LaSalle, le meilleur des deux mondes

Marie Lambert-Chan Collaboration spéciale
La mairesse de l'arrondissement de LaSalle, Manon Barbe
Photo: Annick MH de Carufel Le Devoir La mairesse de l'arrondissement de LaSalle, Manon Barbe

Ce texte fait partie d'un cahier spécial.

Bordé par le fleuve, l’arrondissement de LaSalle offre le meilleur des deux mondes à ses habitants : un décor aux accents champêtres et la proximité du centre-ville. La mairesse Manon Barbe nous en fait découvrir les principaux attraits et révèle ses coups de coeur.

Manon Barbe provient d’une longue lignée de LaSallois. Sa famille est installée dans l’arrondissement situé en bordure du fleuve Saint-Laurent depuis 1932. « LaSalle, c’est mes racines. J’y suis née, j’y ai grandi, étudié, travaillé et élevé mes enfants », déclare celle qui en est la mairesse depuis 2003. Autant dire qu’elle connaît le coin comme le fond de sa poche.

« LaSalle est un secret bien gardé : nous sommes à quelques minutes en voiture ou en transport en commun du centre-ville, tout en étant à distance de marche des berges. C’est la meilleure combinaison ! » estime-t-elle.

Le secret doit commencer à s’éventer, car l’arrondissement connaît actuellement un boom dans le secteur de la construction résidentielle. Il faut dire que, avec ses quartiers paisibles et ses nombreux espaces verts, LaSalle a tout pour plaire aux jeunes familles.

Néanmoins, pour ceux qui n’y ont jamais mis les pieds, Manon Barbe recense les lieux qui ont fait la renommée de l’arrondissement, des fameux rapides de Lachine au légendaire casse-croûte LaSalle Drive-In.

Le parc des Rapides

Le vaste parc de 30 hectares est « la plus grande fierté » de la mairesse. « C’est un endroit tout simplement magnifique, décrit-elle. Il donne un accès privilégié pour observer les rapides de Lachine — qui, malgré leur nom, sont bel et bien situés chez nous. C’est une attraction naturelle très impressionnante. En fait, ce sont les plus gros rapides en milieu urbain en Amérique. »

Pour les amoureux de la nature, le parc regorge de trésors. On y dénombre 225 espèces d’oiseaux et 66 espèces de poissons. Des tortues et des couleuvres brunes y font leur nid. On déniche aussi quantité d’amphibiens, de mammifères et de plantes rares. Les observateurs d’oiseaux doivent s’armer de jumelles pour jeter un coup d’oeil à l’île aux Hérons située juste en face du parc. C’est là qu’on trouve la deuxième héronnière en importance au Québec.

Les parcs et les piscines

« À LaSalle, nous valorisons beaucoup l’activité physique et la famille », affirme Manon Barbe. C’est pourquoi l’arrondissement prend grand soin de son réseau de 40 parcs de quartier. « Nous investissons des sommes importantes pour le maintien et l’entretien de nos espaces verts qui disposent tous de points d’eau pour se rafraîchir et de modules de jeux pour les enfants », assure-t-elle en ajoutant que d’autres parcs seront aménagés prochainement.

Les citoyens ont aussi accès à sept piscines extérieures, ainsi qu’au complexe aquatique Michel-Leduc (Aquadôme) qui possède un bassin récréatif pour les plus jeunes et un bassin de 50 mètres. « Ça vaut le détour », insiste la mairesse, qui fréquente le complexe régulièrement.

À cela s’ajoute l’Aquaciel, une aire de jeux d’eau pour les 2 à 12 ans située sur le boulevard De La Vérendrye, à côté du centre sportif Dollard-St-Laurent. Inaugurées en 2014, ces installations colorées donnent un coup de jeune à une artère qui en avait bien besoin, en plus de faire la joie des familles. « Les premiers parents qui ont fréquenté l’aire de jeux l’ont trouvée si belle qu’ils n’arrivaient pas à croire qu’elle était accessible gratuitement », se remémore Manon Barbe.

Le Carrefour Angrignon

Impossible de ne pas dire un mot sur le populaire Carrefour Angrignon, « le plus important pôle commercial dans tout le sud-ouest de l’île de Montréal », selon la mairesse. Non seulement il compte plus de 200 boutiques — « davantage que le Fairview Pointe-Claire », souligne Mme Barbe —, mais il a entraîné la création de deux plus petits centres commerciaux extérieurs qui lui sont adjacents.

Le moulin à vent Fleming

On trouve moins d’une vingtaine de moulins à vent au Québec. Le seul de facture anglo-saxonne se dresse toujours fièrement à LaSalle. Classé monument historique en 1983 et restauré dans les années 1990, le moulin à vent Fleming abrite désormais un centre d’interprétation. « Au XIXe siècle, on y faisait de la farine et du grain pour la fabrication de bière. On peut presque dire que c’était le précurseur de la brasserie Labatt qui a toujours pignon sur rue à LaSalle », lance à la blague Manon Barbe.

L’hôtel de ville

La mairie de LaSalle est pour le moins spectaculaire. Elle est logée dans l’ancienne usine de produits pharmaceutiques Burroughs Wellcome, un bâtiment de béton armé dont l’architecture flirte avec le style Beaux-Arts. Située non loin du fleuve, la bâtisse est si spacieuse qu’elle accueille aussi de nombreux organismes sans but lucratif, une prématernelle et la radio locale. Ce qui fait dire à la mairesse que l’hôtel de ville est davantage « une maison du citoyen ».

Le restaurant LaSalle Drive-In

Véritable institution, le restaurant LaSalle Drive-In a vu passer des générations de clients affamés. L’entreprise familiale sert frites, burgers et souvlakis depuis pratiquement 50 ans. « C’est un commerce qui est aussi très impliqué socialement. Chaque année, j’y travaille quelques heures bénévolement dans le cadre d’une collecte de fonds pour l’Hôpital de LaSalle », indique Manon Barbe, qui a l’habitude de commander une salade de poulet ou un club sandwich à partager. « J’invite toutefois vos lecteurs à essayer le Peter’s Special, un sous-marin aux condiments uniques que se concoctait personnellement le premier propriétaire du restaurant », recommande la mairesse.