Regarder pousser ses tisanes dans le jardin

Hélène Roulot-Ganzmann
Coordinatrice aux publications spéciales
La camomille romaine, qui a des vertus calmantes, est sans doute la plante la plus consommée en tisane.
Photo: Getty Images La camomille romaine, qui a des vertus calmantes, est sans doute la plante la plus consommée en tisane.

Ce texte fait partie du cahier spécial Plaisirs

Vous n’aimez pas vraiment la tisane ? Vous trouvez que ça n’a pas de goût ou, au contraire, que ça ne sent que l’herbe séchée ? C’est probablement parce que celles que vous buvez ne sont pas faites avec des plantes suffisamment fraîches. Et comment s’assurer que celles-ci soient les plus fraîches possibles ? En les cueillant directement dans son jardin !

« Entre une tisane achetée sur les tablettes d’une épicerie et celle que l’on a confectionnée à partir de ses propres plants, il y a tout un monde, assure Marie-Hélène Jacques, gestionnaire de projets, consultante et formatrice aux Urbainculteurs. À l’épicerie, on ne sait pas depuis combien de temps les feuilles ont été cueillies. À la maison, on gagne en fraîcheur, et c’est ça qui fait toute la différence entre une bonne et une mauvaise tisane. »

Elle ajoute qu’en cultivant nos propres herbes, on est certain qu’elles ne l’ont pas été à l’aide de pesticides, d’herbicides et d’autres produits nocifs utilisés dans la grande distribution. Bref, c’est doublement bon pour la santé puisqu’en plus de bénéficier des bienfaits stimulants, digestifs, calmants ou autres de ces plantes, on ne s’empoisonne pas à petit feu !

L’humidité est son ennemie

Et pas besoin d’avoir un grand jardin pour cela. Une platebande dans la cour arrière ou même quelques pots sur un balcon feront l’affaire, pour peu que les plants puissent compter sur plus de quatre heures de soleil dans la journée. Quant à la confection des tisanes, rien de plus simple : il suffit de couper les tiges, les feuilles ou les fleurs et de les mettre à sécher dans un endroit sec et sombre. « Plusieurs jours, voire plusieurs semaines, précise Marie-Hélène Jacques. Il faut bien s’assurer qu’il ne reste aucune trace d’humidité avant de les entreposer, au risque que cela pourrisse dans le contenant. Quand on a regardé ses plantes pousser tout l’été, c’est quand même frustrant de devoir les jeter ! »

La jardinière ajoute que, si l’on n’est pas certain qu’il ne reste pas un peu d’humidité, il est tout à fait possible de placer les herbes dans un sachet en papier brun pour qu’elles puissent continuer de respirer et de sécher. « Et puis, ce n’est pas pour rien que les plantes repoussent chaque année… Je conseille donc de renouveler les tisanes tous les étés. Ça garantit leur fraîcheur et elles n’en seront que meilleures. »

Enfin, pour celles et ceux qui n’aiment pas les boissons chaudes en été, il n’est pas interdit de couper une ou deux tiges et de les mettre directement dans sa gourde pour qu’elles infusent à froid. « Ainsi, l’infusion est moins agressive. C’est une bonne option pour ceux qui trouvent les tisanes chaudes trop amères », conclut Marie-Hélène Jacques.

5 plantes à tisane à cultiver chez soi

La camomille romaine. Elle est sans doute la plante la plus consommée en tisane. Cultivable en plein sol ou en jardinière, elle a des vertus calmantes et prépare donc bien au sommeil, en plus de faire de petites fleurs blanches ornementales pendant tout l’été.

La menthe. La plante à avoir absolument sur son balcon. En plus d’être parfaite pour faire des tisanes digestives et stimulantes, elle offre une bonne odeur que les moustiques ont l’excellente idée de détester, elle accompagne de nombreux plats tant sucrés que salés et entre dans la composition de nombreux cocktails ! Attention, la menthe peut vite devenir envahissante. Il vaut donc mieux l’avoir en pot.

La mélisse. Plus atypique, la mélisse est la plante du système nerveux et du lâcher-prise. Alors, qui peut bien se targuer de ne pas en avoir besoin ? Son petit goût citronné se prête aussi bien aux infusions à chaud qu’à froid dans une gourde bien fraîche en été.

Le thym et le romarin. Ces deux fines herbes, très utilisées en cuisine, ont pour propriétés de dégager les voies respiratoires (thym) et de favoriser une bonne digestion (romarin). Elles gagnent à être associées et seront de parfaites alliées durant l’hiver.

Les feuilles de framboisier. Vous avez déjà quelques pieds de framboisiers dans votre jardin et vous mangez avec délice les baies qu’ils vous donnent… Vous pourriez également utiliser leurs feuilles en tisane. Surtout vous, mesdames, puisqu’il s’agit d’un tonifiant pelvien et utérin susceptible notamment de soulager les règles douloureuses.

Et comme ces plantes sont toutes des vivaces, pas besoin de les replanter chaque année. Pour peu qu’on les protège avec une toile hivernale ou que l’on s’assure qu’elles soient recouvertes de neige, pour ne pas qu’elles gèlent.



À voir en vidéo