Qu’est-ce qu’on sème?

Oui, déjà, en mars, on sème les récoltes à venir.
Photo: Px Here Oui, déjà, en mars, on sème les récoltes à venir.

Bonjour cher lecteur, me voici revenue pour la saison de jardinage qui sera, je l’espère, luxuriante, amusante et apaisante, car après tout, on jardine pour le plaisir. Mon premier billet, sous forme d’entrevue avec Mélanie Grégoire, personnalité connue du monde horticole, porte sur les semis, car oui, déjà, on sème les récoltes à venir. On abordera le matériel nécessaire, les différentes étapes, les erreurs les plus courantes à éviter et quelques astuces afin d’être fier de vos petites plantules.

Pourquoi faire ses propres semis?
Pour le plaisir ! Et parce que c’est gratifiant de partir de la graine et de se rendre jusqu’à la récolte, car toutes les plantes potagères sont disponibles en jardinerie, sauf pour quelques variétés plus rares.

Que sème-t-on au mois de mars?
Du début du mois jusqu’à la mi-mars, on sème le céleri, les poireaux, les oignons, les poivrons et les fines herbes telles que le basilic, la ciboulette, l’origan, le persil et le romarin. Et à la Saint-Joseph, comme on dit chez nous, soit le 19 mars, on sème les tomates.

Quel est le matériel recommandé?
Avant tout, un terreau de qualité est essentiel afin d’avoir une humidité adéquate. Sur le marché, on trouve de bons terreaux à semis et il y en a même du bio. Ensuite, même avec une bonne fenestration, il est préférable d’avoir un éclairage d’appoint. On trouve à prix abordable des lampes pour plantes et, sur plusieurs années, c’est rentable. Le dernier équipement conseillé est le tapis chauffant car, sans être indispensable, il facilite la gestion de l’arrosage.

Quelles sont les erreurs les plus courantes?
La première erreur a trait à la gestion de l’eau. Selon les types de personnalité, les gens arrosent souvent trop ou pas assez. L’arrosage demande une bonne observation, car le semis requiert un taux d’humidité du sol presque parfait. La deuxième erreur consiste à semer trop de graines. On doit rester maître de la situation et ne conserver que les deux ou trois plus gros plants d’une variété, sinon le semis occupe trop d’espace et on se retrouve avec beaucoup trop de la même chose.

Quelles sont les étapes à suivre?
D’abord, on humecte le terreau. Il doit être frais au toucher, jamais détrempé. Ensuite, on remplit, sans les compacter, les contenants, on sème de façon clairsemée et on identifie les semis en indiquant le nom du légume ou de l’herbe ainsi que la date. Pour l’arrosage, une légère vaporisation d’eau sera suffisante. Puis, on met des couvercles sur les semis afin de créer un microclimat et on les place dans un endroit où la température se situe autour de 22 °C. Enfin, dès l’apparition des premières feuilles, on retire les couvercles.

Des astuces?
D’une année à l’autre, il nous reste toujours des graines. Toutefois, avant d’utiliser celles-ci, mieux vaut faire un test de semis. Pour ce faire, on dépose dix graines dans un essuie-tout, on replie ce dernier et on l’insère dans un sac de plastique hermétique et transparent. Ensuite, on place le tout dans un endroit chaud, au-dessus du frigo par exemple. Au bout de quelques jours, on vérifie le nombre de graines qui ont gonflé. S’il y en a trois sur dix, cela veut dire que le taux de germination est de 30 %. Vous pourrez donc ajuster vos semis. Enfin, au lieu d’acheter des pots pour faire vos semis, récupérez plutôt les boîtes d’œufs, les pots de yogourt, etc.

Carnet du jardinier

Ce joli carnet est un calendrier horticole spécifiquement adapté au climat du Québec, autant pour le sud que pour le nord. Agréablement illustré, il contient de nombreux espaces vierges pour laisser libre cours à sa créativité, en annotant, en dessinant ou en collant des photos. Il contient un aide-mémoire hebdomadaire pratique, sous forme de liste à cocher, pour la culture de 25 plantes, en plus d’astuces, de conseils et de listes de jardins à visiter et de jardineries. Un bel outil.

Les quatre saisons de votre potager
Mélanie Grégoire, Québec Amérique, Montréal, 2019, 135 pages

Au jardin

Pendant la semaine de relâche, pourquoi ne pas s’amuser avec les petits à faire des semis ? Voici deux variétés proposées par Mélanie Grégoire dans son carnet pour cette activité : le tournesol Sunny Smile et le pois mangetout Little Snow Pea. Elles sont faciles à cultiver, leur croissance est rapide et elles sont idéales pour la culture en pot, car elles sont compactes.

Papillons en liberté 2019

Cette année, Papillons en liberté met l’accent sur les processus évolutifs complexes qui s’expriment depuis des millénaires pour assurer la survie des papillons : couleurs chatoyantes, parfums envoûtants, danses évocatrices… Pour ce faire, les animateurs scientifiques de l’Insectarium vous accueilleront dans la grande serre du Jardin botanique jusqu’au 28 avril. Nouveauté : les billets d’entrée pour l’activité sont maintenant à heure fixe. Pour réserver les billets en ligne : https://billets.espacepourlavie.ca/