Le projet StanBrooke : chic et connecté

Charles-Édouard Carrier Collaboration spéciale
Le projet StanBrooke vise une clientèle d’étudiants et de jeunes professionnels.
Photo: Groupe Brivia Le projet StanBrooke vise une clientèle d’étudiants et de jeunes professionnels.

Ce texte fait partie d'un cahier spécial.

C’est au croisement des rues Sherbrooke et Stanley que le Groupe Brivia et le Groupe Gansu Tianqing Real Estate ont choisi d’ériger le StanBrooke, une tour d’habitation locative de 19 étages, prévue pour juillet 2018. Le duo, qui est aussi derrière le projet YUL Condominiums, promet pour son nouveau projet un milieu de vie chic et rassembleur, marqué par des innovations technologiques telles la domotique et la luminothérapie.

Alors que bien des promoteurs misent sur la vente de leurs unités, au StanBrooke, on a plutôt opté pour la location. « Au moment d’acquérir le terrain, nous pensions à quel genre de projet nous voulions faire. Nous avons fait une étude de marché et remarqué que l’endroit était propice à la location, spécialement à cause des universités, des rues Stanley et Sherbrooke et des nombreuses tours de bureaux. On a senti le besoin d’unités en location pour une adresse comme celle-là », explique Kheng Ly, président du Groupe Brivia.

La firme Marco Manini Architecte, en collaboration avec la firme internationale de consultants en design Humphreys Partners Architects, avait comme mandat d’imaginer un projet qui trouverait écho auprès des étudiants universitaires et jeunes professionnels qui travaillent au centre-ville. La dimension des logements et les aires communes ont donc été pensées en fonction du style de vie de cette clientèle urbaine.

Intégration harmonieuse

« En ce qui a trait à la volumétrie, on souhaitait bien s’intégrer au contexte. Les étages inférieurs seront alignés à zéro, comme plusieurs bâtiments dans le centre-ville qui sont alignés sur le trottoir. Ensuite, plus ou moins à la hauteur du bâtiment voisin, il y aura un recul pour ne pas créer trop d’ombrage au niveau de la rue », explique l’architecte, M. Manini.

Pour les matériaux, en prenant exemple sur les bâtiments voisins, on a choisi les panneaux de béton et la pierre à la base de l’immeuble. Quant à la partie supérieure, on a préféré le mur fenestré pour maximiser l’entrée de lumière naturelle et permettre aux occupants de profiter de la vue dégagée sur le centre-ville.

L’élément architectural du StanBrooke qui retiendra certainement l’attention est le long voile sur le coin de l’immeuble qui s’allongera à la verticale du rez-de-chaussée jusqu’au toit pour ensuite se prolonger à l’horizontale et encadrer la terrasse. « Cet écran éclairé et fait d’aluminium reprendra des motifs inspirés du logo triangulaire du projet, soit des formes géométriques angulaires. On le remarquera dès qu’on arrivera rue Stanley », explique l’architecte.

Clientèle connectée

On a voulu créer un style de vie propre à la nouvelle adresse et jouer avec les ambiances, et ce, dès les premiers pas dans le hall d’entrée. « Une des demandes que l’on a reçues était que ce soit très connecté. Il s’agissait donc de connecter le StanBrooke à la ville, de le connecter avec les usagers. Tu ne vis pas au StanBrooke, tu vis avec le StanBrooke », explique le designer Frédéric Clairoux, de FX Studio, en précisant que des fonctionnalités de domotique et de luminothérapie seront intégrées au projet.

Les 176 appartements, des studios, des 3 1/2 et des 4 1/2 seront semi-meublés, et les services de télécommunications, le réseau sans fil et l’électricité seront inclus dans les loyers mensuels, dont les prix n’ont pas encore été dévoilés. On prévoit aussi qu’un certain nombre de logements pourraient être loués complètement meublés. « On veut que ce soit cohérent. L’image de marque, le site Web, les premiers pas dans le hall et l’unité meublée. C’est un tout. Tu viens d’arriver à Montréal, tu défais ta valise et tu es chez toi. Le mobilier sera pensé selon l’échelle du bâtiment », ajoute Frédéric Clairoux

Vivre en communauté

Un travail de réflexion important a été fait pour que les aires communes aient un effet rassembleur auprès des futurs locataires du 2061, rue Stanley. « Les unités seront assez petites, alors on favorise la vie en communauté. Au rez-de-chaussée, le hall offrira des espaces de détente et des stations de coworking. Il y aura des pods et des banquettes pour deux ou trois personnes, ou pourra y rencontrer des amis ou travailler sur un portable », annonce M. Clairoux.

La salle d’entraînement du deuxième étage donnera sur la ruelle. Comme l’accès à la lumière naturelle y sera restreint, on utilisera des parois de verre de couleur jaune pour égayer l’espace. De plus, le StanBrooke sera coiffé d’une salle de divertissement de style lounge avec îlot et cuisine complète que les occupants pourront réserver, et d’une terrasse orientée à l’ouest pour profiter d’un ensoleillement soutenu tout au long de la journée.

Site Web du groupe Brivia