Une agréable surprise

Vous m'en direz tant, Mollé qui fait dans l'italien! Pur hasard, je vous l'affirme, lorsque, installé avec un ami cher à la table du midi de ce petit bijou, j'ai pu découvrir qu'il existe encore des endroits cachés que l'on souhaite présenter aux amis. Un petit resto comme ceux qu'on trouve au coin d'une rue dans l'Italie profonde.

Une jeune et jolie femme fraîchement arrivée de sa terre natale agit à titre de chef, sans avoir encore américanisé son savoir culinaire, resté intact pour nos yeux et notre coeur. Le décor du restaurant Stuzzichi est sympathique. La pierre et le bois s'harmonisent pour constituer l'ensemble. Le tout donne un petit resto-café et une micro-épicerie italienne installée devant les convives, sur les étagères du restaurant.

Pierre est un traiteur réputé qui ne cesse de se questionner sur son métier, d'innover, et qui ne cesse, avec ses voyages, de rajeunir. Cela lui va à merveille et lui donne aussi un recul bénéfique, autant sur sa profession que sur la gastronomie en général.

Le menu est simple et reflète bien la cuisine méditerranéenne: les légumes avec la roquette, la tomate bien sûr, l'aubergine, mais aussi les produits de la mer et la mozzarella de buffala.

La salade de pieuvre du Symposium est restée un souvenir dans mon esprit. Nous avons donc décidé de tester la bête avec ce qu'elle comporte de tentaculaire à apprécier.

Une chair tendre, bien cuite, sans cartilage, sans trop de vinaigre, puis parfaitement assaisonnée avec la touche de mesclun ou de roquette qui ajoute l'amertume nécessaire. Pure merveille d'équilibre et de justesse, qu'il est rare de retrouver.

Les raviolis aux champignons maison sont sans doute les meilleurs que j'ai consommés depuis longtemps. La pâte fine enrobait une purée forestière rehaussée d'essence de truffe, qui peut, dans bien des cas, devenir envahissante. Nul cas cette fois, où tout était finesse et délectation. Une sauce crème légère, constituée d'un bouillon de volaille parfumé, enrobait la divine pâte sans comédie.

Rien à voir avec du tout-acheté ou des produits surgelés. La proximité des lieux et l'étroitesse de la cuisine rendent les choses simples et faciles. On peut aussi choisir au verre et à prix abordable de petits crus d'importation, goûtés et connus par le propriétaire Marco Forcignano.

Les desserts sont un peu plus rustiques mais non dénués d'intérêt. Ils sont frais du jour et varient selon la période, la disponibilité des fruits ou des produits. De petites pâtisseries viennent couronner le tout, accompagnées, comme savent le faire les Italiens, du bon café issu d'une machine espresso, garni de créma sur le dessus.

Nous manquons à Montréal de petits restaurants comme le Stuzzichi. Des endroits où la cuisine passe avant le décor et le m'as-tu-vu. Pour une fois, le décor est joli, la cuisine est bonne et les prix sont plus que corrects, alors profitons-en!

- Prix payé pour deux, le midi, avec deux verres de vin, avant taxes et service: 77 $.

- Restaurant Stuzzichi, 358, Notre-Dame Est, Montréal, (514) 759-0505.

Collaborateur du Devoir

À voir en vidéo