Hortensias, bégonias et chocolat

L’hydrangée est un signe du retour du beau temps.<br />
Photo: Agence France-Presse (photo) Kazuhiro Nogi L’hydrangée est un signe du retour du beau temps.

Azalées, hortensias, bégonias et chocolat... C'est Pâques! Quel délice, le chocolat, mais au printemps, on est également avide de fleurs. Alors, pourquoi ne pas s'offrir les deux? Voici quelques suggestions de potées printanières avec des informations appropriées.

Le lys de Pâques, le classique des classiques, a de grosses fleurs blanches très odorantes qui durent longtemps, mais on ne peut pas le planter au jardin car il n'est pas rustique au Québec. Quant au lys oriental, dont les fleurs sont colorées et plus petites, il résiste à nos hivers et son choix est intéressant pour les platebandes. Par contre, les lys sont sujets à être dévorés par le criocère du lys, un insecte difficile à contrôler qui peut être franchement frustrant. Donc, avant de planter, on doit se questionner: y a-t-il du criocère dans ma région et ai-je envie d'avoir à lutter contre cet insecte?

Les tulipes, les jonquilles et les jacinthes sont une bouffée d'air frais dans la maison; les jacinthes sont parfumées, mais leur parfum est si puissant que certaines personnes en sont ennuyées. Les bulbes forcés en pot peuvent être plantés à l'extérieur après leur floraison. Voici la procédure: on laisse jaunir le feuillage, ensuite on entrepose les bulbes dans un endroit frais et sec pour l'été, et enfin on les plante à l'automne. Mais, comme ces bulbes ont été forcés, les plants seront généralement moins vigoureux et les fleurs seront plus petites.

Les plantes à bulbes mentionnées ci-dessus, y compris le lys de Pâques qui est un bulbe écailleux, doivent sécher en surface entre les arrosages.

L'azalée des fleuristes est un petit arbuste aux fleurs spectaculaires dont la production prend plusieurs années, ce qui explique son prix. Il ne faut pas le con-fondre avec l'azalée que l'on cultive au jardin, celui-ci n'est pas rustique. À l'automne, pour lancer sa floraison, on doit lui donner une bonne lumière et des nuits autour de 18 degrés Celsius.

L'hydrangée, Hydrangea macrophylla subsp. macrophylla, avec ses énormes fleurs sphériques roses, blanches ou bleues, est un signe du retour du beau temps. Particulier et plus délicat, l'Hydrangea serrata, ou hortensia «Bonnet de dentelle», est magnifique. Son inflorescence est abondamment fournie de fleurs fertiles au centre qui ressemblent à de la dentelle et elle est garnie d'un simple rang de fleurs stériles. Ces hydrangées ne sont pas rustiques. À l'extérieur, elles feront du feuillage, mais les boutons floraux formés à l'automne gèleront au cours de l'hiver. Un arrosage abondant et régulier est essentiel. À cultiver dans un sol au pH acide. L'hydrangée absorbe plus d'aluminium et de fer, ce qui donne la coloration bleue de la fleur.

Le rosier miniature en pot est un «deux dans un», car il se cultive aussi bien à l'intérieur qu'à l'extérieur. Dans la maison, il refleurit bien avec une bonne lumière. On le maintient légèrement humide et on le taille pour en contrôler la croissance. À l'extérieur, il résistera aux grands froids même sans protection et devra être placé à un endroit ensoleillé.

Le bégonia de Rieger est une belle potée aux allures tropicales. Ses grosses fleurs colorées couvrent son feuillage et ont une longue durée de vie. Il aime une lumière modérée et doit sécher entre les arrosages pour éviter la pourriture du collet. On peut, une fois les dangers de gel passés, l'utiliser comme une annuelle, dans les boîtes à fleurs, en panier ou en platebande.

Le Phalaenopsis, de son nom commun l'orchidée papillon, est disponible au printemps dans une panoplie de couleurs et de dimensions. Sa floraison dure plus de trois mois et il est facile à cultiver à la maison. On ne coupe pas la hampe à la fin de la floraison car souvent il se développe une hampe secondaire sur la principale. Le Phalaenopsis a besoin, pour amorcer sa floraison, de nuits fraîches et d'une bonne lumière à l'automne.

Les potées printanières se conservent plus longtemps si on les place dans une pièce fraîche sans soleil direct.

Un printemps hâtif

Les températures ont été élevées à la fin de mars, mais heureusement elles sont redevenues normales rapidement, et la végétation s'est arrêtée. Jusqu'à maintenant, même si certains végétaux ont déjà débourré, on ne remarque aucun dommage.

Joyeuses Pâques!

***

Quelques recommandations

Les protections hivernales en styromousse et les toiles plastifiées doivent être enlevées rapidement, car la chaleur s'accumule en dessous. Par contre, on ne se presse pas pour enlever la paille et les branches de pin protectrices, car on aura encore du gel.

Les arbres fruitiers peuvent encore être taillés et on doit faire les traitements à l'huile de dormance.

On sème cette semaine, si on a les installations requises (lumière artificielle, serre), la laitue ainsi que les tomates.

***

Collaboratrice du Devoir