Des tons naturels aux variations pastel

Charles-Édouard Carrier Collaboration spéciale
Photo: Sico

Ce texte fait partie d'un cahier spécial.

En marge du grand ménage qui annonce l’arrivée de l’été, c’est l’occasion de sortir les pinceaux et de revoir un peu la déco. Même si on mise encore beaucoup sur le choix d’accessoires, de décorations murales ou même de mobilier pour souligner des accents de couleurs, les murs n’ont pas dit leur dernier mot.

Ce printemps chez Benjamin Moore, le blanc est bien présent sur la carte des couleurs tendance. Satin blanc (2067-70), qui malgré son nom est presque un ton de bleu que l’on a adouci avec le blanc, et Simplement blanc (OC-117) — la couleur de l’année — retiennent l’attention des designers. Papier journal (OC-55), Chou à la crème (2174-70) et Mascarpone (AF-20) font aussi partie de la palette de couleurs 2016 du fabricant.

Le retour des teintes pastel

Il y a aussi un retour graduel des teintes pastel. « Parmi les gens qui ont connu les années 1980, plusieurs avaient une réticence à encourager le retour du pastel. Mais il y a toute une nouvelle gamme de jeunes créateurs qui ont un grand engouement pour les couleurs pastel », confirme Sophie Bergeron, directrice de la couleur et du design chez Benjamin Moore. Ciel bleu du matin (2053-70), un bleu léger avec un soupçon de vert à l’intérieur, illustre bien ce retour à la douceur des tons pastel.

L’année du jaune

Du côté de Sico, on a sélectionné le Sarrasin jaune (6113-54) comme couleur de l’année 2016. « Le jaune doré rappelle les champs de blé ensoleillés et évoque des souvenirs du côté glamour rétro éblouissant des années 1970. Il procure une ambiance chaleureuse et réconfortante aux espaces de vie », explique Geneviève Paiement, chef de marque chez Sico.

Dans la même veine, les autres couleurs tendance pour le printemps 2016 proviennent aussi de la nature, et évoquent ce même côté apaisant et réconfortant. « Avec comme thème général le voyage, les tendances Sico 2016 présentent des couleurs telles que Vert naturel (6164-73), l’indigo Ombre de cobalt (6008-83), le bleu sarcelle Épinette de Norvège (6158-52), le rouge saumon Pelure de tomate (6057-53), le gris Lave ancienne (6208-73) et le sable Shiatsu (6222-31) », énumère la chef de marque.

Choisir le bon fini

Les raisons qui motivent un choix de fini par rapport à un autre ont changé dans les dernières années. Il n’y a pas si longtemps, c’était par souci d’entretien que l’on appliquait une peinture au fini lustré pour les portes et cadres. « Avec les nouveaux produits, on peut se permettre de mettre un mat n’importe où, explique Sophie Bergeron. Grâce à la technologie, choisir un fini est maintenant exclusivement une question de design puisque nos mats sont lavables. Depuis un an et demi, on commence vraiment à briser les règles et les normes établies depuis si longtemps. »

Ce changement ouvre la porte à plus de créativité, comme l’illustre Geneviève Paiement : « En ce moment, il est en vogue de jouer avec les différents finis. On peut juxtaposer des teintes mates et lustrées pour un style actuel. Par exemple, créer une pièce chic en peignant les murs en alternant les lustres à l’aide de bandes ou de motifs blocs de couleur. Ou encore, oser une pièce de mobilier peinte d’une version semi-lustrée de la couleur du mur. »

Un effet dans toute la maison

En changeant la couleur d’une chambre, d’un bureau ou d’une cuisine, on lui confère une nouvelle ambiance, mais on influence aussi les pièces environnantes. « Au niveau des aires communes — entrée, passage, salle de séjour, salle à manger et cuisine —, on y va avec une seule couleur. Pour les chambres et les salles de bain, on choisit d’autres teintes, mais en gardant en tête que toutes les pièces doivent former un bel amalgame », suggère Annie Doucet, designer d’intérieur chez Daoust Design. Pour obtenir un effet plus harmonieux d’une pièce à l’autre, il faut développer une approche plus globale.

Couleur de l’année, oui, mais…

Rares sont ceux qui créent des environnements de A à Z, on choisit plutôt de peindre une ou quelques pièces à la fois, sans tout changer. Malgré les couleurs à la mode, les gens doivent aussi composer avec ce qu’il y a déjà dans la maison : le plancher, la céramique, un fauteuil que l’on souhaite conserver, d’autres pièces qui ne seront pas repeintes, etc. « Oui, le blanc est tendance. Par contre, en fonction de l’entrée de lumière dans la pièce ou de la douillette de la chambre principale, notre couleur de l’année n’est peut-être pas celle à choisir. Ça doit rester une base d’inspiration. Les tendances sont là, mais on doit s’ajuster au besoin de chacun des consommateurs », termine Mme Bergeron.