L'Astral, une alléchante constellation

L’Astral est ouvert matin, midi et soir. Sa table est plus accessible le midi et lors des brunchs du dimanche matin, qui sont très courus. Une formule buffet est aussi offerte en soirée. L’excellente organisation du restaurant lui permet de servir ces mets de très grande qualité même si l’endroit peut accueillir 236 convives. On n’a d’ailleurs jamais l’impression de se trouver dans un établissement d’aussi grande dimension.<br />
Photo: Yan Doublet - Le Devoir L’Astral est ouvert matin, midi et soir. Sa table est plus accessible le midi et lors des brunchs du dimanche matin, qui sont très courus. Une formule buffet est aussi offerte en soirée. L’excellente organisation du restaurant lui permet de servir ces mets de très grande qualité même si l’endroit peut accueillir 236 convives. On n’a d’ailleurs jamais l’impression de se trouver dans un établissement d’aussi grande dimension.

Québec — Le restaurant L'Astral a depuis longtemps bonne réputation, autant pour son panorama unique que pour sa table raffinée. Mais au 30e étage où il loge, on n'a pas souvent l'occasion de se donner envie d'y manger en lorgnant par sa fenestration circulaire perchée au sommet de la ville. C'est pourtant un restaurant sympathique qui a beaucoup à offrir.

Dès que nous sortons de l'ascenseur panoramique qui nous y conduit, nous apprécions l'accueil professionnel, simple et invitant. Le serveur qui nous apporte les menus souhaite la bienvenue à ma compagne par son nom. Souriant et détendu, il nous prodiguera de bons conseils. Notre attention est d'abord happée par la vue fantastique qui s'étend devant nous. Que la ville est fascinante de ce point de vue aérien! Le spectacle se renouvellera au fur et à mesure que le restaurant complétera sa rotation en environ 90 minutes: vieux quartier, fleuve, Haute et Basse-Ville, tout vaut le coup d'oeil.

Mais l'alléchant menu nous rappelle à l'ordre. Il faut le lire attentivement, car les plats sont décrits dans le détail avec des mots rares et savants. Fondant de canard avec mousse de chicouté et camarine noire, terrine de tête de porcelet avec salade d'herbes vertes et enoki au citron confit, ou salpicon de homard avec salade à l'oseille (un effiloché de homard, nous dit-on...).

Les plats principaux (j'abrège) vont du saumon saisi sur peau avec quinoa et mousseuse de coriandre fraîche à la poitrine de poulet de grain apprêtée au Ras el Hanout (mélange oriental de 21 épices) et accompagnée de mascarpone cuit au citron confit, en passant par la classique entrecôte de filet de boeuf Angus avec légumes de l'île d'Orléans. La formule table d'hôte étant un peu restrictive et pas très économique, nous préférons piger librement dans ce menu envoûtant.

Ma bien-aimée ne regrette pas son choix. Elle se régale d'une planche de pétoncles servie avec fleur de sel aromatisée, citron confit au girofle et salade d'épinards. Ses cinq pétoncles bien dodus et grillés à souhait sont succulents; elle les tamponne selon son inspiration dans l'un des cinq sels aromatisés multicolores qui les accompagnent. Le citron confit est sublime et fraîche est sa salade d'épinards.

Je ne suis pas moins choyé par mon gaspacho de tomates Lacoste épicé, couronné d'un tzatziki en espuma et de micro-coriandre, accompagné d'une brochette de beignets de morue. Le tzatziki, d'une grande finesse, se suffit à lui-même, mais il est parfait pour adoucir le gaspacho, au goût relevé. Et la légère pâte croustillante des beignets recouvre une morue hachée assaisonnée délicatement de ciboulette. Étonnant comme ces beignets sont légers et savoureux. Les micropousses de coriandre complètent cette jouissante harmonie de saveurs. Ensuite, il nous est impossible de déterminer la composition exacte du bouquet de légumes et d'épices qui compose la crème de légumes du jour, sinon que son onctuosité provient de la courge ou du panais, plutôt que de la crème. Ce potage caractérise d'ailleurs fort bien la cuisine de L'Astral: créative et très savoureuse.

Puis je plonge dans l'exploration délectable de mon plat principal. Ce samoussa de souris d'agneau avec feta, accompagné de sa côtelette grillée, de petites tomates confites et d'une purée de pois verts à la menthe, est une fête. Les samoussas de pâte frite repliée en triangle, farcis aux pois verts et au feta, ont un goût vif et énigmatique, qu'accentue la purée de pois verts fortement aromatisée à la menthe. Les tomates cerises à la peau relevée et grillée offrent une pause rafraîchissante entre deux succulentes bouchées de côtelettes d'agneau grillées à la perfection. Dommage que ma douce moitié soit moins heureuse avec son carré de porcelet de «Turlo», avec bedaines confites snakées et salade bockchoy, noix, jambon speck, cheddar et pommes. Car le carré s'avère un peu rétif, même s'il est délicieux, et les bedaines ne l'enchantent guère. Elle se rabat avec joie sur la belle salade qui la contente, mais que je trouve un peu déséquilibrée: le goût de fumée me semble trop présent.

Notre seule déception vient du vin: un rosé Enfants de Vignerons, Côte-du-Rhône 2009, qui a du corps mais aucune acidité; il s'avère monotone. D'ailleurs, toute la carte des vins est ordinaire: plutôt réduite avec une centaine d'options presque toutes concentrées dans une fourchette de prix de 40 $ à 100 $. Il est étonnant qu'elle ait été primée, peut-être à cause de son côté classique et abordable, car en comparaison de plusieurs autres établissements gastronomiques de Québec, elle est franchement terne.

Un dessert léger est ensuite le bienvenu. Sur la recommandation du serveur, nous avons opté pour un vacherin de citron et vanille en sphère, avec mousse légère à la sauge et brisures de biscuit. En langage de tous les jours, je déguste une meringue parfaitement sphérique, dans laquelle se cache un exquis sorbet à saveur de citron et vanille extraordinairement agréable. Une touche de crème fouettée à peine sucrée et aromatisée à la sauge apporte à ce dessert un contraste surprenant qui fait la différence entre le plaisir d'un bon dessert et une forte sensation qui ravit et s'inscrit dans la mémoire. Une créativité qui se démarque.

Il faut signaler l'organisation exceptionnelle qui prévaut dans l'équipe de L'Astral. Celle-ci leur permet de servir ces mets de très grande qualité dans ce vaste restaurant de 236 places. On n'a d'ailleurs jamais l'impression de se trouver dans un restaurant d'aussi grande dimension, étant donné la forme de celui-ci, en anneau, qui crée un environnement assez restreint et intime autour de chaque client. L'Astral est ouvert matin, midi et soir. Sa table est donc plus accessible le midi, lors des brunchs du dimanche, très courus, ou grâce à la formule buffet offerte en soirée. Un menu pour enfants est aussi offert à demi-prix, et même gratuitement pour les moins de six ans.

Plus: une excellente cuisine dans une ambiance spectaculaire.

Moins: une carte des vins banale.

Notre repas avec taxes: 202 $

***

Collaborateur du Devoir