Les fleurons du Québec - La route verte et fleurie des vacances

Boucherville a obtenu quatre fleurons en 2011. La population a beaucoup participé au verdissement de la ville, comme le propriétaire de cette maison.
Photo: Les Fleurons du Québec Boucherville a obtenu quatre fleurons en 2011. La population a beaucoup participé au verdissement de la ville, comme le propriétaire de cette maison.

Enfin, l’été est à nos portes et bientôt plusieurs d’entre nous prendront avec plaisir la route des vacances. Alors, pourquoi ne pas en profiter pour inclure dans notre circuit les municipalités les plus vertes du Québec ? C’est simple, elles sont labellisées « Fleurons du Québec ». Voyons donc cette classification d’un peu plus près.

Pendant 20 ans, le concours Villes, villages et campagnes fleuris a fait un excellent travail de promotion de l’embellissement à travers le Québec, mais après tant d’années, il ne correspondait plus aux intérêts actuels des municipalités et des citoyens. Ainsi, en 2004, le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec en a fait une refonte et, depuis 2005, ce n’est plus un concours, mais une classification nommée « Les Fleurons du Québec ».


Ce système se compare très bien à celui des étoiles pour les hôtels, mais dans ce cas-ci, on obtient des fleurons. Un fleuron correspond à un embellissement horticole de départ et cinq fleurons est une cote exceptionnelle. L’objectif est de reconnaître les efforts de verdissement durable de chaque municipalité et de faire en sorte que l’acquisition d’un fleuron devienne une motivation pour la collectivité à se dépasser année après année.


En 2011, la sixième édition des Fleurons du Québec a atteint le nombre de 352 municipalités participantes, soit 31 % des municipalités québécoises. Et cette même année, 51 nouvelles municipalités se sont inscrites, un signe de sa popularité. Certaines MRC ont même inscrit toutes leurs municipalités, comme celles des Sources (Cantons-de-l’Est) et du Témiscouata.


Ainsi, en ce moment, 53 % des Québécois vivent dans une municipalité ayant obtenu des fleurons. Est-ce un signe que nos villes comprennent enfin l’importance du verdissement sur les plans social, culturel, économique et environnemental ? Je le souhaite. Précisons que les fleurons sont décernés pour trois ans, durant lesquels la municipalité est invitée à s’améliorer en suivant les recommandations du rapport d’évaluation.


Pour savoir qui a obtenu quoi, consulter la brochure de la 6e édition des Fleurons du Québec sur le site Internet fleuronsduquebec.com et surveiller la signalisation officielle à l’entrée des municipalités. Le panneau donne également le nombre de fleurons.


Actuellement, sur les 352 municipalités détenant des fleurons, 10 ont obtenu la cote d’un fleuron, 131 ont eu deux fleurons, 182 en ont obtenu trois et 29 ont eu quatre fleurons. Bonne route !


Environnement Canada coupe les fonds


Dans la foulée de nombreuses compressions, Environnement Canada a annoncé la fin du financement du Programme de partenariat sur les espèces exotiques envahissantes géré par Union Saint-Laurent Grands Lacs. La disparition de ce programme laissera un vide, car l’équipe fait un travail essentiel de diffusion de l’information auprès des municipalités, des jardineries, des citoyens, etc., en plus de gérer le réseau de surveillance.


Aussi, il est reconnu qu’il y a un accroissement important de la dissémination des plantes exotiques envahissantes. Cela a des conséquences majeures dans un écosystème : après la destruction des habitats naturels par l’homme, elles sont la deuxième cause de perte de biodiversité. Dernièrement, la renouée japonaise, une peste, a fait son apparition à Montréal, à Varennes, à Verchères et à Repentigny, et sa dissémination est rapide. On craint sa propagation le long des rives du Saint-Laurent.


C’est l’une des 100 plantes envahissantes les plus inquiétantes, d’après l’Union de la conservation de la nature ! Pour l’instant, l’Union Saint-Laurent Grands Lacs continue de répondre bénévolement aux questions et d’écouler les dépliants restants, mais elle souhaite ardemment que le réseau de surveillance demeure en vie et soit pris en main par un autre organisme.

 

Engrais


Acti-Sol, une entreprise familiale québécoise, fabrique selon des procédés écologiques et approuvés par l’agriculture biologique un engrais granulaire à base de fumier de poule.


Ce fumier a l’avantage de contenir une quantité appréciable de calcium, ce qui est excellent pour la croissance des plantes. Riche en matières organiques, il favorise l’activité biologique du sol.


Le fumier a été enrichi avec du sulfate de potassium, un engrais organique naturel, ainsi que des algues marines. Inodore et facile d’utilisation, on n’a qu’à saupoudrer l’engrais toutes les quatre à six semaines.


Et depuis la mise en marché du nouveau contenant qui ressemble à une grosse salière, c’est encore plus facile.

 

Composteur rotatif


Mon Jardin vert est une petite compagnie québécoise qui produit des accessoires de jardin écologiques avec des matériaux recyclés à 100 %. Ses dirigeants ont mis sur le marché un composteur qui rend cette activité facile, le Joyeux Composteur horizontal, idéal pour un grand balcon ou un petit jardin.


Constitué d’un baril de plastique installé sur un roulement à billes, on le brasse sans forcer, ce qui est extra pour le dos et le compost, car plus on oxygène un compost, plus sa décomposition est accélérée.


Selon la compagnie, on peut faire jusqu’à deux lots complets en un an. Taille : 92 cm x 53 cm, avec une capacité de 180 litres. 514 737-1011, monjardinvert.ca.


***

 

Des questions sur votre jardin ? N’hésitez pas à me contacter.


 

***

 

Au jardin cette semaine


Un lecteur, Charles Morin, m’a envoyé une recette maison pour le contrôle des vers blancs qu’il a testée avec succès chez lui et je crois qu’elle pourrait être utile pour certains d’entre vous.


Faire bouillir doucement 6 feuilles de rhubarbe grossièrement hachées dans 1 à 2 litres d’eau pendant 30 minutes et laisser refroidir. Filtrer et ajouter quelques gouttes de savon liquide (un adhésif). On arrose abondamment les larves et on refait régulièrement le traitement afin de garder le contrôle. Cette recette est également efficace contre les pucerons et tous les insectes sans carapaces.


Des traitements préventifs contre les maladies fongiques des tomates devront bientôt être faits. Yves Gagnon, du Jardin du Grand Portage, a d’excellents résultats en vaporisant les plants avec une solution préparée avec une partie de lait pour neuf parties d’eau afin de contrôler l’alternariose et le mildiou.


Le bicarbonate de soude, qu’on trouve dans presque tous les garde-manger, est un fongicide général utilisé en prévention. Il contrôle, entre autres, le blanc, la tache noire du rosier, l’oïdium, la rouille et la pourriture grise. Il agit en modifiant le pH sur la feuille. Bien vaporiser l’ensemble du feuillage et répéter au besoin. (30 ml de bicarbonate de soude, 4 litres d’eau, 30 ml de savon liquide.)


Quel beau printemps ! Avec toutes ces pluies, les plantes sont luxuriantes, mais ayez à l’oeil les limaces et les maladies !


***

 

Livres


S.O.S Plantes

Pierre Aversenq

Solar, coll. « Variations jardin »

Paris, 2011


Ce livre agréable à consulter propose des solutions écologiques uniquement. Chaque chapitre présente les principaux problèmes par groupe de plantes (arbres et arbustes, plantes annuelles et vivaces, etc.) dans un tableau avec des photos, ce qui permet de les identifier rapidement. Les solutions proposées sont également contenues dans un tableau. C’est clair et simple.


Puis, dans chacun des chapitres, on détaille les problèmes les plus courants par genre de plante ; par exemple, pour le bouleau, on décrit les symptômes de la mineuse du bouleau et on donne des solutions. Le bémol : comme le livre vient de la France, certains produits recommandés ne sont pas vendus au Québec, tels que l’huile de vaseline et le savon noir.