Bonne cuisine à l'ardoise

Le chef René Sarradet prépare un pavé de saumon.
Photo: Jacques Grenier Le chef René Sarradet prépare un pavé de saumon.

La formule est identique depuis toujours et semble passer la crise économique sans trop d'encombre. À La Petite Ardoise, on a conservé au mur le tableau, ou l'ardoise, le même décor, les mêmes chaises bistro, nappes et serviettes de papier, et un menu fixe doté de belles tables d'hôte qui changent tous les jours.

Sur la rue Laurier, les restaurants, nombreux, se sont eux aussi mis à l'air du temps et proposent des prix bas par rapport à la qualité offerte. Montréal demeure une ville où la restauration demeure une des plus abordables au monde.

Dès l'arrivée des beaux jours et avant les premières feuilles, la terrasse de la cour arrière permet une évasion printanière des plus agréables.

Outre la carte et ses spécialités habituelles, on découvre sur l'ardoise murale les mentions de pintade, de ratatouille, de pâtes, de croissant farci ou encore — mon choix du jour —, de bavette à l'échalote.

Tous ces plats sont proposés avec soupe et salade, à des prix variant entre 12 $ et 14,50 $, une aubaine qui revient moins cher que de la restauration rapide avec, en sus, le service aux tables.

La salade du jour a changé depuis ma dernière visite, qui remonte à deux ou trois ans. On a bonifié l'offre en proposant une belle salade de betteraves, avec un ajout de mesclun, de coeurs de palmier et d'artichaut. Le tout avec une vinaigrette bien dosée, qui s'harmonise avec l'ensemble.

Comme je le disais, les prix affichés sont justes et méritent que l'on s'y attarde. Retrouver des vins au verre de qualité pour 5,50 $, 6 $ ou 7 $ est chose possible.

La Petite Ardoise témoigne fort bien de cela puisqu'elle offre sur sa carte, outre des bouteilles plus chères, un choix de vins à prix abordable. La bavette à l'échalote demeure un classique des bistros encore à l'ordre du jour. De la coupe de celle-ci dépendra sa tendreté.

Demandée avec cuisson à point, la viande a été servie comme telle, garnie de salade et de frites qui me rappelaient celles des roulotte à patates. Molles et légèrement brunes, on les aime ainsi, ou plus croustillantes, cela reste une question de goût. Pour ma part, je les aime des deux façons, selon le contexte. Une sauce brune à l'échalote nappait timidement la viande. Cela donnait à l'ensemble un petit goût acidulé bien agréable. Une mayonnaise maison est servie avec les frites.

Le dessert ne fait pas partie du menu et, en fait, il n'était pas nécessaire. Un gâteau au fromage est proposé à 3,50 $. Sans aucun doute, il s'agit là d'un gâteau commercial acheté congelé.

Rien de spécial, si ce n'est que la portion est copieuse et qu'il n'offre aucune surprise lorsqu'on le déguste.

Un service courtois, agréable, nullement hautain, prouve une fois de plus que l'on peut bien manger avec une petite ardoise dans le grand Montréal.

- Restaurant La Petite Ardoise, 222, avenue Laurier Ouest, Montréal, % 514 495-4961.

- Service Internet sans fil offert gratuitement et journaux disponibles.

- Plus: de belles tables d'hôte à petits prix.

- Moins: la piètre qualité du pain, genre ménage, servi le midi.

- Prix payé le midi avec une entrée, un plat, un dessert et un verre de vin, avant service, taxes incluses: 29,50 $.

***

Collaborateur du Devoir

***

Café Cafka

345, rue Saint-Charles Ouest

Longueuil

450 646-7649

Un bien sympathique bistro qui vient tout juste de célébrer ses dix ans. Les prix, la cuisine, le bar, tout est là pour que la fête soit totale. À découvrir: le burger de bison et le brunch très intéressant du dimanche.

***

Carte blanche

1159, rue Ontario Est

Montréal

514 313-8019

Le chef Loiseau embellit nos journées avec sa cuisine. Son gravelax au sirop d'érable ou sa tartiflette à la québécoise sont de pures merveilles, que l'épouse du chef complète parfaitement grâce à un service sympathique et professionnel.

***

Decca 77

1077, rue Drummond

Montréal

514 934 1077

Un décor urbain, moderne et branché y rassemble autant les gens d'affaires que les couples d'amoureux. Une belle cuisine, parfois audacieuse, vous fait vivre une expérience, complétée par le choix de vins ou de scotchs. Un resto qu'il faut apprivoiser et découvrir.

***

Kaisen

4075, rue Sainte-Catherine Ouest

Montréal

514 707- 8744

Un des très bons restos japonais de Montréal. Tant pour les makis que pour les sushis ou les tempuras, on découvre l'art culinaire nippon dans sa meilleure expression. Un décor chaleureux permet de s'évader et d'imaginer un instant qu'on se trouve dans l'empire du Soleil-Levant.

À voir en vidéo