Jardins - Comment les choisir?

Dormantes ou persistantes?

C'est la première chose à demander au conseiller du centre de jardinage. Généralement, pour les espèces et les hybrides nordiques, leur feuillage meurt à la fin de l'automne et entre en dormance pour l'hiver. Ils sont rustiques.

Mais lorsque le feuillage reste persistant à l'automne, qu'il garde sa belle couleur verte: carton rouge! C'est probablement un hybride qui a de la sève tropicale, et notre froidure proverbiale l'enverra au paradis des hémérocalles. Car généralement les «persistantes» ne sont pas rustiques sous notre climat. Dans ce cas, il faut les protéger. De la paille, une toile géotextile, puis un polyéthylène de couleur blanc laiteux par dessus et l'affaire est dans le sac, si vous n'oubliez pas de mettre du poison à mulot, au cas où. Car de belles feuilles vertes en hiver, c'est tentant pour un rongeur, surtout lorsqu'elles sont à l'abri des regards.

Grâce aux célébrations de l'Halloween, on trouve maintenant des balles de paille. Quant au polyéthylène blanc opaque, que l'on installe par dessus la toile géotextile, c'est pour garder le tout au sec. Souvent, dans la grande région de Montréal il n'est pas rare d'avoir des séquences de dégel, voire même de la pluie durant l'hiver.

Diploïdes ou tétraploïdes?

Voilà qui fait bien dans la discussion. Grâce à un traitement à la colchicine, les hybrideurs ont obtenu des plants avec le double de chromosomes. En plus, il en résulte souvent des fleurs plus grosses et des teintes plus envoûtantes. Quoique... Cette information est importante si vous faites de l'hybridation, car on ne peut pas les croiser.

On reconnaît les tétraploïdes à la grosseur de leurs grains de pollen, ils sont beaucoup plus gros. Il y a de très belles hémérocalles dans les deux groupes.

Comment choisir un bon plant? C'est le bon temps, car nous sommes environ à la mi-saison et dans les centres de jardinage et les pépinières spécialisées, les plants sont en fleurs, ce qui permet un choix judicieux.

Personnellement, j'aime bien les gros plants cultivés dans des pots de deux gallons, avec au minimum un plant double, préférant bien sûr les plants triples...

Comment les cultiver? Un bon sol consistant, profond, un peu argileux, riche, qui reste frais en été et qui peut occasionnellement être détrempé. En hiver il est préférable que le sol soit bien drainé et assez sec afin d'éviter la pourriture des racines. Dans les terres pauvres et sablonneuses, la floraison sera moins soutenue et de moins bonne qualité.

Les hémérocalles sont des plantes de plein soleil, à la mi-ombre ou ombre passagère et elles produisent peu de fleurs. Toutefois vous pouvez essayer des cultivars aux coloris délicats — rose tendre, crème — qui perdent vite leur intensité en plein soleil. Évitez la concurrence des arbres qui obligent les tiges florales à se pencher pour rechercher le soleil.

Un point important: ne pas enterrer le plant. Comme pour les Iris germanica assurez-vous que la base arrive de niveau avec le sol, on ne doit pas enterrer le feuillage.

Pour le reste, c'est une plante facile, sans histoire et pour le moment, sans maladie et insecte dévastateur.

À l'aide d'un sécateur ou d'un bon ciseau, au moins une fois par semaine ou mieux chaque matin, rapidement, faites un tour au jardin pour éliminer les fleurs fanées et les fruits, vous serez récompensé d'une floraison soutenue et de plus longue durée.

Le choix?

Pour les insomniaques, la nature a bien fait les choses, procurez-vous l'espèce H. citrina, originaire de Chine, qui offre des fleurs jaunes à trompettes profondes et à odeur de citron, pour une floraison tardive. C'est une espèce très florifère, mais qui demande beaucoup d'eau en été.

Je vous dévoile mon coup de coeur: il est blanc avec des reflets verdâtres, et la nuit, avec son compagnon, un phlox à fleurs violacées, l'ensemble devient magique. Il se nomme Hemerocallis hyb. «Gentle Shepard».

Aussi un duo qui règle le problème des feuilles jaunies. Cet automne, plantez en mélange des bulbes de narcisses jonquilles, avec l'hémérocalle populaire «Stella de Oro». Au printemps prochain, lorsque la floraison des jonquilles sera terminée, le feuillage des hémérocalles cachera le jaunissement de feuilles de narcisses.

Pour en avoir plein les yeux, consultez ce site québécois fabuleux, contenant plus de 8000 photographies d'hémérocalles... ainsi que de nombreux liens vers d'autres sites d'amateurs et de passionnés.

- www.kricri.com