Des Bossus sympathiques

Le restaurant Les Bossus est situé dans la section la plus courue de la rue Saint-Joseph, l’artère qui incarne le renouveau du quartier Saint-Roch. Un mur de pierre garni de tableaux nombreux et variés donne de la chaleur, pendant que le long comptoir de service, attrayant et bien aménagé, confère à l’établissement son style éminemment bistro.
Photo: Martin Fournier Le restaurant Les Bossus est situé dans la section la plus courue de la rue Saint-Joseph, l’artère qui incarne le renouveau du quartier Saint-Roch. Un mur de pierre garni de tableaux nombreux et variés donne de la chaleur, pendant que le long comptoir de service, attrayant et bien aménagé, confère à l’établissement son style éminemment bistro.

Québec — Québec est la ville canadienne qui dispose du plus grand nombre de restaurants de fine cuisine par habitant. La forte concurrence pousse donc au raffinement des menus et aux prix à la hausse, alors que les bons restaurants à prix intermédiaire se font rares.

Dans cette catégorie, un resto sympathique a pris racine au centre-ville. Il s'agit du bistro Les Bossus, situé dans la section la plus courue de la rue Saint-Joseph, l'artère qui incarne le renouveau du quartier Saint-Roch.

Dans un grand local aéré et lumineux, Les Bossus peuvent accueillir une centaine de clients. Un mur de pierre garni de tableaux nombreux et variés donne de la chaleur, pendant que le long comptoir de service, attrayant et bien aménagé, confère à l'établissement son style éminemment bistro.

D'ailleurs, contrairement à la tendance actuelle qui enrichit volontiers ce style d'éléments luxueux, Les Bossus restent fidèles à l'esprit d'origine du bistro sympathique et sans prétention. L'accueil y est chaleureux, aimable et attentionné, voire teinté d'humour. Les nappes sont en papier, les tables et les chaises sont sobres. On y vient pour bien manger et causer entre amis dans une ambiance décontractée.

Ma complice et moi sommes frappés par la variété et l'intérêt du menu du soir que nous consultons. Les 23 appétissantes propositions de plat principal peuvent sûrement contenter tous les goûts. Plusieurs sont originales, voire intrigantes, comme les salades landaises ou périgourdines, dont la première est servie avec du confit et du gésier de canard, surmontée d'un oeuf poché, alors que la seconde est servie avec du jambon de Bayonne, du foie gras poêlé et des pommes de terre sautées aux herbes. Le poulet portugais mariné aux herbes, puis grillé au four, se distingue aussi. Quant aux assiettes de saucisses de Toulouse servies avec choucroute, ou de merguez servies sur lit de salade taboulé, elles sont particulièrement économiques. On trouve aussi ris de veau, filet mignon, bavette de boeuf, pétoncles et saumon, tartare de boeuf ou de saumon, rognons à la moutarde et autres. La fourchette de prix varie entre 12 $ et 25 $.

À l'heure du souper, Les Bossus n'offrent pas de table d'hôte, alors qu'elle est disponible le midi. Mais le chef propose une suggestion du jour à prix avantageux. Le soir de notre visite, ma complice se laisse tenter par l'assiette de fruits de mer suggérée par le chef (la veille, il offrait du jarret d'agneau et le lendemain, il proposera un mijoté de cerf aux pommes et à l'érable). J'opte pour une spécialité de la maison: le boudin aux poires. Pour accompagner notre repas, on nous recommande un vin d'importation privé, le seul de la carte: le Côte-du-Ventoux Conte Perdrix. Cette carte comporte un choix honnête d'une trentaine de vins d'Europe et d'Amérique, dont les prix varient de 25 $ à 60 $ la bouteille. Plusieurs sont aussi servis au verre.

Ma compagne a commandé une salade de gésiers de canard confit en entrée. Ceux-ci sont tendres et savoureux et les lardons qui rehaussent la salade panachée donnent à l'ensemble une belle unité, côté salé, un penchant qu'elle apprécie beaucoup. Mon entrée de tartare de saumon est également bien réussie: la saveur délicate du poisson se marie bien à un soupçon de mayonnaise à l'échalote et de jus de pamplemousse, sur lit de bébé épinards relevés juste à point par une vinaigrette légèrement sucrée. Suit une crème de brocoli ratée. Le cuisinier a tenté de compenser l'absence de saveur de brocoli par un abus de thym. Mais ça ne marche pas. Pourquoi servir une soupe aussi décevante un samedi soir, alors que le restaurant sera bientôt bondé? Curieux choix.

Heureusement, nos deux plats principaux sont excellents. L'assiette de fruits de mer de ma compagne est non seulement abondante, voire très abondante pour le prix, mais chacun d'eux est cuit selon les règles de l'art: pétoncles grillés en surface, tendres et savoureux à l'intérieur, grosses crevettes juteuses, palourdes et moules relevées à point par une sauce blanche aromatisée. Un riz au carvi complète bien cette belle assiette de mer. Les légumes d'accompagnement sont également cuits à point: jeune carotte sucrée et croquante, asperges et chou-fleur. Quant à mon boudin aux poires, le plat est également abondant et la saveur du boudin est exceptionnellement riche et bien équilibrée. En plus des mêmes légumes d'accompagnement, une salade panachée servie sans vinaigrette rafraîchit parfaitement ce plat plutôt riche, que complète une succulente purée de pomme de terre et de carotte. Curieusement, les poires qui devraient aromatiser mon boudin sont très discrètes. Peut-être étaient-elles encore vertes? Peu importe, je me régale.

Au dessert, nous choisissons ce qu'il y a de plus léger, laissant de côté l'appétissante crème brûlée au chocolat et noisettes et divers gâteaux. Une idée géniale des Bossus est de proposer des truffes maison à l'unité, délicieuses et abordables, pour ceux qui, comme ma compagne, désirent se sucrer le bec sans se faire éclater la panse. Je goûte pour ma part à la crème caramel qui est correcte, sans plus, mais servie avec un sirop délicieusement aromatisé à l'anis.

En somme, nous avons apprécié notre repas ainsi que le service très courtois et efficace. Nous ne nous attardons guère, cependant, car le brouhaha du restaurant bondé devient envahissant. À noter que le menu du midi est semblable à celui du soir mais troque les choix les plus chers pour des plats encore moins dispendieux. On offre une table d'hôte et un plat du jour à moins de 10 $.

- Plus: des mets de qualité, abondants, qui plairont à tous les goûts, à prix sympathiques.

- Moins: beaucoup de bruit quand le restaurant se remplit.

- Notre repas, avec bouteille de vin et taxes: 102 $

- Bistro Les Bossus, 620, rue Saint-Joseph Est, Québec, % 418 522-5501.

***

Collaborateur du Devoir

***

Les bonnes fourchettes du mois

***

Restaurant SSS
71, rue Saint-Paul, Québec
418 692-1991

Ce nouveau restaurant de la basse-ville historique se présente comme un «simple snack sympathique». Il est déjà très fréquenté et apprécié. On y mange très bien, dans un décor chaleureux. Le menu original réinvente burgers, steaks, tartares, côtes levées, fruits de mer et frites. Mais prenez garde au mot snack car un quatrième $ s'ajoute pour le mot «cher». Ouvert jusqu'à minuit.

***

Auberge La Camarine,
10947, boul. Sainte-Anne, Beaupré
418 827-5703

Cette auberge sympathique est à quelques minutes de la station de ski Mont-Sainte-Anne. Sa salle à manger, dans une maison canadienne centenaire, est particulièrement agréable. Cuisine raffinée à base de produits du terroir, plusieurs choix de menus, du gastronomique à la «petite table». Tout n'est pas sublime mais nous y avons dégusté la meilleure crème de brocoli au monde.

***

Conti Caffè
32, rue Saint-Louis, Québec
418 692-4191

Un restaurant jeune et branché à l'ombre du Château Frontenac. Murs de pierre, décor coloré, aménagement chic et astucieux qui sépare bien les tables et préserve l'intimité. Service impeccable. Cuisine italienne savoureuse: pâtes, veau, boeuf, saumon et fruits de mer. C'est la jeune émanation du célèbre restaurant Le Continental voisin. Service de voiturier.

***

Café Buade
31, rue de Buade, Québec
418 692-3909

Ce café est presque aussi vieux que Frontenac, comte de Buade. Mais il a changé au fil du temps. Il a été converti en un beau grand restaurant familial de plusieurs salles. Le décor de pierre et de bois est chaud et agréable. Le menu éclectique ne vous laissera jamais tomber. Idéal pour un arrêt sans prétention lors d'une visite du Vieux-Québec, pour un lunch ou un repas en groupe.