Kiano, le resto des sages

Le menu du Kiano propose un choix bigarré de cuisines antillaise, louisianaise ou encore africaine. Les propriétaires y ont ajouté leur touche nord-américaine, ce qui rend l’ensemble plutôt cosmopolite.
Photo: Jacques Grenier Le menu du Kiano propose un choix bigarré de cuisines antillaise, louisianaise ou encore africaine. Les propriétaires y ont ajouté leur touche nord-américaine, ce qui rend l’ensemble plutôt cosmopolite.

Soyons logiques, je ne vous embarrasserai pas cette semaine avec les restos déjà remplis pour le dixième anniversaire de Montréal en lumière. Je vais plutôt vous faire découvrir ce petit café-resto libre-service au charme discret d'un coin de rue, qui propose une cuisine familiale aux accents créoles et une touche d'exotisme qui font du bien l'hiver et réchauffent l'estomac.

Un décor coquet assez moderne laisse apercevoir la tuyauterie au plafond que de gros luminaires essaient de dissimuler.

Le menu propose un choix bigarré de cuisines antillaise, louisianaise ou encore africaine. De plus, les propriétaires ont ajouté leur touche nord-américaine, ce qui rend l'ensemble plutôt cosmopolite.

L'endroit est parfait pour combler un ventre creux et manger rapidement, puisque le comptoir libre-service permet de choisir à sa guise et de consommer à son propre rythme.

Les acras

Depuis mon dernier voyage en Martinique, j'ai un faible pour les acras, le boudin antillais ou encore le colombo, que l'on propose dans de petits restaurants de Fort-de-France, où l'on pratique le mélange des genres.

Ici, le poulet au jerk ressemble de près au poulet boucané, avec la touche d'épices qui vous fait apprécier une bonne bière.

Va pour les acras, qui doivent dans tous les cas être frais et croustillants pour être bons. Pour 3,49 $, on vous en donne six.

De quoi alimenter une conversation sur l'état des stocks de morue en déperdition et s'imaginer que dans 10 ans, ce plat pourrait avoir disparu.

La pâte ramollie ne permettait guère d'apprécier à sa juste valeur ce mets tel qu'il goûte lorsqu'il est bien réussi. L'ensemble du mélange, fade et pâteux, ne nous a guère convaincus, mon invité et moi.

Le poulet

Le poulet occupe une place importante dans le menu de ce resto, comme en témoignent ceux au gingembre, au jerk et le poulet créole offert en sandwiches. Pour 11,95 $, on vous sert une copieuse assiette de poulet au gingembre accompagné de riz.

Et pour quelques dollars de plus, on ajoute du pain de maïs ou une banane plantain très bien apprêtée. Le poulet, parfaitement cuisiné, bien assaisonné, laissait deviner dans sa sauce les morceaux de gingembre mêlés aux légumes et aux oignons. Le plat est assez épicé, mais le riz vient atténuer le feu de la sauce.

Des soupes, des salades exotiques, des pois rouges et le riz font aussi partie du menu proposé.

«Kiaono» signifie, en dialecte africain, l'outil du sage. Le sage étant ici le convive qui se limite à peu de plats, car les portions sont généreuses.

Il est possible aussi d'emporter les mets ou encore de se les faire livrer dans la zone de Montréal par le service traiteur des lieux.

Si des cocktails et du vin sont offerts, la bière, peu chère, demeure un excellent compromis.

Il faut tout de même signaler la très bonne crème brûlée au rhum et au corossol (5,49 $), ce fruit méconnu et si fin qu'il mérite que l'on s'y attarde.

Voilà un petit établissement bien sympathique qui permet de s'évader dans les îles à bien peu de frais. Un voyage de saveurs et de couleurs que nous offre Kiano le sage.

Restaurant libre-service Le Kiano (RP)

1433, City Councillors, Montréal, 514 845-6845.

- Pour deux le midi, avant taxes et service, avec deux bières: 52 $.

- Plus: endroit sympathique pour le dépaysement culinaire.

- Moins: quelques plats réchauffés qui devraient être servis dans la minute.

***

Collaborateur du Devoir

- RG: restaurant gastronomique; B: bistro; RP: restaurant populaire; RE: restaurant ethnique; RS: restaurant spécialisé.

À voir en vidéo