Deux tours, deux personnalités, une adresse

Émilie Corriveau Collaboration spéciale
Photo: Laurent & Clark

Ce texte fait partie d'un cahier spécial.

Longtemps convoité par le promoteur Rachel Julien, le terrain vague situé à l’angle des boulevards Saint-Laurent et De Maisonneuve, dans le Quartier des spectacles de Montréal, a finalement pu être acquis par l’entreprise il y a quelques mois. Désireuse de rendre justice à ce site exceptionnel, cette dernière s’apprête à y aménager un ensemble immobilier haut de gamme à vocation mixte : le Laurent Clark.

Littéralement situé à quelques pas de la station de métro Saint-Laurent, de la Place des Arts, de la Maison symphonique, du parterre du Quartier des spectacles et de la future esplanade Clark, le terrain acquis par Rachel Julien est sans doute l’un des mieux localisés du secteur.

« Son adresse est le 1, De Maisonneuve Ouest, il est à l’entrée du Quartier des spectacles et il est entouré d’équipements culturels. C’est vraiment un site exceptionnel pour construire un projet immobilier », souligne d’emblée M. Denis Robitaille, président fondateur de Rachel Julien.

C’est aussi ce que croit M. Jean-Pierre Letourneux, cofondateur de la firme Menkès Shooner Dagenais Letourneux architectes, laquelle s’est vu confier par Rachel Julien le mandat de concevoir un projet exceptionnel pour ce site.

« Pour moi, un terrain comme celui-là, c’est certainement une opportunité, mais c’est aussi une responsabilité. C’est pour ça que je me suis efforcé de créer un projet qui enrichisse le quartier et qui fasse honneur à la Place des Arts et à la Maison symphonique », indique-t-il.

Tout en contraste

Nommé Laurent Clark en raison de sa localisation, le projet imaginé par M. Letourneux en est un d’envergure. Inspiré par l’atmosphère effervescente et cosmopolite du quartier, il comprendra 335 unités d’habitation qui se déploieront dans deux vastes tours d’habitation réunies par un basilaire.

« On s’inscrit tout à fait dans la perspective envisagée par la Ville pour le quartier, c’est-à-dire une mixité d’usages, note l’architecte. En ce moment, on y trouve beaucoup d’équipements culturels et de bureaux, mais on manque de résidents. C’est là où nous entrons en jeu avec le Laurent Clark. »

La première phase de l’ensemble immobilier, soit la tour Clark, s’élèvera sur 20 étages. Elle sera de couleur blanche et comprendra des accents rouges, lesquels ont été pensés pour rappeler la signature lumineuse du Quartier des spectacles. Quant à la seconde phase, baptisée Le Laurent, elle se déploiera sur 25 étages et sera entièrement noire.

« Pour nous, le noir et le blanc, c’est une façon d’illustrer que la ville se vit autant la nuit que le jour. Nous voulons que le projet soit festif et qu’il marque le quartier », commente M. Letourneux.

Outre les unités situées entre le deuxième et le cinquième étage, tous les logements du Laurent Clark seront traversants d’est en ouest et desservis par des ascenseurs semi-privés. De plus, la grande majorité d’entre eux offriront des vues imprenables sur le quartier.

« Les logements traversants, c’est très rare, relève l’architecte. L’intérêt de cela, c’est que les gens pourront profiter des pièces de vie du côté du parterre du Quartier des spectacles, mais se retirer dans leurs appartements du côté est le soir venu. »

« C’est un site qui a énormément de forces, mais qui, comme tous les sites, comporte aussi des inconvénients, poursuit M. Robitaille. Dans ce cas-ci, on voulait s’assurer que les gens pourraient vraiment bien y vivre, même lorsque le quartier est plongé dans les festivités. »

En plus de ses logements, le projet comptera aussi un chic hall d’entrée où veillera un concierge, un vaste centre sportif, un spa avec hammam, sauna sec, bain à remous et bain froid, un lounge bordé d’une terrasse, une cour intérieure, quatre étages de stationnements souterrains et quelques commerces de proximité logés au rez-de-chaussée.

En continuité avec l’architecture

Confié à l’équipe de Gauvreau Design, l’aménagement intérieur du Laurent Clark sera en continuité avec son architecture et comportera sa part de contrastes.

« Pour rappeler le noir et le blanc des tours, dans tous les espaces du projet, nous retrouverons une certaine dualité entre le contemporain classique et des éléments empruntés à des styles plus rétro. Ça se traduira autant dans les matériaux et les textures que dans les couleurs », précise Ysabel Gauvreau, présidente de Gauvreau Design.

Prix et échéanciers

Pour faire l’achat d’un petit studio de 356 pi2 au Laurent Clark, les aspirants propriétaires devront compter un minimum de 153 000 $, taxes incluses. Les unités d’une chambre, elles, seront offertes à partir de 196 000 $ et celles de deux chambres, à partir de 456 000 $.

Si tout se passe comme envisagé par Rachel Julien, la construction de la première phase du projet devrait commencer au début de 2017. Sa livraison, elle, devrait survenir environ deux ans plus tard, soit à l’hiver 2018-2019.