Plaisirs méditerranéens

Le resto-café Au Port de la Goulette offre une cuisine inspirée de la Tunisie et du Maroc.<br />
Photo: Yan Doublet - Le Devoir Le resto-café Au Port de la Goulette offre une cuisine inspirée de la Tunisie et du Maroc.

Québec — Depuis quelques années, la 3e Avenue, qui est l'une des principales artères commerciales du quartier Limoilou, en basse-ville de Québec, se diversifie. On y trouve davantage de cafés, de boutiques d'aliments spécialisées, telles chocolaterie, fromagerie et boulangerie, et de petits restaurants sympathiques. Depuis trois ans, un chef tunisien, Kais Tarragi, retient particulièrement l'attention à son restaurant Le Port de la Goulette, où il apprête une fine cuisine méditerranéenne inspirée de la Tunisie et du Maroc.

En plein coeur de l'hiver, ce restaurant d'une quarantaine de places réconforte dès l'entrée. L'odeur suave de mets mijotés et d'épices exotiques embaume l'air. Le décor maghrébin, bien présent, crée une ambiance chaleureuse. Un indice révèle cependant qu'on vient ici pour bien manger, simplement: des napperons de papier et des ustensiles enroulés dans une serviette également de papier décorent sobrement les tables. Les prix sont à l'avenant et l'on paye ici principalement pour la qualité des aliments et le talent du chef.

Le menu que nous consultons longuement est typiquement méditerranéen: couscous, tajines, kefta, sandwichs de pain pita, shish-taouk et merguez. Il comporte cependant des surprises, comme un ojja aux crevettes (sauce tomate et ail garni d'un oeuf), un gyros au boeuf épicé ou une pastilla de poulet avec amandes grillées.

Le menu offert en table d'hôte, qui reprend certains plats de la carte, constitue une aubaine et c'est de ce côté que ma compagne et moi faisons notre choix. Une seule personne (l'épouse du chef-propriétaire) s'occupe du service et, pendant un moment, un imprévu la tient terriblement occupée. Ainsi, nous avons amplement le temps de consulter dans le détail le menu et la courte carte des vins, cependant bien sélectionnés; la vingtaine de vins qu'on y trouve sont tous à 45 $ la bouteille ou moins. D'ailleurs, Le Port de la Goulette est vraiment ouvert à tous. On peut y déguster un sandwich à bas prix même le soir et y venir sans crainte avec de jeunes enfants puisqu'un menu allégé (quantité et prix) a été prévu pour eux. Il est bien sûr possible d'y déguster aussi un repas élaboré, comme nous avons bien l'intention de le faire.

Une fois notre tour venu, le service sera fort agréable et convivial pour le reste de la soirée, la serveuse-propriétaire faisant preuve d'une grande gentillesse et de beaucoup d'efficacité. Les renseignements qu'elle nous donne sur le menu confortent le choix que nous avons mûrement réfléchi. Ma bien-aimée opte pour un assortiment de salades orientales en entrée, puis pour cette pastilla au poulet et aux amandes qui a piqué sa curiosité. Je privilégie la soupe tunisienne suivie d'un tajine berbère à l'agneau. Pour le vin, nous nous régalerons d'un Lussac Saint-Émilion Château Cap de Merle à prix séduisant, qui se mariera fort bien aux saveurs exotiques de notre repas. Aussitôt choisi, le vin nous est servi, accompagné d'une corbeille de petits pains croûtés tiè-des et légers qui comblent notre appétit.

L'entrée, fort bien présentée, dans des assiettes colorées aux jolis motifs géométriques et floraux, ne tarde guère. Les cinq salades de ma compagne sont fraîches, légères et délicieuses: une préparation de légumineuses avec cumin, des con-combres frais relevés d'une touche de vinaigre, du fenouil haché au naturel, un mélange de poivron rouge et de tomates coupés en dés, et un humus exceptionnellement onctueux, doux et savoureux. Tous les ingrédients sont de premier choix et la préparation, simple.

Saveurs épicées

Ma soupe tunisienne se distingue par son originalité et un agréable mariage de saveurs épicées. À base de bouillon d'agneau et de tomates, elle est épaissie au blé concassé et enrichie de quelques bouchées de poulet. La coriandre moulue domine son bouquet et ses saveurs. Comme un conte de nuit mille et une fois poursuivi, plus j'en mange, plus j'apprécie son goût délectable.

La présentation de nos plats principaux nous ravit autant que celle des entrées. Les légumes colorés bien disposés sautent aux yeux, annonçant un repas santé. Dans l'assiette de ma vis-à-vis, une petite carotte entière, du brocoli et des asperges, une salade verte avec fenouil, du poivron rouge et des tomates cerises entourent la pastilla, recouverte d'un frisson de sucre en poudre. Superbe et appétissant! Le bon goût n'est pas en reste. La pâte feuilletée tapisse le mélange de poulet et d'amandes finement hachés, le tout discrètement relevé de coriandre et de cannelle. Ce pâté au poulet proche-oriental cuit au four possède un goût doux et original qu'apprécie mon amie.

De mon côté, une souris d'agneau braisé constitue le coeur de mon tajine; elle trône sur une variété de légumes: courgette et haricots verts, carotte, rabiole et tomates cerises, qui sont mi-cuits et croquent légèrement sous la dent. Une petite quantité de semoule et de pois chiche, prémoulée dans un ramequin, accompagne nos deux plats. Je suis cependant seul à bénéficier des fruits confits qui complètent les parfumées saveurs de mon tajine: ananas en dés, abricot tout rond, pruneau et citron. Sans oublier les olives! Je me régale de ce plat au goût fin et harmonieux.

Au dessert, je fais une découverte inattendue, celle de la bouza, une préparation tunisienne parfumée à l'eau de fleur de géranium. Oui, de géranium. Cette crème pâtissière garnie d'aman-des broyées sur fond chocolaté est particulièrement légère et rafraîchissante. Elle m'est de surcroît servie sur une assiette décorée d'un carrelage de coulis de fraise et de chocolat si abondant que je n'ai aucun mal à m'en lécher les doigts. La crème brûlée classique que choisit ma compagne est également de fort bonne tenue.

En terminant, le prévisible thé à la menthe nous est servi dans une théière en argent, comme il se doit, mais sans sucre. Cette boisson plus digeste clôt parfaitement notre excellent repas dans ce petit restaurant agréable et convivial.
  • Plus: une savoureuse et fine cuisine maghrébine.
  • Moins: une grande simplicité.
  • Prix: pour deux, avec taxes: 102 $

***

Collaborateur du Devoir