Louer sans soucis

Caroline Rodgers Collaboration spéciale
Photo: LSR Gesdev

Ce texte fait partie d'un cahier spécial.

Avec Loggia, un nouveau projet d’immeuble locatif haut de gamme situé à Saint-Lambert, LSR GesDev et Industries Bonneville visent des clients de tous âges ayant un point en commun : ils veulent profiter du confort et de l’intimité d’une résidence privée sans avoir les soucis qui accompagnent le fait d’être propriétaires.

« Nous avons fait plusieurs projets d’appartements ou de maisons à Saint-Lambert depuis des années, mais nous avons constaté un engouement pour le locatif. Pour ce projet, nous avons décidé d’unir nos forces avec Industries Bonneville, qui sont excellents pour comprendre comment les gens s’approprient une unité et l’habitent. Une foule de détails démontrent qu’ils savent penser l’habitation d’un domicile comme une expérience de vie », explique Annie Lemieux, présidente de LSR GesDev.

Selon le promoteur, le projet domiciliaire Loggia Saint-Lambert est le premier bâtiment modulaire de six étages en structure de bois à être construit au Canada. Il comptera quatre phases pour un total de 241 logements, de trois ou quatre pièces, dont le loyer ira de 1375 $ à 2205 $ par mois.

« C’est pensé comme une maison. Les plafonds ont neuf pieds [2,75 m] de hauteur, les fenêtres sont très grandes, et la conception modulaire de Bonneville reproduit l’intimité d’une maison. Chaque locataire a son toit et son plancher, et il y a un espace d’air entre chacune des unités. Cela permet d’avoir des rendements acoustiques supérieurs au béton. Je pense que la construction modulaire est appelée à occuper une part de marché importante, et c’est innovateur. Nous avons choisi ce produit pour sa qualité impressionnante, et la finition est supérieure au béton, pour le même prix. »

L’investissement total représente 70 millions. Le projet est construit avec la nouvelle technologie de structure indépendante modulaire (SIM) de Bonneville, qui permet de concevoir des unités d’habitation distinctes. La structure de chaque logement est indépendante des autres avec ses propres plafonds, planchers et murs. Grâce à cette conception modulaire, les 66 logements de la première phase, préalablement fabriqués à l’usine Bonneville, ont été installés sur le chantier en seulement sept jours.

La formule de location est pensée en fonction d’une priorité : simplifier la vie des locataires.

« Les gens n’ont qu’un seul paiement à faire, qui inclut leur chauffage, leur électricité, leur stationnement et le wifi. La chose dont les gens ont le plus besoin, c’est du temps, car tout le monde court. Sur le même site, ils vont avoir des salles de réception, une salle d’entraînement, une piscine, un jardin communautaire, un espace lave-auto et des services de conciergerie. Nous avons aussi des ententes avec des partenaires pour que les résidents reçoivent divers services et se fassent livrer des choses, comme du lait. Les locataires vont pouvoir faire changer leurs pneus sur place, par exemple. C’est un mode de vie qui permet d’avoir plus de temps libre pour faire autre chose. »

Parmi ces services, on compte aussi un nettoyeur, une borne de recharge pour voitures électriques, une station de vélo avec un poste d’entretien doté d’un mur d’outils, et une plateforme de gestion en ligne.

Le marché de la location haut de gamme a le vent dans les voiles, selon Mme Lemieux.

« De plus en plus de gens qui ont des revenus très élevés veulent louer, car ils souhaitent jouir de liberté et de flexibilité. Les professionnels sont de plus en plus mobiles, ils changent d’emploi plus souvent. Le fait d’être propriétaire influe sur la mobilité, il y a plus de contraintes qu’en étant locataire. En outre, les mentalités ont changé. Autrefois, quand quelqu’un était locataire, on disait que c’était parce qu’il n’avait pas les moyens d’être propriétaire. Aujourd’hui, c’est plus valorisé. De plus, avec tous les frais reliés à l’achat d’un condo, c’est devenu moins avantageux si on n’est pas certain de demeurer longtemps au même endroit. »

Sur le plan de l’aménagement intérieur, notons la présence de planchers de bois franc et de céramique, d’îlots de cuisines avec comptoir-lunch, d’un walk-in dans la chambre principale, d’un vestibule avec banc et rangement de type walk-in, de douche et de dosseret de cuisine en céramique, et de balcons d’une grandeur minimale de huit pieds sur douze (2,35 m x 3,65 m). Un second stationnement et cinq électroménagers sont offerts en option.

« Les finitions sont de très haut de gamme, cela fait partie des expertises de Bonneville. On pourrait qualifier le style de moderne classique. Nous sommes arrivés à quelque chose qui plaît aux gens. Jusqu’à maintenant, les commentaires des visiteurs de l’appartement-témoin sont très positifs. »