Combattre les bleus en s’entourant de vert

Du jardin dans ma vie
Collaboration spéciale, dujardindansmavie.ca
De multiples études indiquent que la présence de végétaux dans l’environnement des humains a un effet bénéfique sur leur santé tant mentale que physique.
Photo: iStock De multiples études indiquent que la présence de végétaux dans l’environnement des humains a un effet bénéfique sur leur santé tant mentale que physique.

Ce texte fait partie du cahier spécial Plaisirs

Les célèbres « bleus d’hiver », qui affectent les résidents des régions nordiques depuis toujours, sont maintenant reconnus officiellement par les psychologues. Appelés TAS (trouble affectif saisonnier), SAD (de l’anglais seasonal affective disorder) ou plus simplement dépression saisonnière, ils ne sont pas inévitables. Plusieurs solutions existent… dont le fait de s’entourer de plantes !

Les symptômes des TAS sont multiples : diminution d’énergie, perte d’intérêt, isolement, insomnie… Ils s’installent avec l’automne et ses journées courtes et grises, puis disparaissent, dans la plupart des cas, avec le retour du printemps. On estime qu’environ 5 % de la population en souffre sérieusement, et 10 à 20 % au moins légèrement. Évidemment, si vous souffrez de dépression profonde, il est important de consulter un professionnel de la santé. Mais si vous ne vous sentez que légèrement déprimé durant les mois d’hiver, il y a plusieurs façons d’y faire face. La luminothérapie en est une par exemple, car la courte durée de la lumière naturelle durant cette saison semble un facteur important. Mais saviez-vous que le retour à la paix intérieure peut aussi venir des plantes ?

Les effets bénéfiques des plantes

 

De multiples études indiquent que la présence de végétaux dans l’environnement des humains a un effet bénéfique sur leur santé tant mentale que physique. Travailler avec les plantes (les arroser, les rempoter, etc.) a un effet déstressant reconnu, sans compter que simplement les voir apaise l’esprit. On dit même que regarder des photos de jardins est bénéfique pour la psyché ! C’est pourquoi les hôpitaux et les maisons de retraite modernes s’efforcent d’ajouter des jardins extérieurs à leurs terrains et d’incorporer des espaces pour des plantes vivantes dans les chambres. Même à l’école, les notes augmentent quand la salle de classe contient des plantes.

Au bureau, il y a tout avantage à ajouter des plantes vivantes au décor. Les espaces de travail qui ont une bonne part de plantes vertes profiteraient d’une diminution de l’absentéisme et d’une amélioration du sentiment de bien-être des employés. La productivité augmente passablement et les profits, aussi !

Pourquoi ce superpouvoir thérapeutique ?

Une partie des bénéfices des plantes est d’abord physique : les plantes filtrent l’air de ses impuretés, augmentent le taux d’oxygène, améliorent l’humidité relative et amenuisent les bruits de fond, tous des facteurs qui affectent positivement la santé des humains. Dans le terreau des plantes, on trouve également des microbes, comme le Mycobacterium vaccae, qui activent la libération dans le cerveau de sérotonine et de dopamine, deux neurotransmetteurs antistress lorsque votre peau est en contact avec la terre, comme lors d’un rempotage.

Mais l’effet psychologique semblerait encore plus important. Autrement, comment expliquer le fait que les gens qui voient des plantes au loin, sans jamais les approcher, les toucher, ni profiter du filtrage d’air qu’elles offrent, se sentent plus heureux et moins anxieux ? Il y a quelque chose de très rassurant et de très thérapeutique dans la présence de plantes dans son environnement.

Cohabiter avec les plantes

 

Il n’est pas nécessaire de remplir votre maison de végétaux pour profiter des effets psychologiques de leur présence : une plante d’intérieur disposée çà et là est tout ce qu’il faut de plus pour aider à réduire le stress. Et peut-être que votre employeur vous permettra d’apporter une plante ou deux au bureau ?

Comme le fait d’entretenir les plantes est encore plus thérapeutique que simplement les regarder, prenez bien soin de vos protégés. Chaque fois que vous enfoncez un doigt dans le sol pour vérifier s’ils ont besoin d’arrosage, votre niveau de sérotonine augmente. Bichonnez-les en passant un linge humide sur les feuilles pour enlever la poussière. Touchez-les, parlez-leur. Le contact avec les plantes apporte toujours un doux sourire.

Tout le monde a besoin de plus de vert dans sa vie !

Ce contenu spécial a été produit par l’équipe des publications spéciales du Devoir, relevant du marketing. La rédaction du Devoir n’y a pas pris part.

À voir en vidéo