Les tapas du monde en Confusion

Le restaurant Confusion est un des meilleurs choix pour se restaurer avant les spectacles.
Photo: Jacques Grenier Le restaurant Confusion est un des meilleurs choix pour se restaurer avant les spectacles.

J'avais visité ce restaurant dès son ouverture, il y a de cela cinq ans. Toujours installé confortablement rue Saint-Denis, il offre sur cette artère cosmopolite, à proximité du théâtre du même nom, un des meilleurs choix pour se restaurer avant les spectacles. Bien honnêtement, je ne pensais pas qu'il résisterait aux fluctuations montréalaises et à l'ouverture de nombreux autres restos, dont certains ont déjà disparu du paysage gourmand de la métropole.

Rien n'a vraiment changé, ni le décor moderne de la salle qui mélange le bois, la pierre apparente et les balançoires, ni la salle plus intime, à l'étage, drapée de rouge et qui permet une ambiance de convivialité complétée par les tapas. Le bar permet des rassemblements de petits groupes qui peuvent apprécier autant l'atmosphère que le choix des vins d'importation privée.

Le mot «tapas» signifiait, à l'origine, «couvercle». Il s'agissait, dans les bars espagnols, de recouvrir les verres de fino (xérès) d'une tranche de jambon ou de charcuterie pour les protéger de la poussière. Rien de cela ne se pratique aujourd'hui, ni dans les bars espagnols ni chez Confusion, où les tapas sont servis tant en cassolettes qu'en plats ou contenants divers.

Le menu se compose de diverses sections: «Thalassa» (les produits de la mer), «Nos grands crus», «Soupes», «Végé», etc. Un concept intéressant pour un groupe ou lorsqu'on souhaite partager à la «chinoise», mais qui peut être ambigu si on se retrouve à deux. Le mélange éclectique des plats proposés offre également un voyage à travers les goûts du monde où l'Asie, la France avec les tartares, la Grèce et le Maghreb avec les épices, l'humus et la soupe de lentilles créent la... «confusion».

Comme lors de l'ouverture du restaurant, on tente de nous expliquer le concept et on s'empresse de nous suggérer les «bons vendeurs» en garantissant d'emblée la satisfaction ou le remboursement (?).

Au risque de me répéter, les calmars frits sont un test qui permet d'évaluer dès le début du repas la suite à venir, et surtout la qualité de la cuisine. Chez Confusion, on vous les propose de deux façons: frits avec jus de lime ou grillés avec poivrons rouges et oignons doux.

Les rondelles et les morceaux de calamar étaient entourés d'une panure légère et avaient été frits dans une huile réservée à cet effet. Le jus de lime venait néanmoins humidifier le croustillant de la panure. Pour ce qui est des calamars grillés, ils étaient tout aussi tendres que les premiers, et les oignons doux et les poivrons rouges venaient bonifier l'ensemble.

Étant assez conservateur en ce qui concerne le foie gras, je partais avec l'idée préconçue qu'on ne peut associer ce produit noble avec n'importe quoi. Va pour les figues, les fruits secs et le grué de cacao, mais le servir sur un pain chocolaté avec pistaches... J'étais donc heureux que mon invité choisisse ce plat et me fasse profiter de ses goûts. Pour ma part, j'ai opté pour le risotto aux champignons et à l'huile de truffe, qui aura eu raison de moi et de mes sentiments envers l'Italie.

Un beau morceau de foie gras poêlé qui laissait échapper son gras, servi rosé et posé sur un pain au chocolat noir, a fait son apparition devant nous. Le mélange des genres, plutôt particulier en ce qui me concerne, semblait plaire à mon invité. Tendre, parfaitement cuit, le foie gras de canard était adouci par le pain et relevé par le chocolat noir.

Quant au risotto, il était indéniablement précuit et trop parfumé à l'huile de truffe, ce qui empêchait d'apprécier les champignons du risotto. Le parmesan venait en trouble-fête épaissir le tout, rendant l'ensemble presque pâteux.

Il faut reconnaître les beaux efforts faits du côté du choix des vins. On retrouve autant de vins intéressants au verre que de belles bouteilles d'importation. Fait à souligner: sept bières en fût sont offertes aux amateurs.

Les desserts ne sont pas le point fort de Confusion. Mis à part les sorbets et la tarte au sucre, vraiment sucrée, on n'offre rien de très nouveau ni de très alléchant à ce chapitre.

Bref, rien de décevant, mais rien de transcendant non plus sur le plan culinaire, dans une rue qui se cherche depuis longtemps, dans le Quartier latin, un grand restaurant.

- Prix payé pour deux personnes le soir avec eau minérale et une bouteille de vin, avant taxes et service: 132,50$.

- Plus: parfait pour une réunion entre amis et une certaine continuité dans la cuisine.

- Moins: des plats pas toujours chauds et un rappel fréquent pour les explications.

- B, Restaurant bistro: Confusion, tapas du monde, 1635-1637, rue Saint-Denis, Montréal. 514 288-2225.

***

Collaborateur du Devoir

***

Les bonnes fourchettes du mois

***

Fourquet Fourchette

265, rue Saint-Antoine Ouest Montréal 514 789-6370

1887, avenue Bourgogne

Chambly, 450 447-6370

François Pellerin défend la cuisine québécoise avec ardeur et acharnement. Sans tomber dans le cliché, il propose, à son restaurant de Chambly comme à celui du Palais des congrès, une cuisine maison sans prétention.

***

Le Paris

1812, rue Sainte-Catherine Ouest Montréal

514 937-4898

On a retrouvé ce restaurant mythique qui appartient au patrimoine montréalais depuis longtemps. Filets de hareng, bavette, brandade de morue et îles flottantes savent nous charmer et nous faire apprécier ce bistro indémodable.

***

Miso

4000, rue Sainte-Catherine Ouest Montréal

514 908-6476

Un restaurant japonais qui nous accroche et où on n'est jamais déçu. Outre la soupe miso et les sushis, on y découvre une vraie cuisine japonaise sans excès de zèle et d'artifices, mais avec du poisson frais et de bons produits. Choix de saké et de thés japonais.

***

Auguste

82, rue Wellington Nord Sherbrooke

819 565-9559

Danny St-Pierre est, à mes yeux, l'un des meilleurs chefs du Québec. Il le prouve à son restaurant de Sherbrooke avec des spécialités hors du commun. Parmentier de boudin noir, pudding chômeur à l'érable et glace vanille... Des plats qui valent le détour et une escapade gourmande en Estrie.
2 commentaires
  • Sophie Panneton - Inscrite 3 avril 2009 11 h 09

    Le chocolat ne surprend pas seulement avec le foie gras au Confusion...

    Bonjour Monsieur Mollé,
    C'est avec grand bonheur que j'ai lu votre article sur le restaurant le Confusion, que je visite régulièrement. Votre déception quant aux desserts m'a poussée à vous écrire. Le gâteau mi-cuit chocolat Inca nous fait oublier toutes les autres versions de gâteaux mi-cuits déjà expérimentées... Le piment de cayenne ajouté au dessert nous fait vivre un très beau voyage! Sans parler des crèmes brûlées.. Crème brûlée au bleu.. Tant qu'à se faire déstabiliser!
    Je vous souhaite une prochaine visite où, accompagné d'amis, vous vous prélasserez durant une soirée entière à goûter, sans devoir quitter pour un spectacle. Pour moi, une visite à ce resto dure 5 bonnes heures où le temps est suspendu..
    Merci de m'avoir lue.
    Sophie Panneton

  • Karine Techno - Inscrite 3 avril 2009 15 h 12

    Confusion Tapas du Monde

    Un bijou dans le monde des restaurants montréalais. Je seconde votre point fort : c'est un endroit fantastique pour boire un verre et savourer de petites bouchées entre amis, en particulier dans la salle privée, qui vous donne l'impression de recevoir « chez vous ». J'ajouterai l'accueil et le service hors du commun (la grande force du Confusion à mes yeux) comme deux raisons supplémentaires de fréquenter ce restaurant.

    Mes coups de coeur culinaires : crevettes tempura et coucous israélien. Et concernant les desserts, je ne partage pas complètement votre point de vue et déguste régulièrement le Chocolat Inconditionnel Fondant : un vrai régal.

    *Une cliente toujours satisfaite*