Escapade - Golden Arrow Lakeside Resort

Jenn Holderied, copropriétaire du Golden Arrow Lakeside Resort à Lake Placid, et championne des causes environnementales dans le parc national des Adirondacks. Derrière elle, l’hôtel écolo modèle et sa plage qui filtre les pluies acides.<br />
Photo: Benoit Legault Jenn Holderied, copropriétaire du Golden Arrow Lakeside Resort à Lake Placid, et championne des causes environnementales dans le parc national des Adirondacks. Derrière elle, l’hôtel écolo modèle et sa plage qui filtre les pluies acides.

Une foule d'actions permettent au centre de villégiature Golden Arrow Lakeside Resort de se donner une conscience plus verte. Les douches et chasses d'eau des toilettes sont parmi les plus écologiques, les employés qui font du covoiturage ou qui viennent au travail à pied ou à vélo reçoivent des primes et des repas gratuits et l'eau qui s'écoule du stationnement est filtrée avant de se déverser dans le lac.

Lake Placid — Tout le monde parle de l'environnement. Certains hôtels, rares, font vraiment un travail sérieux pour minimiser leur «empreinte écologique». C'est le cas du Golden Arrow Lakeside Resort de Lake Placid, classé «5-Green Leaf» par le programme de classement écologique d'Audubon International (le seul autre hôtel ayant ce classement se trouve en Alberta).

Pourtant, ce centre de villégiature familial a une grande piscine intérieure chauffée et une immense verrière qui donne sur le lac Mirror. «Nous sommes d'abord un commerce, un bel hôtel qui doit être luxueux, attirant et agréable. Mais nous avons étudié chaque aspect de notre fonctionnement pour minimiser notre impact sur l'environnement, sans affecter le plaisir de nos clients», raconte Jenn Holderied, copropriétaire du Golden Arrow.

Athlétique, engageante, pétillante de vie, Jenn Holderied est à l'image d'une nouvelle mentalité qui allie le développement à l'environnement, le durable à l'agréable. Voici comment...

La piscine intérieure (et ses trois bains tourbillons) utilise du brome plutôt que du chlore pour traiter l'eau. Les produits de nettoyage sont non toxiques. Tous les produits et équipements sont systématiquement les plus écologiques possible. Et ils proviennent de la région immédiate si possible.

Les douches et chasses d'eau des toilettes sont parmi les plus écologiques, tout comme les ampoules électriques. Tous les papiers utilisés sont faits de fibres recyclées à 100 %. Même les tapis et les stylos sont fabriqués avec un maximum de matières recyclées.

Les employés qui font du covoiturage ou qui viennent au travail à pied ou à vélo reçoivent des primes et des repas gratuits.

Les planchers sont en bambou (une matière renouvelable). Le chauffage et la climatisation sont réduits automatiquement quand une chambre n'est pas occupée. Les chambres sont dotées de bacs de recyclage (85 % des clients les utilisent) et les serviettes et draps sont changés seulement à la demande des clients.

Après «une longue recherche», les produits de toilette de la gamme BeeKind™ de Gilchrist & Soames ont été sélectionnés. «Ils sont biologiques, les contenants sont biodégradables et ils sont excellents, au-delà de leurs vertus environnementales», précise Jenn Holderied.

Partout dans l'hôtel, des cadres (de bois recyclé) présentent des faits et questions liés à l'environnement. Le tout constitue un jeu-questionnaire éducatif pour les enfants.

Les colles du papier peint sont non toxiques.

Lors d'une rénovation, les matières enlevées sont conservées et réutilisées dans l'hôtel.

L'hiver, le stationnement et les autres espaces extérieurs sont déglacés avec du «Safe Step», un substitut écologique du gros sel qui ne comprend pas de produits chimiques.

D'ailleurs, l'eau qui s'écoule du stationnement est filtrée avant d'arriver au lac.

Le Jour de la Terre est fêté en grand en invitant les enfants de la région, pour en faire un grand événement de conscientisation.

Une fois par année, l'hôtel organise une «Eco-Fair», une foire écologique avec des présentations de commerçants bio et de l'animation, histoire aussi de renforcer la prise de conscience des gens.

La plage privée de l'hôtel est composée de calcaire broyé qui ressemble à du sable blanc mais qui filtre les pluies acides qui s'écoulent vers le lac.

Le restaurant de l'hôtel est surmonté d'un «toit vert» (une couche de sol cultivé d'environ 15 cm d'épaisseur) qui sert de super isolant, de filtre à eau et de générateur d'oxygène qui réduit l'empreinte carbonique de l'hôtel.

Le restaurant, membre de la Green Restaurant Association, a des ententes d'approvisionnement avec des producteurs de la région. Les aliments et vins biologiques ont la priorité. Les graisses de cuisson ne sont pas jetées; elles servent de différentes manières aux fermiers du coin.

Qui l'eût cru

Malgré cette nomenclature impressionnante, le Golden Arrow ne loge pas à l'hôtel du sacrifice. En fait, ces systèmes sont pour la plupart invisibles — on ne se rend pas compte qu'on est dans un hôtel modèle sur le plan écologique et le dépliant promotionnel de l'hôtel n'en fait même pas mention.

Pour Jenn Holderied, toutes ces initiatives et mesures vont de soi, et c'est le plaisir (bien réel, nous l'avons expérimenté) de séjourner dans cet hôtel familial qui fait l'objet de publicités. Le travail des Holderied (c'est un hôtel qui appartient à une famille, sans affiliation à une chaîne) ne passe toutefois pas inaperçu. Le Golden Arrow Resort a obtenu en 2008 l'Environmental Excellence Award du ministère de l'Énergie et de la Conservation de l'État de New York. C'est le seul établissement hôtelier à avoir reçu ce prix.

Au-delà de ses mesures environnementales, le Golden Arrow est un resort de 166 chambres extrêmement populaire, surtout de juillet à septembre. Et bien sûr, le village olympique de Lake Placid est très couru l'hiver.

-Pour information et réservation: 518 523-3353 et 1 800 582-5540, www.golden-arrow.com.

***

Collaborateur du Devoir