La longévité de Julien

Le restaurant Julien est une institution dans le quartier des affaires de Montréal.
Photo: Annik MH de Carufel - Le Devoir Le restaurant Julien est une institution dans le quartier des affaires de Montréal.

Le restaurant Julien est une institution dans le quartier des affaires de Montréal, prisé par les hommes en cravate comme par les femmes en tailleur qui travaillent dans les nombreux bureaux aux alentours.


Il a conservé son style bistro des débuts, il y a près de 30 ans, sans rien vraiment changer au décor ou à la formule des repas, une formule gagnante par ailleurs.


Le mobilier est à l’image du restaurant et affiche une patine témoignant de la longévité des lieux. On y trouve le même bar, le même espace pour déposer les manteaux, le même escalier qui mène à la salle du haut, les mêmes assiettes, ou presque, et des clients fidèles qui assurent depuis le début le succès de l’établissement.


Dès 11 h 30, le restaurant est pris d’assaut par les habitués, dont certains ont leur table réservée depuis fort longtemps. Le menu présente les incontournables de l’établissement, comme le tartare de boeuf, les calmars, le foie de veau, la bavette, ou bien, du côté des desserts, la marquise au chocolat. Ce sont ces plats qui ont fait le succès de la maison.


Mon invitée et moi avons opté pour les calmars en entrée : de fines tranches du mollusque et quelques morceaux de tentacules enrobés d’une panure légère et bien dorée, accompagnés d’une sauce tomatée épicée façon chutney et de deux quartiers de citron. Légèrement caoutchouteuses, les rondelles de calmar frites étaient néanmoins fort acceptables.


Le meilleur vint vraiment ensuite. La viande de boeuf du tartare était bien hachée au couteau, ni trop finement, ni grossièrement. La viande, parfaitement assaisonnée, était goûteuse. On retrouvait la vraie saveur du steak tartare, qui était servi avec des frites bien cuites, croustillantes, pas du tout grasses et accompagnées d’une mayonnaise maison bien faite.


Le propriétaire des lieux, un ancien professeur en sommellerie à l’Institut du tourisme et de l’hôtellerie du Québec (ITHQ), affiche depuis toujours un grand intérêt pour les vins, et cela paraît. Sa carte propose des vins au verre pour 9 $, comme le Domaine du Tariquet qu’on nous a servi, lequel répondait tout à fait à nos attentes. Une carte plus élaborée permet de profiter de vins d’importation privée, que l’on offre au prix courant, voire moins cher parfois.


Le dessert est compris dans la table d’hôte. On proposait ce jour-là la fameuse marquise au chocolat, présente depuis l’ouverture du restaurant, mais aussi un gâteau moelleux à l’orange, sans gluten, ainsi que le gâteau du jour.


Le restaurant Julien assure une belle constance tant dans le service qu’en cuisine. On attend avec impatience l’ouverture de la terrasse, l’une des belles terrasses fleuries de Montréal.


Prix payé pour deux personnes le midi, avant service: 102,33 $ (pour une entrée de calmars partagée, deux tartares de boeuf, le dessert et une bouteille de vin).

Plus: une constance exemplaire, tant pour le service que pour la cuisine.

Moins: on pourrait rafraîchir le décor.


 

Collaborateur

À voir en vidéo