Un monde végétal à offrir, à s’offrir

Des livres pour pour s’inspirer, découvrir des jardins ou parfaire ses connaissances.
Photo: Valérian Mazataud Le Devoir Des livres pour pour s’inspirer, découvrir des jardins ou parfaire ses connaissances.

Quoi de plus agréable que de recevoir un beau livre que l’on feuillettera encore et encore pour s’inspirer, découvrir des jardins et des végétaux surprenants ou parfaire ses connaissances en horticulture ? En voici cinq que j’ai sélectionnés pour leurs sujets très différents les uns des autres, leur contenu original, ou pour leur lien entre l’art et le jardinage, un lien qui me fascine.

 
 

Jardins d’artistes

Jackie Bennett, Ulmer, Paris, 2019, 223 pages

Ce livre magnifique, très bien documenté, est divisé en deux parties. La première évoque les peintres-jardiniers qui ont choisi de vivre seuls ou en famille, dont Renoir, Vinci, Cézanne, Salvador Dali et Frida Kahlo, tandis que la seconde aborde les communautés de peintres-jardiniers, dont celle des impressionnistes français, des peintres de Skagen, William Morris et son cercle… Tous ces artistes se sont inspirés des fleurs, des fruits et des légumes qu’ils ont fait pousser. Ils ont su les transposer sur leur toile et imprégner leurs jardins de leur esprit créatif. Ce livre propose un voyage à la découverte de leurs jardins, de leurs ateliers et de leurs maisons, des édens qui ont été restaurés et que l’on peut visiter. Il intéressera autant l’amateur d’art que le jardinier.

 
 

Le fuzei dans les jardins du Japon

Claude Lefèvre, Ulmer, Paris, 2019, 190 pages

Pendant plus de dix ans, Claude Lefèvre a voyagé pour photographier le fuzei, ou la beauté mélancolique des jardins du Japon. Ces derniers sont des espaces à la fois intérieurs et extérieurs, montrant autonomie et dépendance, qui combinent nature et culture et qui se dévoilent tout en demeurant secrets. Dans ce livre exceptionnel, l’auteur nous invite à nous en imprégner, à ouvrir les yeux et à en saisir leur spiritualité. En utilisant la liste des 200 plus beaux jardins désignés par le ministère de la Culture du Japon et Icomos, il tente également, sans en faire un inventaire, de dresser l’histoire photographique de l’art japonais, d’harmoniser dans un espace souvent restreint la beauté du monde naturel ou des paysages de la cosmogonie.

 
 

Plantes bizarres

Chris Thorogood, Ulmer, Paris, 2019, 119 pages

Ce livre étonnant explore le côté bizarre, sinistre et mystérieux du monde végétal. On y rencontre des plantes incroyables que l’on croirait tout droit sorties d’un monde imaginaire. Saviez-vous que certaines plantes à urnes dégagent des enzymes pour décomposer leur proie ? Que certaines fleurs diffusent une odeur de charogne pour attirer leur pollinisateur ? Ou que certaines ont comme complices des fourmis ? Sans nous les décrire en détail, l’auteur nous fait découvrir leur mode de vie, tout en les illustrant par des peintures réalistes. Pour créer un effet-choc, l’auteur, un botaniste de l’Université d’Oxford, anthropomorphise les plantes en utilisant des verbes tels que « ruser », « droguer », « noyer », « dévorer », ce qui peut faire sourire ou déplaire.

 
 

Mousses: Forêts, jardins et plantations en pots

Ulrica Nordström, Marabout, Paris, 2019, 175 pages

Comment ne pas être charmé par les mousses, elles qui représentent le temps qui passe, la douceur et la stabilité ? Ce livre leur rend hommage en en faisant son sujet, ce qui est rare. On apprend à connaître leur environnement, à les reconnaître et à distinguer une dizaine d’entre elles. On visite les plus beaux jardins de mousses de ce monde, majoritairement au Japon, où l’on en est les grands maîtres, mais également deux aux États-Unis. Ce voyage est agréablement ponctué de rencontres avec des jardiniers spécialisés, un chercheur en bryologie, un sculpteur, une artisane des mousses… Pour terminer, l’auteure propose d’intéressants petits projets d’extérieur et pour la maison, lesquels donnent envie de se lancer immédiatement.

 
 

Les plantes qui tuent

Elizabeth Dauncey et Sonny Larsson, Ulmer, Paris, 2019, 223 pages

Les plantes ne peuvent pas fuir les herbivores qui s’en nourrissent ou les champignons, bactéries et autres micro-organismes qui les attaquent. Elles ont donc développé d’autres moyens pour se défendre et se protéger. Un de ceux-ci, très efficace, est de sécréter des substances vénéneuses et nocives. Écrit par Elizabeth Dauncey et Sonny Larsson, respectivement toxicologue et pharmacognosiste, ce livre scientifique présente un portrait détaillé et probablement inégalé des plantes les plus vénéneuses du monde. La classification par modes d’action sur les organismes vivants, c’est-à-dire celles qui agissent sur le coeur, celles qui agissent sur les reins, celles qui agissent sur l’estomac, etc., permet qu’on s’y retrouve facilement. On y découvre également l’importance qu’elles ont ou ont eue dans nos sociétés, car, selon le mode de préparation et la dose, elles ont aussi des vertus médicinales, comestibles ou psychotropes.