La semaine du jardinier

Le samedi 5 juillet — Saint-Antoine. Les cendres de foyer contiennent de la potasse en bonne quantité. Très soluble dans l'eau diluez 1 kg de cendre, dans 10 litres d'eau. Remuez énergiquement, plusieurs fois puis laissez décanter. Ensuite filtrez et arrosez les plants de tomate à raison de 200 à 300 ml par plant (chaque 2 semaines). La solution mise dans un contenant fermé, se conserve indéfiniment.

***

Le dimanche 6 juillet — Sainte-Mariette. La cendre de foyer a tendance à faire monter le pH du sol, surtout dans les sols argileux. Si vous en mettez beaucoup, il vous faudra acidifier un peu votre sol. Au printemps, mélangez de la tourbe de mousse à votre compost et incorporez-en à votre sol.

***

Le lundi 7 juillet — Saint-Raoul. Normalement, on élimine les inflorescences de la rhubarbe, puisque ces dernières épuisent inutilement le plant et favorisent la fanaison des feuilles. Arrosez cette plante abondamment afin que ses racines fassent de bonnes réserves, pour assurer une belle croissance au printemps prochain. Évidemment, il y a la superbe rhubarbe japonaise Rheum palmatum Tanguticum, vivace imposante à grandes feuilles, de jusqu'à 1 mètre de diamètre, découpées en lobes, vert rougeâtre puis vert foncé, se teintant de pourpre à revers rouge pourpré. Elle produit des panicules jusqu'à 2 mètres de hauteur, composées de nombreuses fleurs en étoile vert teinté de crème à rouge foncé cramoisi. Soleil ou à mi-ombre, sol humifère et frais, résiste jusqu'à -20°C (couverture de neige ou un bon paillage comme protection hivernale).

***

Le mardi 8 juillet — Saint-Thibault. C'est à Thibault IV de Champagne que l'on doit une variété de roses à fleurs semi-doubles (Rosa gallica) rapportée de la Terre Sainte en 1240. Le commerce prit une extension considérable ; pétales séchés, parfums, confitures, extraits d'eau de rose... On raconte qu'Édouard de Lancastre, faisant marché à Provins (près de Paris), rapporta en Angleterre le précieux rosier. Et c'est un bon moment pour planter des rosiers, puisque mon calendrier lunaire m'indique que les 8, 9, 10 et 11 juillet, nous serons en journées racines!

***

Le mercredi le 9 juillet — Saint-Amandine. Durant la Révolution française, face à la rareté des vivres, les révolutionnaires font planter des pommes de terre dans les jardins publics de la capitale. Une partie des Tuileries est alors transformée en champ de pommes de terre, d'où le surnom «oranges royales», qu'elles porteront longtemps. Craquez pour la plus fondante des pommes de terre! Si fine en bouche! Créée par Clause en 1994, la pomme de terre Amandine se caractérise par une texture moelleuse et un léger goût de beurre frais. Cette variété d'exception, hélas, un peu sensible au mildiou, est encore rare au Québec. L'Amandine, c'est la fraîcheur d'une pomme de terre nouvelle toute l'année!

***

Le jeudi 10 juillet — Saint-Ulrich et Sainte-Félicité. À un lecteur qui me demandait si une espèce de palmier pouvait hiverner dans un jardin à Montréal, je répondrais que le Nannorrhops ritchieana n'a pas beaucoup de rivaux en terme de résistance au froid, sauf peut-être un seul, le Rhapidophyllum hystrix, du sud-est des États-Unis, capable comme lui de survivre à des températures de l'ordre de -20°C. Il croît lentement, très lentement, rare en culture mais semble devenir un peu plus courant. Originaire entre autres d'Afghanistan, il pousse en zones semi-désertiques, jusqu'à 1800 mètres d'altitude. Il est alors régulièrement couvert de neige.

***

Le vendredi 11 juillet — Saint-Benoît et Saint-Savin. Fait chaud! Il y a 25 000 000 d'années, des magnolias fleurissaient au Groenland. D'ailleurs, «Groenland» signifie «Terre verdoyante»! Qu'ils soient causés par l'homme ou pas, les changements climatiques, faut faire avec. Et je sais que certains jardiniers sont impatients de planter des palmiers, de bananiers, des bambous...