Le Portugal de Saint-Henri

Situé à proximité du marché Atwater, installé dans un grand local sur deux niveaux, avec une cuisine ouverte qui laisse apercevoir l’indispensable gril dont tous les Portugais ne peuvent se passer, le Bitoque s’affiche aussi comme galerie d’ar
Photo: Jacques Grenier Situé à proximité du marché Atwater, installé dans un grand local sur deux niveaux, avec une cuisine ouverte qui laisse apercevoir l’indispensable gril dont tous les Portugais ne peuvent se passer, le Bitoque s’affiche aussi comme galerie d’ar

Après avoir séjourné au Portugal pendant deux semaines et découvert les joies des petits bistros portugais de Porto et de Lisbonne, je me devais de tester le Bitoque, rue Notre-Dame, dans Saint-Henri. Autre pays, autre langue, autre façon d'imaginer le Portugal, caméléon, riche en produits, en paysages variés. Un bitoque est en fait un plat simple de viande grillée (boeuf ou porc), sur laquelle on ajoute un oeuf au plat. On le sert avec du riz et parfois aussi avec des pommes de terre.

Situé à proximité du marché Atwater, installé dans un grand local sur deux niveaux, avec une cuisine ouverte qui laisse apercevoir l'indispensable gril dont tous les Portugais ne peuvent se passer, le Bitoque s'affiche aussi comme galerie d'art présentant des toiles très colorées, des pièces que les clients peuvent acheter si le coeur leur en dit.

Rien toutefois qui permette de s'exclamer, ni devant la carte, qui constitue une cuisine plus ibérique que réellement portugaise, ni devant la salle qui semble parfois trop grande et qui manque d'intimité en début de semaine.

La table est dressée de façon professionnelle, mais sans artifices. Le restaurant est ouvert seulement le soir et l'intérêt, surtout en ces temps de crise, est de pouvoir y apporter son vin. Tous les plats sont d'abord décrits en portugais, puis en français.

Le chorizo grillé est servi avec fritata et légumes grillés (7 $). Le doux mélange oeufs et légumes grillés venait atténuer le piquant du chorizo, un plat sympathique mais qui n'est pas bien compliqué à préparer.

J'adore le calde verde (5 $) ou, si vous préférez, la version portugaise de la soupe aux choux et aux pommes de terre accompagnée de morceaux de chorizo. Cette soupe est une agréable façon de rompre avec l'hiver. Une bonne et agréable soupe que mon invité n'a eu aucun mal à avaler et qu'il a appréciée en spécialiste des soupes et potages.

Sur le menu

Sur le menu, on propose aux clients la version boeuf du bitoque portugais. On va jusqu'à préciser qu'il s'agit de boeuf AAA pris dans l'entrecôte (21 $). L'entrecôte grillée est arrivée avec un oeuf (dit «à cheval») sur le dessus.

Le steak était servi avec pommes de terre frites et une glace de viande. La viande, un peu sèche et marquée abondamment par le gril, lui faisait perdre le côté tendre et juteux qu'on attendait. Les frites maison, parfaitement cuites, compensaient quelque peu pour la cuisson de la viande.

Les vins du Douro ou de l'Alentejo ont réellement progressé ces dernières années. Il est facile de conseiller un tel vin de caractère pour accompagner des grillades portugaises ou même une morue grillée à l'ail. Les lulas fritas sont des calamars frits proposés avec une mayonnaise aux herbes appelée ici aïoli (12 $). Deux éléments sont importants pour la réussite d'un tel plat: la qualité et la légèreté de la panure qui enrobe les anneaux du mollusque, puis la qualité de la friture et de l'huile utilisée.

La panure compacte manquait de la légèreté d'un bon tempura japonais et la friture n'offrait aucune différence, soit du genre je-sers-autant-au-poisson-qu'aux-frites. Un phénomène qu'on retrouve dans certains restaurants. Le plat, acceptable, nous a toutefois laissés sur notre faim.

Les petits flans portugais (pasteis de nata) se retrouvent dans presque tous les restaurants du genre à Montréal et proviennent sûrement du même fournisseur. Ils sont bons et très agréables pour terminer un repas sans fado ni trop de remords.

***

RE B Restaurant

le Bitoque

3706, rue Notre-Dame Ouest, Montréal, 514 303-6402

- Prix payé pour deux, le soir, avec cafés, sans vin et avant taxes et service: 72 $. Service très correct et sans prétention.

- Restaurant ouvert le soir, où on peut apporter son vin.

- Plus: un resto sans prétention qui mêle l'Espagne et le Portugal

- Moins: une cuisine instable et changeante selon les jours.

- RG pour restaurant gastronomique, B pour bistro, RP pour restaurant populaire, RE pour restaurant ethnique, RS pour restaurant spécialisé

***

Collaborateur du Devoir

À voir en vidéo