.

Coût du repas pour deux, nourriture seulement : 36 $.

Coût total du repas pour deux, incluant taxes et service : 48 $.


Légende 

★ Je regrette de devoir vous en parler
★★ Pas mauvais, mais on n’est pas obligés de s’y précipiter 
★★★ Bonne adresse 
★★★★ Très bonne adresse 
★★★★★ Adresse exceptionnelle pour la cuisine, le service et le décor

Le Varadero

★★★ 1/2

189, rue Saint-Joseph Est, Québec, 418 265-5491.