Oaxaca-Montréal, un p’tit goût de guacamole

Au Limon, à Montréal, l’ambiance est chaleureuse. Les cuistots d’origine mexicaine Javier et Bertha préparent d’authentiques classiques de leur pays, en plus de quelques recettes régionales.
Photo: Annik MH de Carufel - Le Devoir Au Limon, à Montréal, l’ambiance est chaleureuse. Les cuistots d’origine mexicaine Javier et Bertha préparent d’authentiques classiques de leur pays, en plus de quelques recettes régionales.

Cela faisait longtemps que j’avais mis les pieds dans un resto mexicain, et plus longtemps encore au restaurant Le Limon de la rue Notre-Dame à Montréal.


En soirée, l’éclairage est assez tamisé et permet à peine d’apercevoir les reproductions humoristiques accrochées au mur, qui représentent des chiens.


Attenant à la cuisine, un bar et quelques tabourets permettent de s’installer pour déguster la cuisine de l’endroit ou simplement prendre un verre de tequila spéciale. L’ambiance est sympathique, con viviale, mais ça peut facilement devenir bruyant lorsque le resto est plein. Je regrette la jolie terrasse avec verrière qu’on ouvre l’été et où l’on peut se rafraîchir en sirotant une margarita ou une bonne bière Dos Equis XX Lager.


Sans chichi


Le décor est simple, sans artifice. La couleur lime des murs et le brun des chaises et des tables en bois dominent. On ne retrouve pas ici les clichés habituels associés aux restaurants Tex-Mex du monde, qui servent des tacos, nachos, empanadas et fajitas des plus ordinaires. Au Limon, on propose de la cuisine maison, celle qu’on sert dans les maisons mexicaines, laissant place à l’authenticité.


Cela dit, on n’y trouve pas d’oeufs de fourmis (très chers) flambés à la tequila, ni de crevettes séchées au soleil. Il semble que les gens ne soient pas encore prêts à ce genre d’expérience exotique.

 

De beaux classiques


J’avais invité une amie qui s’apprêtait à partir pour la ville d’Oaxaca, dans l’État du même nom, comme une sorte de préambule à ce qui l’attendait dans sa nouvelle destination.


Une belle assiette remplie de guacamole accompagnée de nachos arriva devant nous. Le guacamole, comme la purée de haricots rouges ou noirs (frijoles refritos), est servi avec la plupart des repas au Mexique. Il existe bon nombre de recettes pour en préparer, la base étant bien entendu l’avocat, l’ail, la coriandre, du jus de lime et de l’oignon vert. Certains vont y ajouter de la tomate, de l’huile d’olive, du piment.


Notre guacamole avait un goût frais d’avocat parfaitement acidifié avec le jus de lime, où perçait une touche de piment, d’ail et de coriandre que les nachos venaient tutoyer. Rien à redire ici au sujet de cette entrée classique, que l’on a appréciée à sa jus te valeur.


Les ceviches, composés de fines tranches de poisson, de mollusques ou de crustacés, existent dans bon nombre de pays, par exemple en Espagne, au Chili, au Pérou et au Mexi que. Le tout est cuit par acidification dans du jus de lime ou de citron, auquel on ajoute des légumes, des herbes.


À Tahiti, on ajoute au ceviche du lait de coco. Il est dommage qu’on nous serve ici du tilapia en ceviche. Du coup, nous préférons les crevettes. Légèrement précuites, elles ont mariné dans du jus de lime et sont accompagnées de tomates et d’oignons finement hachés, avec un peu de coriandre.


Voilà un excellent mélange, que l’on savoure avec la purée de haricots et des tortillas. Si la bière fait pleinement partie des traditions du Mexique et accompagne bien tous les plats, on peut aussi choisir la tequila ou un vin blanc ou rouge.


Le Limon n’a pas la prétention d’être un « grand restaurant » ; il se présente plutôt comme un resto convivial, proche des bistros. Le service, bien fait et professionnel, y est des plus agréables.


Enfin, il faut savoir qu’outre les grands classiques mexicains, on peut y déguster des recettes maison plus régionales qui nous font découvrir une culture alimentaire différente de celle des grands centres balnéaires et qui nous rapprochent du peuple.


***


Prix payé le soir pour deux personnes, avec deux bières, avant taxes et service : 50,98 $.

Plus: une cuisine simple et goûteuse, le tout dans un cadre agréable.

Moins: il manque de poissons sur la carte et il est difficile de trouver où se garer dans le coin.


 

Collaborateur

3 commentaires
  • Nasser Boumenna - Abonné 21 décembre 2012 06 h 35

    C'est tout?

    Vous n'allez pas me dire que vous êtes allés au Limon seulement pour un guacamole et quelques crevettes! Ils font bien plus que ça, surtout dans les viandes.

  • Jean Richard - Abonné 21 décembre 2012 09 h 58

    Un moins inutile et un plus oublié

    « Moins: (...) il est difficile de trouver où se garer dans le coin. »

    Le resto est à 6 minutes de marche de la station de métro Lionel-Groulx, station où se croisent les deux plus longues lignes de métro de tout le réseau. C'est un Plus que vous avez visiblement oublié. Dommage que vous en ayez fait un Moins.

    C'est un Plus d'autant plus important que si vous vous laissez aller à déguster margueritas, tequila et bière Dos Equis, les transports en commun sont impérativement la solution pour le retour à la maison.

    À voir les voitures de métro bien remplies en fin de soirée, nul doute que l'accessibilité par les transports en commun fait partie des atouts pour le choix des endroits où sortir, restos y compris. Ce serait bien que vous en teniez compte la prochaine fois. Montréal est une ville...

  • Maria Gatti - Inscrite 22 décembre 2012 11 h 29

    Tout près du métro

    Je vois que M Jean Richard a dit ce que je voulais dire; ce petit resto est tout près d'une station de métro importante (deux lignes, et munie d'un ascenseur pour les gens qui ont une mobilité limitée ou qui se déplacent avec des enfants en poussette). En effet, si vous voyagez à Paris ou à New-York, vous ne vous attendrez pas à vous garer à proximité d'un resto.