Multiplication des végétaux - Reproduire à l'infini

Une pivoine Itoh, l’excellent cultivar Bartzella à fleur double jaune brillant. <br />
Photo: Source Planteck Une pivoine Itoh, l’excellent cultivar Bartzella à fleur double jaune brillant.

La micropropagation est une technique spécialisée de multiplication des végétaux. Depuis 1997, Planteck peaufine son savoir-faire et est maintenant un chef de file mondial de la micropropagation des pivoines. Sa spécialité: la reproduction des pivoines Itoh; son but avoué: rendre ces magnifiques pivoines accessibles à un moindre coût pour le plaisir de tous.

Cette technique a parfois mauvaise presse; clarifions la situation dans ce cas-ci. Chez Planteck, il n'est pas question d'organisme modifié génétiquement, on fait ici de la reproduction végétative in vitro à partir de tissu végétal, nommé l'explant.

Brièvement, voyons les procédures. D'abord, on fabrique les milieux de culture. La base de ces milieux est une gélose dans laquelle on ajoute des macro-éléments, des micro-éléments, des hormones et des sucroses. Pour éviter la contamination de la gélose, on doit stériliser. Donc tout est passé à l'autoclave: gélose, instruments, contenants, et les manipulations sont pratiquées sous une hotte laminaire. Ensuite, on prélève les explants, on les stérilise et on les met dans un milieu favorisant la multiplication des bourgeons axillaires. On les divise et les repique chaque mois. On peut ainsi reproduire à l'infini et avoir une multiplication exponentielle. Puis, les plantules sont mises dans un milieu favorisant la formation de racines. Durant la phase de multiplication et d'enracinement, les plants sont cultivés en chambre de croissance. Pour terminer, une fois les plants enracinés, on les lave pour éliminer la gélose et ils sont prêts à être acclimatés et vendus.

Cette méthode coûte cher et demande des infrastructures, mais on peut multiplier rapidement une plante en grand nombre dans un espace restreint. Par exemple, si on compare le semis à la micropropagation pour les pivoines, en dix ans, avec un semis, on produit 1000 plants, tandis qu'en deux à trois ans, avec la micopropagation, on produit 10 000 plants. Cette technique est particulièrement appropriée pour rendre disponible en grand nombre et rapidement un nouveau cultivar.

Les mutations causées par cette méthode de propagation, surtout chez les hémérocalles, ont déçu plusieurs collectionneurs. Selon Caroline Constabel, docteure en amélioration des plantes et responsable du laboratoire, en prenant soin de ne pas utiliser de cellules dédifférenciées et de cals1, les probabilités de mutation sont presque nulles.

Les pivoines intersectionnelles

Après des milliers d'essais, un hybrideur japonais, Toichi Itoh, réussit en 1948 un exploit. Car la plupart des hybrideurs ne croyaient pas qu'il était possible d'hybrider les pivoines herbacées avec les pivoines arbustives. Il obtient pour la première fois un hybride entre une pivoine herbacée à floraison blanche, Paeonia lactiflora «Kakoden», et une pivoine arbustive, Paeonia x lemoinei. Mais, ironie du sort, M. Itoh ne verra jamais les magnifiques fleurs de ces pivoines, car il décède avant leur première floraison. Heureusement, un horticulteur américain, Louis Smirnow, les remarque et obtient de la veuve de M. Itoh la permission de commercialiser quatre de ces hybrides. Par la suite, les hybrideurs américains prennent la relève et créent de beaux cultivars, entre autres le fameux «Bartzella» à fleur double jaune brillant de Roger Anderson.

Les hybrides Itoh ont conservé les meilleures qualités des deux parents. D'abord, ils sont rustiques dans les régions nordiques; on les rabat à l'automne, comme les pivoines herbacées. En plus, ils possèdent des tiges robustes n'exigeant pas de tuteurage lors de la floraison, même lorsqu'il vente ou qu'il pleut. Un plant mature peut avoir jusqu'à 50 fleurs et la palette de couleurs est vaste: cuivre, jaune, corail, etc. Et, très apprécié, le feuillage est décoratif et demeure en santé jusqu'aux gelées. Actuellement, les prix se situent entre 75 $ et 200 $ pour un plant mature, et Planteck vise un prix de détail entre 30 $ et 50 $.

Les pivoines représentent 99 % de la production de l'entreprise. Mais elle produit aussi des orchidées rustiques et prend des contrats privés pour la multiplication de hostas, d'échinacées, de cannas, etc.

L'entreprise compte quatre actionnaires: Caroline Constabel, Richard Labbé, président et chef de direction, Yves Dubé à temps plein chez Harnois industries et Normand Tellier, pépiniériste de Saint-Félix-de-Valois.

1. Le cal est le résultat de la prolifération anarchique de cellules plus ou moins différenciées.

Question d'André Jolivet

Dans mon quartier, tous les érables sont infestés par des pucerons (c'est ce qu'on m'a affirmé). Les feuilles sont envahies par de petites pustules desquelles tombent des filaments blancs. Un liquide collant gris-bleu suinte en quantité telle qu'un cercle de cette couleur couvre toute la chaussée à la largeur de la frondaison. Cela se produit depuis des années et le phénomène s'amplifie. J'ai récemment planté un érable qui n'a que trois ans mais qui ne semble pas encore atteint par cet envahisseur.

Y a-t-il un quelconque moyen de le protéger? S'agit-il vraiment de pucerons et cela cessera-t-il avec la mort de tous les érables atteints? Merci.

Les infestations de pucerons sont récurrentes sur les érables et les tilleuls depuis plusieurs années. Selon Normand Fleury — agent technique en horticulture et en arboriculture dans le quartier Ahunstic-Cartierville —, l'importance de l'infestation varie d'une année à l'autre en fonction de plusieurs variantes climatiques. Et, comme vous l'avez remarqué, les pucerons produisent un miellat qui rend collant tout ce qui se trouve sous l'arbre. Cette situation embête beaucoup de citoyens; à mon avis, c'est un désagrément tolérable quand on a un bel arbre devant chez soi. Et par chance, les arbres infestés n'en meurent pas et leur vigueur n'est pas affectée.

Pour votre arbre, en prévention, maintenez-le bien irrigué et amendez-le avec du compost chaque année. S'il devient infesté, les savons insecticides sont efficaces pour contrôler les populations. Comme les pucerons se tiennent sous les feuilles, on s'assure de bien couvrir la surface inférieure de celle-ci.

Rectificatif

En ce qui concerne l'article «Au chevet de son jardin», paru le 16 juillet dernier, André Choquette, qui a grandi dans un verger, m'a écrit pour me corriger au sujet de la période d'application des fongicides pour le contrôle de la tavelure. Celle-ci, me dit-il, se fait avant la pluie et non après, de façon à protéger les feuilles des spores qui se développent sur une surface mouillée. Merci, M. Choquette.

Réouverture de l'Insectarium

La nouvelle exposition de l'Insectarium, Nous, les insectes, accueille les visiteurs avec une grande bande dessinée dont le personnage-vedette, un insecte, nous guide à travers ce monde déroutant. On y présente l'incroyable biodiversité de ces cohabitants de notre planète. À ne pas manquer parmi les stars de la collection d'insectes vivants: le petit phasme aux ailes rouges du Pérou, deux espèces de scarabée, un phasme géant de la forêt malaisienne et un des plus rares coléoptères du monde, un lucanidé endémique de l'Australie.

***

Si vous avez des questions, écrivez à lgobeille@ledevoir.com.

***

Conseils de la semaine

Bien arroser le potager et le jardin pour éviter les stress hydriques, le matin de préférence.

- Continuer de fertiliser les annuelles en pot et enlever les fleurs fanées pour stimuler la floraison.
- Pour le plaisir d'une récolte en septembre et en octobre, semer la roquette, la laitue, les radis, les épinards et les pois.
- Tuteurer au besoin les vivaces chancelantes et tailler les plantes envahissantes.
1 commentaire
  • canislatrans - Abonné 10 août 2011 03 h 49

    Probleme de vieillissement ?

    Le clonage de ces plantes,ressemble beaucoup au clonage des champignons.Est ce qu'il y a aussi le problème de vieillissement qui fait que le bébé a la même âge que le parent.
    Après quelques reproductions,il nous faut changer de sujet,car les nouveaux champignons dépérissent rapidement a cause de leur âge avancée.
    Merci de me répondre.