Petits sapins, grand éclat

Sandra Gallant et Sébastien Locas
Collaboration spéciale, Dujardindansmavie.ca
Le pin de Norfolk est considéré comme étant le sapin de Noël par excellence pour décorer les petits espaces.
Photo: iStock Le pin de Norfolk est considéré comme étant le sapin de Noël par excellence pour décorer les petits espaces.

Ce texte fait partie du cahier spécial Plaisirs

Que ce soit pour décorer la table, attirer le regard vers le manteau de la cheminée ou ajouter une touche aromatique dans une pièce, le minisapin a tout ce qu’il faut pour répandre de la magie à l’intérieur de la maison durant les Fêtes.

Dans les jardineries, on trouve plusieurs types de plantes de Noël, dont les minisapins en pot. Ces derniers sont ici regroupés en trois catégories : les conifères rustiques, les conifères tropicaux et les fines herbes. Les trois ont pour dénominateurs communs d’être naturels, attrayants et compacts… un bon substitut au sapin traditionnel.

Les conifères rustiques

Épinette naine de l’Alberta

Picea glauca « conica »

L’épinette naine de l’Alberta est un conifère au port compact et à la croissance très lente. Elle n’a donc pas besoin d’être taillée pour garder sa jolie forme. En plus de diffuser une bonne odeur de sapinage, elle a l’avantage de pouvoir s’intégrer dans l’une de vos platebandes au printemps afin de poursuivre le reste de sa vie à agrémenter votre jardin. Sachez qu’elle peut très bien vivre en pot dehors toute l’année aussi. Comme elle est rustique, elle préférera un emplacement frais, loin des sources de chaleur. Elle peut être mise près de la porte d’entrée pour accueillir les invités, à condition qu’elle puisse bénéficier d’une belle luminosité. Vous l’arroserez dès que le terreau sera sec au toucher. Il est important de ne pas inonder la plante, car les racines pourriront.

Cèdre du Canada

Thuja occidentalis

Le cèdre du Canada cultivé en pot peut rester à l’extérieur à longueur d’année. Il peut également très bien servir de sapin de Noël. Afin qu’il puisse conserver une forme traditionnelle, il sera nécessaire de le tailler légèrement au printemps. Pour le décorer, il est préférable que vous utilisiez des lumières à DEL, qui ne dégageront pas de chaleur, afin de ne pas abîmer son beau feuillage. D’ailleurs, ce type d’ampoules est à préconiser pour toutes plantes vivantes.

Son entretien est très similaire à celui de l’épinette s’il est gardé à l’intérieur. Quand il sera temps de le sortir, pensez à l’acclimater au soleil et à la température au préalable. Si toutefois vous décidez de le cultiver en pot à l’extérieur tout au long de l’année, il sera important de bien l’arroser à l’automne afin qu’il puisse emmagasiner des réserves d’eau pour passer l’hiver sans trop se déshydrater.

Genévrier de Chine

Juniperus chinensis

Ce conifère est surtout utilisé comme bonsaï. Facile à tailler et de croissance lente, il est un excellent candidat à titre de minisapin. L’hiverner à l’intérieur n’est pas recommandé, car il ne tolère pas l’air sec des maisons. De plus, l’arroser est un réel défi. Comme tous les autres bonsaïs rustiques, il devra être hiverné à l’extérieur ou dans un endroit abrité (mais non chauffé) tard à l’automne.

Les conifères tropicaux (non rustiques)

Pin de Norfolk

Araucaria heterophylla

Ce conifère est considéré comme étant le sapin de Noël par excellence pour décorer les petits espaces ! Les Fêtes passées, vous le traiterez comme une autre plante d’intérieur et lui prodiguerez les soins d’entretien appropriés. Il tolère la chaleur durant les mois d’été, mais, comme tous les conifères, il préfère un endroit frais, éloigné des sources de chaleur l’hiver. Le terreau doit être humide, mais jamais imbibé d’eau. Pulvériser la plante quand l’air ambiant est sec peut aussi lui être bénéfique. Le pin de Norfolk est un excellent choix pour les jardiniers paresseux, car il n’a pas besoin d’être taillé.

Cyprès de Lambert

Cupressus macrocarpa « Gold Crest »

Très attrayant, ce conifère vert lime est réputé pour son odeur citronnée quand on froisse ses feuilles. Il peut être conservé toute l’année comme plante d’intérieur, à condition qu’on lui offre assez d’humidité. Quelques pulvérisations d’eau sur son feuillage lui seront grandement bénéfiques, surtout en hiver lorsque l’air ambiant est plutôt sec. L’exposer à une lumière vive sans soleil direct lui permettra de maintenir sa belle coloration. En le taillant légèrement au printemps, vous conserverez sa forme compacte. Gardez son terreau humide, mais non détrempé.

Les fines herbes

Lavande

Lavandula angustifolia

La lavande vendue dans les jardineries durant la période des Fêtes est taillée de façon à ressembler à un sapin de Noël. Son odeur et son feuillage font d’elle une vedette. Plus difficile à conserver que les conifères, elle a besoin du soleil direct et d’un éclairage d’appoint pour combler le manque de luminosité de nos hivers. Il sera important de laisser son terreau s’assécher en profondeur entre les arrosages, sinon on court le risque de la voir dépérir. De plus, il est impératif de la transplanter en pleine terre dans le jardin au printemps. Peu rustique sous notre latitude, sauf si elle est bien protégée, elle demande une protection du sol ou un bon couvert de neige pour survivre durant la saison froide.

Romarin

Rosmarinus officinalis

Le romarin peut être conservé plusieurs années si vous l’entretenez adéquatement. Présenté comme une plante de Noël dans les jardineries, il est alors taillé en forme de sapin. Sa consommation est peu recommandée dans les semaines suivant son achat, puisqu’il est généralement impossible de savoir de quelle façon il a été traité. Autre option : vous pouvez également utiliser le romarin de votre potager en le rentrant à l’intérieur l’automne venu. Ce faisant, il sera important de lui donner beaucoup de soleil et de le garder dans une pièce plus fraîche. Il tolère très bien la taille. Cela dit, son effet sera aussi joli avec son port naturel que taillé en forme de conifère. Arrosez le terreau quand celui-ci commencera à être sec. Le romarin est non rustique chez nous.

Ces sept minisapins sont autant de bonnes avenues à explorer. L’idéal est de trouver la plante la mieux adaptée à vos besoins, à vos goûts et à votre intérieur.

Ce contenu spécial a été produit par l’équipe des publications spéciales du Devoir, relevant du marketing. La rédaction du Devoir n’y a pas pris part.

À voir en vidéo