La fertilisation, un casse-tête?

L’essentiel en jardinage réside dans les amendements et la fertilisation raisonnée. <br />
Photo: Lise Gobeille L’essentiel en jardinage réside dans les amendements et la fertilisation raisonnée.

Engrais chimiques, engrais organiques, nouvelles formules... C'est difficile de s'y retrouver en matière de fertilisation. Et pour compliquer les choses, beaucoup d'informations contradictoires circulent sur le sujet.

D'abord, quels sont les éléments nécessaires pour une bonne croissance? Voici les six composants majeurs dont les plantes ont besoin: azote (N), phosphore (P), potassium (K), calcium (Ca), magnésium (Mg) et soufre (S).

Brièvement, l'azote stimule la croissance des racines et des parties végétatives; le phosphore favorise le développement des racines et influence la qualité des fruits; le potassium augmente la résistance aux maladies et améliore lui aussi la qualité des fruits; le calcium est essentiel dans la fabrication des parois cellulaires; le magnésium est l'élément central de la chlorophylle; et le soufre entre dans la composition des protéines végétales.

Ensuite, voici les huit éléments mineurs ou oligo-éléments nécessaires à une bonne croissance: fer (Fe), cuivre (Cu), manganèse (Mn), zinc (Zn), bore (B), molybdène (Mo), chlore (Cl) et cobalt (Co). Ils sont mineurs, mais indispensables.

Comment lit-on une formule d'engrais? Par exemple, pour le 20-8-20, le premier chiffre représente toujours l'azote, le deuxième le phosphore et le troisième, le potassium. Et on s'assure, lors de l'achat, que l'engrais contient les autres éléments majeurs et mineurs.

Les engrais chimiques


On retrouve les engrais chimiques sous différentes formes: solubles, liquides et à libération lente. Les engrais solubles et les engrais liquides sont simples d'utilisation. On prépare une solution une fois par semaine et on fertilise. Les engrais à libération lente sont plus chers, mais ils ont un avantage: on les applique une fois et ils dégagent graduellement leurs éléments minéraux sur plusieurs semaines. Ils se vendent sous forme de bâtonnets ou de granules. On privilégie ces dernières, qui permettent une meilleure dispersion de l'engrais.

Dans tous les cas, il est préférable de choisir un engrais dont le phosphore est bas, sauf lors de la plantation. Les sols du Québec sont généralement bien pourvus en phosphore. En plus, s'il est lessivé, il est polluant: on l'utilise donc modérément.

Et puis, on favorise la floraison et la fructification à l'aide d'engrais à haute teneur en potassium. L'utilisation des engrais chimiques doit se limiter principalement à la fertilisation des jardinières, des boîtes à fleurs, des plantes en pots, etc.

Finalement, il est préférable d'utiliser des engrais tout usage pour l'ensemble des plantes: la plupart des engrais dits «spécialisés» qu'on trouve sur le marché — pour rosiers, pour clématites et vignes, pour orchidées, pour bonzaïs» — ne servent qu'à vendre plus de produits, sauf dans le cas des plantes acidophiles.

Les engrais organiques

Une diversité incroyable d'engrais organiques est offerte sur le marché. Ceux-ci ont comme avantages de stimuler la vie du sol et de diminuer les risques de surfertilisation et de pollution. Lors de l'application, on tient compte du fait que plusieurs d'entre eux sont disponibles moins rapidement, mais sur une plus longue période, car ils doivent être transformés par les micro-organismes.

Idéalement, on combine ceux à action rapide et ceux à action lente.

Les engrais organiques à action rapide


  • Algues liquides: 0.5-0.2-17. Riche en oligo-éléments, en vitamines et en cytokinine, une hormone végétale qui stimule la croissance.
  • Basalte ou Bio-Roche: 0-0-4. Riche en magnésium, en calcium, en oligo-éléments et en silice. Cette dernière améliore la résistance des plantes aux insectes, aux maladies et à la sécheresse. Grâce à son pouvoir tampon, le basalte neutralise les sols acides autant que les sols alcalins.
  • Émulsion de poisson: 5-2-2. Fournit un grand nombre d'oligo-éléments.
  • Farine de sang: 12-0-0. Action rapide.
  • Sel d'Epsom: contient environ 10 % de magnésium et 13 % de soufre. Action rapide. Stimule la floraison des rosiers et des orchidées et accentue la couleur du feuillage.
  • Sulphate de potassium et de magnésium (Sul-Po-Mag): 0-2-22 + 22 % soufre et 11 % de magnésium. Action rapide.
Les engrais organiques à action lente
  • Cendre: 0-1,8-5,5 + 23 % de calcium
  • Farine de crevettes ou de crabes: 4,5-5,5-0,2 ou 8,5-6-1,2. Temps de libération: un à quatre mois. Riche en calcium et en magnésium. Contient de la chitosane, un stimulant de croissance, et limite l'activité des nématodes.
  • Farine d'os: 2-11-0 (variable). Temps de libération: un à quatre mois. Riche en calcium.
  • Farine de plume: 13-0-0. Temps de libération: environ quatre mois.
  • Farine de poisson: 10-6-2. Temps de libération: un à quatre mois.
  • Fumier de poule déshydraté: 4-2-2. Temps de libération: un à quatre mois. Bonne teneur en calcium.
  • Farine de soya: 7-2-1. Temps de libération: un à quatre mois.
  • Gluten de maïs: 9-0-0. Temps de libération: un à quatre mois. Inhibe la germination des graines. Contrôle la digitaire astringente et le pissenlit, mais réduit également la germination du rumex crépu, de la renouée des oiseaux, du chénopode, de l'amarante et du plantain.

Des engrais organiques commerciaux composés d'algues, de farine, de fumier, etc., sont offerts dans les magasins. Ainsi, ces engrais combinent les deux modes d'action. On recherche les formules ayant un taux de phosphore bas, sauf pour la transplantation. On doit distinguer un engrais 100 % organique et un engrais à base organique qui contient seulement 15 % de matières organiques.

Les mycorhizes

L'addition de mycorhizes lors de la transplantation aidera les plantes à puiser les éléments nutritifs dans le sol. Les mycorhizes sont des champignons microscopiques qui travaillent en symbiose avec les racines des plantes. En échange de leurs services, les plantes fournissent aux champignons des sucres. Si on introduit des mycorhizes, il est important de diminuer la fertilisation en phosphore, qui devient moins importante.

Généraliste, Glomus intraradice est le champignon mycorhyzien vendu en horticulture: il est efficace avec la majorité des plantes.

Les amendements organiques

Les amendements organiques améliorent la condition du sol. À ne pas confondre avec les engrais organiques, qui nourrissent les plantes. Les amendements sont: le compost, la farine d'algues, la chaux, etc.

Une chose est certaine: on doit amender et fertiliser un sol pour qu'il puisse nourrir les plantes. Si on veut être précis, on fait faire une analyse de sol en laboratoire. Important à savoir: pour permettre l'aoûtement (lignification des rameaux à la fin de l'été) des plantes, on arrête la fertilisation azotée au sol vers la fin de juillet.

***

Des questions sur votre jardin, des interrogations horticoles?

N'hésitez pas à me contacter à lgobeille@ledevoir.com
1 commentaire
  • René Pigeon - Abonné 22 juin 2011 12 h 44

    Le biochar, un nouvel amendement du sol

    Des chercheurs des universités Laval et McGill expérimentent le biochar, une variété poreuse de charbon de bois, inoculé avec des mycorhizes fixatrices d’azote pour améliorer l’efficacité de la fertilisation : le biochar poreux absorbe les nutriments et l’eau et les relâche au bon moment vers les racines. D’autres emploient du biochar pour corriger l’acidité du sol ou séquestrer du carbone. La publication « Le biochar, outil pour la gestion des résidus de biomasse et la fertilité des sols » écrite par Julie Major et diffusée par le CQVB (2011) introduit bien le sujet : http://www.cqvb.qc.ca/fra/publications/le-biochar- Source d’information http://www.biochar-international.org/ et son bulletin gratuit.
    Rene.Pigeon@RNCan-NRCan.gc.ca • 613 943-8840 • Skype